EN PENTE DOUCE
B I E N V E N U E .....sur le Forum En Pente Douce

Afin de profiter pleinement de tout ce que vous offre notre forum,

merci de vous de vous inscrire pour rejoindre notre communauté.
.
Pour les inscrits, Merci de vous connecter.


les Administrateurs, d' E.P.D.

Forum En pente Douce

**********
L’actualité de saison
*


*
Derniers sujets
» les blagounettes de Joelle
Les épidémies en France -  EmptyAujourd'hui à 12:18 par Solaire

»  " VERBES " Par Ordre Alphabétiques
Les épidémies en France -  EmptyAujourd'hui à 8:37 par Laurelyne

» La galerie de hulotte...
Les épidémies en France -  EmptyHier à 15:06 par hulotte

» L'autosuggestion consciente
Les épidémies en France -  EmptyLun 14 Nov 2022 - 10:39 par Solaire

» jeux de mots
Les épidémies en France -  EmptyDim 13 Nov 2022 - 20:27 par joelle

» " Métiers " Par Ordre Alphabétique "
Les épidémies en France -  EmptyDim 13 Nov 2022 - 17:15 par joelle

»  --- POESIE ---
Les épidémies en France -  EmptyJeu 10 Nov 2022 - 10:51 par Solaire

» Alphabet des prénoms en rimes...
Les épidémies en France -  EmptyJeu 10 Nov 2022 - 9:48 par joelle

» Petit test amusant...
Les épidémies en France -  EmptyVen 28 Oct 2022 - 11:07 par Solaire

» prenoms
Les épidémies en France -  EmptySam 22 Oct 2022 - 20:50 par Laurelyne

» Quel est l'âge de votre âme ?
Les épidémies en France -  EmptySam 15 Oct 2022 - 11:40 par Solaire

» Coluche
Les épidémies en France -  EmptyDim 9 Oct 2022 - 8:40 par joelle

» sexe
Les épidémies en France -  EmptyVen 7 Oct 2022 - 8:02 par Z06

» copain
Les épidémies en France -  EmptyJeu 6 Oct 2022 - 7:54 par joelle

» dispute
Les épidémies en France -  EmptyMer 5 Oct 2022 - 20:30 par Z06

Accès direct..

Messages du jour





*



*
Hébergeurs d’Images
Sécurisé du Forum
hébergeur


+
De Secours

=
hébergeurs sécurisés
Clic sur la ligne rouge

Postimage



Casimages



Zupimages



Les thrillers
*



Navigation et S.O.S.
*
en cas de non accès
au forum

Info..navigation

clic => <=

Lien à enregistrer
favoris / Marques pages


***********************
En cas de soucis
d'affichage
clic

***********


****
clic

/////////////////



Un souci sur le PC
avant de le

posez votre question
clic => accès <=

*

IMPORTANT
Mot de passe perdu





*
SOYEZ le ......


Inscrivez-vous
...
Vous serez accueillis,
avec chaleur..


Accès direct ICI

*


*
Retour Page Accueil

*

*
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 1 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Solaire

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 394 le Sam 26 Fév 2011 - 11:47
Le deal à ne pas rater :
Cartes Pokémon EB12.5 : commander le coffret ETB Zénith Suprême
Voir le deal

Les épidémies en France -

3 participants

Aller en bas

Les épidémies en France -  Empty Les épidémies en France -

Message  Laurelyne Mar 7 Déc 2021 - 10:39

HISTOIRE Deux documents datés de 1720 et 1721 racontent la manière de gérer le blocus sanitaire lors d’une épidémie mortelle, et certaines n’ont guère changé depuis trois siècles
Gilles Durand
Publié le 26/04/20 à 15h52 — Mis à jour le 26/04/20 à 15h520

Deux archives datées de 1720 et 1721, exhumés par des généalogistes, témoignent de la manière dont la France a géré la dernière grande épidémie de peste.
L’historien Patrice Bourdelais, spécialiste des épidémies, explique les différences et les ressemblances des méthodes, à 300 ans d’écart.
Ce sont deux documents d’archives qui datent de 300 ans. Et pourtant, ils font écho de façon surprenante à la situation de confinement et de lutte contre le coronavirus que vit actuellement la France.

Le premier est un « passeport de santé » daté de 1720, en pleine période de peste. Le second, édité un an plus tard en 1721, rassemble les instructions générales envoyées depuis Paris pour juguler la propagation de ce fléau dans les « lieux attaqués de la maladie contagieuse ». A trois siècles d’écart, on s’aperçoit que certaines méthodes ont évolué, mais d’autres non.
La peste de 1720-1722, dite « de Marseille »

En mai 1720
, un bateau de commerce transportant des étoffes de coton du Moyen-Orient accoste à Marseille. Longtemps, ce navire a été accusé d’avoir importé la peste dans le sud de la France.
Cette épidémie a duré plus de deux ans. Elle a tué près de la moitié des 85.000 habitants de Marseille et fait entre 90.000 et 120.000 morts en Provence et Languedoc, selon les estimations. « Il s’agit de la dernière grande peste d’Europe occidentale, souligne Patrice Bourdelais. A l’époque, la population avait une grande expérience de ces épisodes épidémiques qui survenaient tous les 5 à 10 ans. L’alerte était forte. Ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. »
L’efficacité du cordon sanitaire

Exhumée des archives de la bibliothèque nationale de France (BNF) par un groupe de généalogistes, une note d'« instructions sur les précautions » à prendre, datée de 1721, expose notamment la manière dont un cordon sanitaire militarisé doit être organisé pour faire blocus autour d’une zone contaminée.

« Le système était très bien rodé avec un cordon sanitaire pouvant rapidement reculer ses lignes de contrôles au fur et à mesure de la progression de la maladie, explique Patrice Bourdelais. On a pu isoler efficacement une partie du territoire en 1720, c’est une grande différence avec aujourd’hui ».

Et l’historien de préciser le dispositif : « Rigueur du blocage grâce à la vigilance sans faille des soldats, organisation de postes afin d’alimenter le lieu, rigueur dans la chasse aux repaires possibles de l’épidémie comme les paillasses, les vêtements ou les étoffes. Car la peste se développe d’abord dans une population de petits rongeurs qui transmettent la maladie à la puce qui pique l’homme et le contamine. »
Ressemblances frappantes

Pour l’historien, la similitude la plus frappante entre les méthodes d’aujourd’hui et celles d’il y a 300 ans, ce sont surtout les trois niveaux de distinction des malades. « L’organisation du placement des malades en trois strates est clairement exprimée dans ce document : les infirmeries pour les malades, des lieux pour les convalescents et d’autres endroits différents – où l’on effectue la quarantaine classique – pour ceux qui ont été en contact avec des malades et sont donc suspects. Cela rappelle des débats actuels sur le confinement général où nous sommes tous devenus suspects. »

Autre ressemblance, le « passeport de santé » évoqué aujourd’hui pour accélérer le déconfinement. En 1720, il s’agissait d’un laissez-passer, différent de l'« autorisation de déplacement dérogatoire » de 2020. « C’est une sorte de certificat de dépistage collectif. Les habitants d’une commune qui n’était pas touchée par l’épidémie pouvaient obtenir une autorisation de circuler. »

Le document montre l’exemple d’un Alexandre, de taille « médiocre » et aux cheveux « châtains », vivant à Remoulins dans le Gard. « La peste sévissant à Avignon, non loin de là, ce qui rendait les habitants du secteur a priori suspects. Le magistrat devait donc délivrer une autorisation pour que la personne puisse se rendre dans un territoire qui n’était pas touché. Visiblement le Tarn, dans ce cas. »
Autre temps, autres mœurs

En revanche, certaines instructions de l’époque peuvent choquer. Illustration avec deux passages du document : « Si quelqu’un de ceux qui ont été consignés vient à s’échapper, ils lui feront casser la tête » ou encore « On doit faire tuer tous les chiens et tous les chats, tant au dedans qu’au dehors du blocus, à une lieue au moins (…). Quoique ces animaux ne prennent pas le mal, ils le communiquent très souvent ».
« La rigueur du traitement réservé à ceux qui essaieraient de traverser les cordons, ainsi qu’à nos animaux domestiques, s’explique par la volonté absolue de limiter les déplacements, et l’observation répétée que ces animaux semblent aussi transmettre la peste, car leurs puces sont responsables de leur malheur », observe Patrice Bourdelais.

Mais la solidarité existait déjà à l’époque. Ainsi, les « instructions générales » se terminent par ce paragraphe : « Les amendes qu’il faut ordonner souvent pour les contraventions qui ne méritent pas la mort seront appliquées aux pauvres du lieu. Et le meilleur usage qu’on en puisse faire est de les employer à leur acheter des habits, au lieu de ceux qui auront été brûlés ».
« Effectivement, tous ceux qui ont dû laisser brûler leurs vêtements, voire leur maison, sont secourus par la communauté, la charité et les aumônes. Les œuvres chrétiennes étaient très nombreuses, rappelle l’historien. Et le montant des amendes infligées pour avoir contrevenu à certaines règles peut aussi être mobilisé à cette fin. » Aujourd’hui, on appellerait ça une subvention ou une aide de l’Etat.
Laurelyne
Laurelyne

Age : 79

Date d'inscription : 17/10/2020

Nombre de messages : 2024

Revenir en haut Aller en bas

Les épidémies en France -  Empty Re: Les épidémies en France -

Message  Solaire Mar 7 Déc 2021 - 11:51

Très intéressant Laurelyne 

on dit que l'Histoire se répète .. 

je crains bien que ce soit vrai
Solaire
Solaire

Age : 80

Date d'inscription : 26/02/2010

Nombre de messages : 12813

Revenir en haut Aller en bas

Les épidémies en France -  Empty Re: Les épidémies en France -

Message  Z06 Jeu 20 Jan 2022 - 11:31

Oupsssss, avec retard.

Bon sujet
Merci Laurelyne.
Z06
Z06
Admin

Age : 73

Date d'inscription : 07/05/2008

Nombre de messages : 57387

Revenir en haut Aller en bas

Les épidémies en France -  Empty Re: Les épidémies en France -

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum