EN PENTE DOUCE
IMPORTANT aux INSCRITS

à la lecture de ce message vous êtes déconnecté(e)s !!!
------------------------------------------
ATTENTION :

l'hébergeur vous déconnecte obligatoirement chaque fin de mois !
Pour accéder, en tant que membre enregistré : Veuillez vous reconnecter, au forum..
Cela peut, aussi, être opérationnel pendant 2/3 jours.

//
les Administrateurs, d' E.P.D..
L’actualité de saison
*


*


*

Derniers sujets
» mon coin !
Aujourd'hui à 9:10 par neurone

»  les dessins !
Aujourd'hui à 9:08 par neurone

» citations - pensee !
Aujourd'hui à 9:05 par neurone

» la question
Aujourd'hui à 7:34 par hulotte

» " Mots Finissant Par " ON "
Aujourd'hui à 6:29 par joelle

»  " Jeux des Phrases " avec le mot précédant "
Aujourd'hui à 6:29 par joelle

» " Prénom à Féter et Ephémérides du Jour "
Hier à 19:09 par romans

» "On n'est pas couché"
Dim 24 Sep 2017 - 16:03 par emeraude

»  --- POESIE ---
Dim 24 Sep 2017 - 12:25 par romans

» mon passe- temps
Dim 24 Sep 2017 - 11:57 par Annick

» triste epoque !
Sam 23 Sep 2017 - 23:20 par neurone

» coloriage anti-stress pour adulte
Sam 23 Sep 2017 - 17:03 par coccinelle

Hébergeurs d’Images

*
Cliquez sur le lien !

Imagesia



Hostingpics

ZupImages
De Tout de Rien
Les thrillers
*



Bureaux de Vote
*

OUVERT 24h/24


SOYEZ le ......



Inscrivez-vous
...
vous serez accueillis
avec chaleur..


Clic => Accès direct
*

Navigation et S.O.S.
*
en cas de non accès
au forum

Info..navigation

clic => <=

Lien à enregistrer
favoris / Marques pages


***********************

Pour rafraichir
l'écran "F5 "
clic ici"



*/*/////////////////////////*/



Un soucis sur le PC
ou
votre soucis sur votre PC
posez votre question

clic => accès <=

*

Retour Page Accueil
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 23 utilisateurs en ligne :: 4 Enregistrés, 0 Invisible et 19 Invités :: 1 Moteur de recherche

coccinelle, lilas, Marialys, neurone

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 394 le Sam 26 Fév 2011 - 11:47

L'éviction de PPDA.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'éviction de PPDA.

Message  Allegro le Jeu 17 Juil 2008 - 8:55

Myopie journalistique

L'éviction de PPDA

Elie Guedj pour Evene.fr - Juillet 2008

Fin de carrière à TF1 pour la star du journal de 20 heures Patrick Poivre d'Arvor. Victime de la modernisation de la chaîne privée ou de la rancune du président Sarkozy, l'information fait les gros titres et inquiète la profession depuis plusieurs semaines. Ce quinquennat sera-t-il celui de la "sarkommunication"… ou d'une myopie de journaliste ?
C'est l'histoire d'une vedette de l'information qui est renvoyée sans bisou ni accolade. C'est l'histoire d'une entreprise qui veut se moderniser face aux pertes d'audiences, conséquences des concurrences avec les nouvelles chaînes de la TNT et de l'Internet. C'est l'histoire d'un président en proie à la suspicion parce qu'il se mêle de tout et ne s'en cache pas. Sélectionneur de l'équipe de France, programmateur télé, historien, douanier, Premier ministre... Elargissant outrageusement les compétences du chef de l'Etat, il serait responsable de cette éviction.

Enfin, c'est l'histoire improbable de journalistes qui rient aux blagues du président durant les conférences de presse quand l'un d'eux est moqué, qui s'étonnent naïvement des manières un peu brutales d'une grande maison comme TF1 et s'interrogent sur un supposé contrôle du pouvoir sur les médias. Plus proche des 'Nouveaux chiens de garde' dont parle Serge Halimi que d'Albert Londres, plus star que médiateur éclairé, plus spectaculaire qu'essentiel, PPDA semble à l'image de ses confrères : éventuellement victimes des contrariétés du marché ou d'un pouvoir politique dont ils assurent paradoxalement la pérennité. Durant deux semaines, du Point à L'Express en passant par le "subversif" magazine Marianne ou Le Canard enchaîné,
la presse a été rivée à une information exclusive : le départ forcé de PPDA. Avec des titres plus drôles et grandiloquents les uns que les autres : "Sarkozy contrôle-t-il les médias ?", pour l'hebdomadaire de FOG ; "Main basse sur les médias" pour Laurent Neumann ; "Comment l'Elysée pilote TF1 en direct", pour le journal satirique du mercredi ; "Sarkozy et la télé : histoires secrètes" pour Christophe Barbier. PPDA a déchaîné les foules, rameuté les moutons enragés. Seul Le Figaro a fait son petit papier sympa sur la carrière de rebelle de l'ex-animateur.
avatar
Allegro

Date d'inscription : 17/05/2008

Nombre de messages : 12427

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éviction de PPDA.

Message  Allegro le Jeu 17 Juil 2008 - 9:02

L'indétrônable PPDA


Il n'est pas très cathodique de virer l'icône sexagénaire du journal de 20 heures. Viré, licencié, démissionné, dégagé, trahi, trompé, abandonné… Et, à la surprise générale, TF1 n'est pas une "Justine" bonne et vertueuse mais une entreprise dont le contenu en général en dit suffisamment sur l'état d'esprit en particulier. Plus de vingt ans de maison pour se voir évincé par une jolie et compétente journaliste (Laurence Ferrari) un jour de terre battue à Roland-Garros. Arrivé le 31 août 1987 comme présentateur vedette du 20 heures, le journaliste Patrick Poivre d'Arvor n'a pas tenu, malgré l'ancienneté et la notoriété, un charisme irréfutable et une audience qui reste, une petite perte de vitesse mise à part, exceptionnelle. Ni l'interview bidon de Fidel Castro ni ses liens avec Pierre Botton et ses ennuis judiciaires n'avaient réussi à le faire plier. Becs et ongles, il s'est accroché au siège cuirassé du 20 heures. Son amitié bretonne avec le président Le Lay y était probablement pour quelque chose. Mais voilà, dans son malheur, PPDA connaît une sortie en or : l'animateur, figure emblématique du système, s'est offert un baroud d'honneur quasi romanesque. Et cette mise à l'écart semble avoir ému plus que la situation des malheureux de Metaleurop ou de Danone. Nous avons d'ailleurs eu droit à ce sondage passionnant : 55 % des Français trouvent son congé forcé illégitime.


L'ombre de Sarkozy

Ainsi, les interrogations pathétiques et circonstancielles seraient :
PPDA est-il victime de l'arbitraire de Sarkozy ? Le chef de l'Etat est-il aussi le chef des médias ? A cela Daniel Psenny du journal Le Monde a répondu avec pertinence : "Les preuves ? Il n'y en a pas. Les soupçons ? Ils sont légion." (1) Même PPDA avoue seulement une colère contre "les quatre personnes" dont il sait "qu'elles ont trempé dans cette histoire", mais n'accuse nullement le Président. (2) Alors comment justifier ces soupçons ? L'omniprésence du Président, ses aveux de domination, la dernière vidéo off où il se satisfait de son pouvoir d'opposition à l'éviction du journaliste Gérard Leclerc et, enfin, ses amitiés si grossières. Car Nicolas Sarkozy n'a jamais caché sa complicité avec Martin Bouygues, Vincent Bolloré (Havas, Direct 8 et deux quotidiens gratuits), Bernard Arnault (LVMH, Les Echos, Radio classique...) ou Jean-Luc Lagardère (Europe 1, le JDD, Elle...), figures emblématiques des médias français.

Les nominations à de nombreux postes clés des médias ne plaident pas non plus en faveur d'une indépendance des médias français : Jean-ClaudeDassier patron de l'information de TF1, l'ex-directeur de campagne du candidat Sarkozy Laurent Solly, à la direction de TF1, Nicolas Beytout nommé aux Echos. Quelle image retenir d'un Jean-Pierre Elkabbach, alors patron d'Europe 1 (depuis président de Lagardère News), qui demande conseil à Sarkozy pour choisir la journaliste qui le suivra
durant la campagne ?
Que traduit l'annonce exclusive, en 2006, de l'arrivée de Harry Roselmack sur TF1 par le président, lui-même, au Club Averroès (3) ? Enfin, il y a l'affaire Genestar qui précède celle de PPDA. (4) L'ancien directeur de la rédaction de Paris Match aurait payé de son renvoi la parution d'un reportage montrant Cécilia Sarkozy et Richard Attias dans leur nouvel appartement de New York.


(1) In Le Monde du 16 juin 2008.
(2) Entretien avec Irène Frain paru dans
Paris-Match, 3 juillet 2008.
(3) Le Club Averroès est une association qui lutte contre la ségrégation raciale et sociale dans les médias français.
(4) Cf. le livre d'Alain Genestar, 'Expulsion', ed. Grasset.
avatar
Allegro

Date d'inscription : 17/05/2008

Nombre de messages : 12427

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éviction de PPDA.

Message  Allegro le Jeu 17 Juil 2008 - 9:06

Punitions

Parallèlement, peut-on ignorer les difficultés réelles de TF1 ? En effet, depuis un certain temps, la propriété de Bouygues souffre d'une perte de vitesse économique conséquente à l'évolution irréversible des parts de marché de la TNT et d'Internet. En pleine modernisation de la chaîne, le rapport audience / salaire / identité devenait défavorable à PPDA. Ainsi fallait-il terminer le grand ménage entrepris par Nonce Paolini afin de réorienter la chaîne privée. Un petit coup de main avec une suppression opportune de la publicité sur le service public et une plausible deuxième coupure publicité pour les télés privées auraient tendance à relever les têtes baissées des angoissés de TF1 ou de M6. Merci qui ?

Réaliste aussi, l'hypothèse que l'opposition victorieuse du présentateur à l'intronisation de Nicolas Beytout aurait fini par agacer. Plus théâtral pour la vedette télé, l'idée que son interview à l'Élysée en juin 2007 aurait profondément blessé le président de la république au point de crédibiliser la thèse de la rancune. "N'avez-vous pas le sentiment d'être comme un petit garçon en train de rentrer dans la cour des grands ?", lui avait demandé PPDA. Intervention beaucoup moins caustique et pertinente que l'interview musclée de Laurence Ferrari avec le candidat Sarkozy en pleine campagne présidentielle durant l'émission Dimanche +. Finalement avec le soutien gênant et assumé du président, la plus décrédibilisée est bien la future animatrice du 20 heures de TF1.
avatar
Allegro

Date d'inscription : 17/05/2008

Nombre de messages : 12427

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éviction de PPDA.

Message  Allegro le Jeu 17 Juil 2008 - 9:14

Un procédé efficace : la vaccine

Qu'est-ce que la vaccine dans les 'Mythologies' de Barthes ? Cela consiste à "confesser le mal accidentel d'une institution de classe pour mieux en masquer le mal principiel ; on immunise l'imaginaire collectif par un petite inoculation de mal reconnu." (5) Aujourd'hui, ce procédé est devenu indispensable en communication politique. Et qui mieux que Nicolas Sarkozy joue la carte de la vaccine ? Je confesse implicitement mon pouvoir sur les médias pour mieux cacher la gravité d'une politique
essentialiste, j'avoue ma volonté de dominer TF1 et l'audiovisuel public pour masquer ma chute dans les sondages et l'inapplicabilité de mon projet en ce qui concerne le pouvoir d'achat, je reviens sur les acquis sociaux pour évincer le désir de progrès, etc. Et, à ce jeu-là, les Français apparaissent beaucoup plus lucides que les journalistes.
La sémiologie de Barthes devrait être étudiée dans toute bonne école de journalisme afin de décrypter les artifices de la communication et déconstruire les manipulations politiques. Aveugles ou léthargiques dans leur microcosme, les journalistes jouent le jeu de la farandole présidentielle et entretiennent la théâtralisation de la politique et des affaires publiques. Tristesse de la cécité et de l'effronterie institutionnalisée, ils se croient libres et indépendants, subversifs et éclairés, alors que les collaborateurs du président doivent rire de leur naïveté, de leur manque de discernement et que les citoyens pleurent leur trahison en les voyant pavoiser régulièrement dans les médias substituant l'ego à l'information, la doxa au professionnalisme. Comportement diagnostiqué : myopie d'un journalisme sirupeux.


Comme l'analyse à juste titre Denis Muzet, sociologue et spécialiste des médias, "TF1 et PPDA, sa figure de proue, ont fini par incarner le pouvoir en place, un pouvoir traditionnel, hiérarchique, pyramidal", semblable à une persistance de la France à papa. Preuve que loin de représenter un contre pouvoir ou une critique éclairée, l'animateur asseyait les institutions, confortait l'idée d'une certaine France "druckerisée". Le journalisme incisif, indépendant n'a vraisemblablement pas perdu grand-chose de cette éviction ; le spectacle, oui.
Car à cette parade, le président de la république et les journalistes participent ensemble, aux dépens trop souvent des analyses de fond, des débats constructifs et d'une véritable information riche et hétérogène.
Revenir à la critique juste, donc, qui selon Vincent Duclert "ne signifie pas opposition systématique mais bien mise en question et onfrontation de pouvoir avec ses discours et pratiques d'une part, les valeurs de la démocratie de l'autre". (6)


Incapable de penser la réalité effective, dorlotant ses nouveaux avantages particuliers, Sarkozy savoure ce destin inespéré à coup de mesures hâtives, d'ubiquité troublante, de petites phrases inconsistantes - la dernière en date, lors d'un discours au conseil national de l'UMP : "La France est en train de changer (...), désormais quand il y a une grève en France, personne ne s'en aperçoit." Basée sur le sens commun, l'émotion, les raccourcis tautologiques, les lapalissades et l'opinion plutôt que le jugement, sa politique glisse progressivement vers la vacuité et l'improvisation (seulement un an après son élection). D'où sa nécessité d'exalter la forme, la communication, aux dépens du fond. Et à cette manière de pratiquer la politique, le journaliste répond trop souvent présent, attiré par le spectacle de la spontanéité et de la mise en scène d'un quotidien singulier. Altéré par la puissance d'une communication englobante et attractive adaptée à une presse et des médias réactifs, le journaliste en a perdu ses repères et son esprit critique abandonnant le réel pour le monde de la "sarkommunication". Ainsi, aujourd'hui, plus que jamais, et pour paraphraser Serge Halimi, contre les amateurs de la connivence, du spectacle et des yeux fermés, il paraît évident que la lucidité est devenue une forme de résistance. (7)


(5) Roland Barthes, 'Mythologies', éd. Seuil.
(6) In
Le Monde du 8 juillet 2008.
(7) Les références à Serge Halimi sont tirées des 'Nouveaux Chiens de garde', éd. Liber-Raisons d'Agir.




Elie Guedj pour Evene.fr - Juillet 2008
avatar
Allegro

Date d'inscription : 17/05/2008

Nombre de messages : 12427

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éviction de PPDA.

Message  Annick le Jeu 17 Juil 2008 - 11:01

Merci Allegro,

L'hedomadaire Mariane de cette semaine titre " Cette société qui tourne autour d'un seul soleil...L'ARGENT " , avec une chronique de J-F Kahn : "Quand l'argent pervertit les médias".






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69323

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éviction de PPDA.

Message  Allegro le Jeu 17 Juil 2008 - 11:12

C'est tout à fait ça Annick, il n'y a plus de liberté d'expression en France, on va revenir à un pays policier dans lequel tout sera régi par un seul homme comme au Maroc ou en Tunisie. Il n'y a qu'à voir dernièrement l'histoire de Auto-Plus et son journaliste mis en examen parce qu'il refuse de dévoiler le nom de son informateur. Evil or Very Mad
avatar
Allegro

Date d'inscription : 17/05/2008

Nombre de messages : 12427

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éviction de PPDA.

Message  Campanule le Mer 23 Juil 2008 - 17:57

Je trouve tout cela déplorable également, nous sommes vraiment mal barrés :crise:

Merci Allegro
avatar
Campanule

Date d'inscription : 07/05/2008

Nombre de messages : 29218

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'éviction de PPDA.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum