Un rapport de la Cour des comptes pointe le manque de contrôle des assurés résidant à l'étranger, conduisant les organismes de retraite à verser des pensions à des morts.                        La Sécurité sociale doit encore faire des efforts. Dans un rapport annuel, la Cour des comptes déplore que “le rééquilibrage des comptes reste lent”. Parmi les axes d’amélioration, l’institution suggère d’opérer un meilleur contrôle des pensions de retraite versées à l’étranger afin d’éviter les fraudes. Car il arrive que l’argent soit tout simplement versé à des assurés… morts. L’enjeu n’est pas anecdotique : en 2015, 6,5 milliards d’euros ont été envoyés hors des frontières françaises, soit 2,2% du total des dépenses de retraite. Les versements sont concentrés dans cinq pays, à savoir l’Algérie, le Portugal, l’Espagne, le Maroc et l’Italie. 200 millions d’euros seraient versés à tort chaque année, selon Les Échos.