EN PENTE DOUCE
IMPORTANT aux INSCRITS

à la lecture de ce message vous êtes déconnecté(e)s !!!
------------------------------------------
ATTENTION :

l'hébergeur vous déconnecte obligatoirement chaque fin de mois !
Pour accéder, en tant que membre enregistré : Veuillez vous reconnecter, au forum..
Cela peut, aussi, être opérationnel pendant 2/3 jours.

//
les Administrateurs, d' E.P.D..
L’actualité de saison
*


*


*

Derniers sujets
»  les dessins !
Aujourd'hui à 14:55 par lilas

» mon coin !
Aujourd'hui à 14:54 par lilas

» triste epoque !
Aujourd'hui à 12:51 par neurone

» " Prénom à Féter et Ephémérides du Jour "
Aujourd'hui à 11:49 par lilas

» " Mots Finissant Par " ON "
Aujourd'hui à 11:44 par marie

» citations - pensee !
Aujourd'hui à 11:38 par marie

» la question
Aujourd'hui à 8:17 par hulotte

»  " Jeux des Phrases " avec le mot précédant "
Hier à 11:56 par marie

» nos jeux aux pieds de Notre- Dame de Paris
Mar 19 Sep 2017 - 11:48 par marie

» Le Chat de Geluck !!!
Mar 19 Sep 2017 - 11:10 par rosine

» "On n'est pas couché"
Lun 18 Sep 2017 - 20:30 par Annick

» prenez vos stylos posez vos téléphones
Lun 18 Sep 2017 - 0:41 par Annick

Hébergeurs d’Images

*
Cliquez sur le lien !

Imagesia



Hostingpics

ZupImages
De Tout de Rien
Les thrillers
*



Bureaux de Vote
*

OUVERT 24h/24


SOYEZ le ......



Inscrivez-vous
...
vous serez accueillis
avec chaleur..


Clic => Accès direct
*

Navigation et S.O.S.
*
en cas de non accès
au forum

Info..navigation

clic => <=

Lien à enregistrer
favoris / Marques pages


***********************

Pour rafraichir
l'écran "F5 "
clic ici"



*/*/////////////////////////*/



Un soucis sur le PC
ou
votre soucis sur votre PC
posez votre question

clic => accès <=

*

Retour Page Accueil
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 17 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 17 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 394 le Sam 26 Fév 2011 - 11:47

TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Sam 8 Fév 2014 - 11:18

LE TOURNOI :





LES FÉMININES :






Dernière édition par Woody le Dim 9 Fév 2014 - 11:30, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Dim 9 Fév 2014 - 11:20



COMPOSITION DU XV DE FRANCE FACE A L'ITALIE.

Philippe Saint-André a annoncé la composition du XV pour le deuxième match du XV de France face à l'Italie. Vainqueurs de l'Angleterre samedi dernier, les Tricolores n'auront pas le droit à l'erreur sur la pelouse du Stade de France. Comme on pouvait le supposer avec la sortie de Maxime Médard, Hugo Bonneval a été préféré à Gaël Fickou à l'aile. 30 ans après son père, le Parisien fera donc ses débuts sous le maillot de l'équipe de France. "Hugo Bonneval est dans la suite logique des performances qu'il fait avec le Stade Français et avec nous depuis 15 jours. Même s'il joue plus souvent à l'arrière, je l'ai vu contre les Irish à l'aile et il avait été élu homme du match. Sa vitesse est un plus ainsi que sa capacité à gagner les duels." À noter que la charnière a aussi été conservée alors que François Trinh-Duc sera sur le banc. "Pour son premier match, Jules Plisson a montré des choses de qualité, tout en sachant que sur le banc il y a cinq avants et trois 3/4 parce qu'on s'est aperçu que pour Jules cela avait difficile de faire 80 minutes." Marqueur de l'essai victorieux, Gaël Fickou pourrait donc rentrer rapidement.

"Rien ne m'interdit de le titulariser. C'est une question d'équilibre. Mathieu a été bon défensivement et offensivement. Gaël est rentré en nous apportant sa jeunesse. Il pourrait entrer rapidement. Il fait complètement partie de cette équipe de France. On gagne ou on perd à 23." À ce titre, Saint-André explique également cette rotation au niveau des 3/4. "On a besoin de trois ailiers de grande qualité. On a besoin de voir Hugo à ce poste. Max n'a pas fait un mauvais match contre l'Angleterre, mais il doit amener plus. Il le sait aussi. Il peut et doit mieux faire."

Des changements en deuxième ligne.

Remplaçant contre l'Angleterre, Yoann Maestri retrouve la deuxième ligne avec Pascal Papé. "En deuxième ligne, on travaille avec quatre joueurs depuis deux ans. Alexandre Flanquart a fait un bon match contre l'Angleterre mais contre l'Italie on voulait plus de puissance. Donc Maestri est titulaire et Vahaamahina, polyvalent, sur le banc." Saint-André a également tenu à expliquer la présence de ce dernier, alors qu'il n'avait pas été retenu pour le Crunch par manque de temps de jeu en championnat : "La chance qu'il a c'est d'avoir été trois semaines avec nous. Il a travaillé énormément même s'il a peu joué en Top 14." En première ligne, le Racingman Dimitri Szarzewski sera titulaire. "Nous avons deux talonneurs de même niveau. Par rapport à la stratégie, c'est bien que Dimitri rentre après ce qu'il a montré face à l'Angleterre."

L'Italie, un adversaire à prendre au sérieux.

Le sélectionneur fait jouer la concurrence et attend de ses joueurs qu'ils continuent sur la lancée de la victoire lors du Crunch. "Les joueurs ont fait quelque chose de bien contre l'Angleterre, mais ce n'est qu'un match de rugby. À nous de nous préparer pour rester lucide mais aussi pour oser en nous faisant des passes, et en insistant sur ce qui n'a pas fonctionné comme la touche et les plaquages. Que cette victoire nous transcende, et nous amène encore plus d'efficacité. Il nous reste deux jours pour gagner en férocité pour gagner face à notre public contre l'Italie." Un adversaire qu'il faut désormais aborder comme les autres nations du Tournoi. "Il n'y a plus un match facile dans le 6 nations. Les Italiens ont énormément d'expérience devant, sont très bien organisés. Ils peuvent enchaîner plusieurs matches de haut niveau. Ils ont posé des problèmes aux Gallois durant 80 minutes. C'est ce qui fait la beauté de cette compétition."

Alexandre Flanquart et Ibrahim Diarra sortent du groupe et regarderont le match des tribunes.



LA COMPOSITION DE L'ITALIE FACE AU XV DE FRANCE.

Le sélectionneur de l'Italie Jacques Brunel a communiqué son XV de départ après l'annonce de Philippe Saint-André. Cinq changements sont à noter côté transalpin avec la sortie de l'ailier Esposito, coupable sur l'essai de Cuthbert en début de match face au Pays de Galle, du centre Sgarbi, du troisième ligne Zanni, du deuxième ligne Bortolami et du pilier Rizzo. Seront titulaires à leur place Iannone, Garcia, Minto, Furno et de Marchi. Un XV rajeuni avec une moyenne d'âge de 21 ans pour les ¾ contre 24 chez les arrières français.







Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Annick le Dim 9 Fév 2014 - 12:52


L'équipe de France de rugby est plus représentative que ne l'est l'équipe de football.






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Z06 le Dim 9 Fév 2014 - 13:37

et surtout "moins chochette" sur le terrain

BRAVO les GARS


*/*
"Le plaisir se ramasse, la joie se cueille et le bonheur se cultive." - Bouddha..

sunny

Z06  Administrateur Technique 
avatar
Z06
Admin

Age : 67

Date d'inscription : 07/05/2008

Nombre de messages : 40722

Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Annick le Dim 9 Fév 2014 - 18:09


La France a gagné  cheers 






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Z06 le Dim 9 Fév 2014 - 20:13

:bravo:  l'Equipe


*/*
"Le plaisir se ramasse, la joie se cueille et le bonheur se cultive." - Bouddha..

sunny

Z06  Administrateur Technique 
avatar
Z06
Admin

Age : 67

Date d'inscription : 07/05/2008

Nombre de messages : 40722

Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Lun 10 Fév 2014 - 11:25



LES Z'HOMMES.




LES FÉMININES.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Annick le Lun 10 Fév 2014 - 12:20


Woody, elle est belle ta rugby-wooman  Very Happy 






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Lun 10 Fév 2014 - 14:58




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Mar 11 Fév 2014 - 9:15

Slimani convoqué mercredi.
10/02 18h22 - Rugby, XV de France 




Expulsé dimanche à la 71e minute du match face à l’Italie (victoire des Bleus 30-10) pour avoir donné un coup de tête au pilier remplaçant de la Nazionale, Michele Rizzo (exclu aussi), le pilier du Stade Français et du XV de France, Rabah Slimani, sera entendu mercredi après-midi à Dublin par la commission de discipline indépendante du Tournoi des six nations. Le staff du XV de France espère la même clémence que la commission de l’IRB qui avait blanchi le deuxième ligne tricolore Yoann Maestri, exclu pour avoir répondu aux provocations du pilier tongien Sona Taumalolo, en novembre dernier au Havre.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Mar 11 Fév 2014 - 15:23

Carton plein pour les Bleus.

Seize pénalités, un carton jaune, un rouge (une première dans le Tournoi depuis 1992 !)... Les Français ont perdu leurs nerfs dimanche face à l’Italie. Des sanctions qui ternissent la victoire de l’aveu même du sélectionneur.

Et soudain, les Bleus ont perdu leurs nerfs. Carton jaune pour Sébastien Vahaamahina, tout juste entré en jeu. Carton rouge pour Rabah Slimani. En 72 secondes, le XV de France se retrouve à treize, avec encore dix minutes à jouer. Une double sanction qui n’a pas été, mais alors pas du tout, du goût de Philippe Saint-André, déjà courroucé par l’indiscipline ordinaire de son équipe. L’arbitre sud-africain Jaco Peyper a en effet sanctionné sa troupe de seize pénalités (plus deux coup-francs). Des statistiques indignes du plus haut niveau.

Avenir sombre pour Vahaamahina.
A l’heure des confidences, c’est le deuxième-ligne de Perpignan qui est le moins pardonné. Trois minutes après avoir remplacé Pascal Papé, le capitaine tricolore, Vahaamahina exprime son mécontentement envers une décision arbitrale en dégageant au loin le ballon d’un coup de pied rageur. Un geste stupide aussitôt réprimandé. «On n’est pas en Fédérale 2, cingle Yannick Bru, l’entraîneur des avants. On ne tape pas dans le ballon pour dire qu’on n’est pas d’accord avec l’arbitre !» Le sélectionneur en chef est encore plus courroucé. «C’est tout simplement inacceptable», répète PSA à plusieurs reprises.

De quoi douter de l’avenir du futur Clermontois sous le maillot bleu. En balance avec Alexandre Flanquart pour un strapontin aux côtés du duo Papé-Maestri, le Wallisien (22 ans, 10 sélections) s'est vu accorder «une dernière chance» lundi par les sélectionneurs. Un avertissement qui se rajoute à un début d’année complètement raté. En méforme et rechignant à fournir les efforts nécessaires suite au conflit qui l’oppose à l’entraîneur catalan, Marc Delpoux, Sébastien Vahaamahina n’a disputé que 94 minutes sous le maillot sang-et-or en 2014. Le cumul de trois courtes apparitions...

Slimani peut s'en vouloir.
Paradoxalement, Rabah Slimani, pourtant plus lourdement sanctionné, attise moins le ressentiment du staff tricolore. Le pilier du Stade Français, victime d’un coup de tête de son vis-à-vis Michele Rizzo sur une mêlée, a eu le tort de répondre fugacement avant de se prendre en retour une série d’uppercuts, cette fois sans répliquer. C’est le teint très pâle, conscient d’avoir commis l’irréparable, que le Parisien est revenu sur son erreur. «Je m’en veux terriblement. Je n’ai pas réfléchi. C’est la première fois que je me fais agresser ainsi et j’aurais dû réfléchir, se morfond le joueur de 24 ans (5 sélections). On est des hommes, on a des réactions. Ça sort tout seul. Mais je n’aurais pas dû répondre. Je mets l’équipe, déjà réduite à 14, dans la galère.»
Contrit et visiblement malheureux, Rabah Slimani croise les doigts pour ne pas écoper d’une sanction trop lourde devant la commission de discipline du Tournoi des six nations. «J’espère bénéficier de la jurisprudence Maestri», glisse-t-il, miné. En novembre dernier, le deuxième-ligne toulousain avait également récolté un rouge, coupable d’avoir répondu aux coups de poing du pilier tongien. Mais les juges de l’IRB avaient estimé que cette sanction se suffisait à elle-même et n’y avait pas ajouté de semaines de suspension.

La commission du Tournoi fera-t-elle preuve d’autant de mansuétude ? Slimani l’espère en mettant en avant son casier judiciaire vierge. «J’espère prendre le moins possible. C’est la première fois de ma carrière que je prends un rouge. Je n’ai pas un tempérament violent. J’ai juste eu une réaction épidermique à chaud…» Yannick Bru soupire. «Ça fait partie de l’apprentissage. Mais c’est dommage car ces gestes stupides ternissent terriblement notre fin de match.»

Ils ternissent aussi la réputation d’un XV de France qui était parvenu, au fil des ans, à se faire oublier des arbitres. Dans le Tournoi, les cartons rouges infligés aux Bleus remontent à un autre siècle. Jean-Pierre Garuet, le premier, en 1984 ; Alain Carminati en 1990 ; et, bien sûr, la double expulsion de Grégoire Lascubé et Vincent Moscato lors d’une déroute de triste mémoire contre l’Angleterre en 1992. Vingt-deux ans plus tard, Rabah Slimani les rejoint dans l’opprobre. Son visage triste ne fait aucun doute : il s’en serait bien passé.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Sam 15 Fév 2014 - 9:42


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Dim 16 Fév 2014 - 9:25


LA FRANCE PERD KAYSER !



La blessure de Benjamin Kayser en toute fin de rencontre vendredi contre Grenoble est un coup dur pour Clermont et l’équipe de France. Touché au ligament latéral interne, le talonneur ne devrait pas retrouver les terrains avant six semaines. Une convalescence - synonyme de fin de Tournoi des 6 Nations - qui relance un peu plus le débat entre la FFR et la LNR.
La soirée a été rude pour l’ASM Clermont qui ouvrait le bal de la 19e journée de Top 14 contre Grenoble. Le point de bonus défensif aura bien du mal à consoler les «jaunards.» Car, en plus de la défaite (16-13), le leader auvergnat a vu la rencontre ternie par la sérieuse blessure de son talonneur international. Comme l’annonçait le club sur son site, l’IRM passée samedi matin a révélé une rupture partielle du ligament latéral interne du genou droit. Si celle-ci ne nécessite pas d’intervention chirurgicale, Benjamin Kayser est d’ores et déjà forfait jusqu’à la fin du Tournoi des six nations.
 
Cette situation devrait raviver le feu des discussions entre la Fédération Française de Rugby (FFR) et la Ligue Nationale de Rugby (LNR) qui ont alimenté le début de semaine. Pour rappel, le manager du XV de France, Philippe Saint-André, avait exprimé lundi dernier son souhait de voir les douze internationaux titulaires lors des deux premiers matches du Tournoi exemptés de cette 19e journée de Top 14. Si Clermont - en ne faisant pas jouer Thomas Domingo et Wesley Fofana - avait été le seul club avec Castres à répondre favorablement à la requête du sélectionneur tricolore, Benjamin Kayser était, lui, remplaçant lors du deuxième match contre l’Italie. «Il y a une concertation entre gentlemen», avait temporisé Philippe Saint-André concernant les pourparlers avec les entraîneurs du Top 14. Pas sûr qu’après cette blessure les relations demeurent aussi conviviales.

A noter que le Stade Toulousain, dont le président René Bouscatel avait farouchement refusé de libérer Yannick Nyanga, Louis Picamoles, Yoann Huget et Jean-Marc Doussain, n’a aligné que le dernier pour débuter la rencontre contre Biarritz. S’agissant du Stade Français qui avait laissé planer le doute sur le sort de Jules Plisson et Pacal Papé, le club parisien a finalement décidé de ne pas les inscrire sur la feuille de match pour le déplacement à Brive. Hugo Bonneval, en revanche, est titulaire. Enfin, Nicolas Mas est lui sur le banc montpelliérain pour la rencontre face à son ancien club Perpignan.

Le nom du remplaçant de Benjamin Kayser a été dévoilé. C'est le Castrais Brice Mach (27 ans, 0 sélection) qui a été choisi alors que le Perpignanais Guilhem Guirado et le Toulousain Christopher Tolofua étaient pressentis.

Le groupe France pour le Pays de Galles :

Avants : Domingo (Clermont), Forestier (Castres), Szarzewski (Racing-Métro), Mas (Montpellier), Slimani (Stade Français), Lapandry (Clermont), Flanquart (Stade Français), Maestri (Toulouse), Papé (Stade Français), Vahaamahina (Perpignan), Bruni (Toulon), Diarra (Castres), Le Roux (Racing-Métro), Nyanga (Toulouse), Chouly (Clermont), Picamoles (Toulouse)

Arrières : Doussain (Toulouse), Machenaud (Racing-Métro), Plisson (Stade Français), Talès (Castres), Bastareaud (Toulon), Fickou (Toulouse), Fofana (Clermont), Mermoz (Toulon), Andreux (Racing), Huget (Toulouse), Médard (Toulouse), Bonneval (Stade Français), Dulin (Castres)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Mer 19 Fév 2014 - 17:41


Brice Mach, le combat d'une vie.

 Le talonneur de Castres honorera sa première sélection vendredi face au pays de Galles. Un an et demi après avoir vaincu un cancer de la thyroïde.

Il parle. Sourit. Parle encore. Nullement impressionné pour sa première face aux médias à Marcoussis. Au contraire. Brice Mach est tout à son bonheur et ne se fait pas prier pour le partager. «C’est un rêve de gosse qui se réalise», répète le talonneur de Castres, appelé de dernière minute pour pallier le forfait du Clermontois Benjamin Kayser. Ce n’est pas une formule. Depuis qu’il a quatre ans, il vit, mange et dort rugby. Inspiré par son père, Daniel, boxeur reconverti au rugby. «Être ici, c’est la récompense du travail de toute une vie, confie le champion de France. C’est une reconnaissance pour mon club de formation, Pollestres, pour tous les entraîneurs que j’ai eu chez les jeunes, pour le Castres Olympique. Et c’est une formidable récompense pour ma famille qui a toujours cherché à me mettre dans un cocon pour que je puisse me consacrer au maximum à mon rugby.» Il ne le dit pas spontanément mais c’est également une incroyable revanche sur la vie.

Fin 2011. Brice Mach passe une IRM ordinaire des cervicales.  Qui révèle un problème de thyroïde. Quelques examens de plus, la découverte d’un nodule, et le verdict tombe, inquiétant : cancer… Le Catalan serre les dents, termine la saison. Et se fait opérer en juin 2012, au lendemain du barrage perdu contre Montpellier. «Je n’ai pas sombré. Une maladie, ça se soigne. Je me suis battu pour qu’elle ne m’emporte pas. Et puis, même si le mot semble inapproprié, quelque part ça m’a soulagé. Ce diagnostic expliquait beaucoup de choses : mon extrême fatigue, mes blessures à répétition, pourquoi mon niveau baissait. J’ai compris que ce n’était pas moi….» Il a enfin compris pourquoi il ne parvenait plus à tenir le rythme d’un match. «J’avais beau dormir 10 heures, je me levais toujours fatigué. Ça me rongeait moralement.»
Sitôt le diagnostic connu, il se met en mode combat. Comme sur un terrain. «Je n’ai pas accepté ce sort. C’est ce qui m’a aidé à me relever.» A une vitesse qui a laissé son chirurgien pantois. «Pour récupérer physiquement d’une telle opération, d’un tel traitement, il faut normalement huit ou neuf mois, révèle Brice Mach. Moi, un mois après, je faisais du physique. Bon, j’étais un peu fatigué mais je tenais avec les nerfs.» Un mois de plus et il rejouait. «C’est beaucoup dans la tête, estime le joueur de 27 ans. Pendant un an et demi, j’avais rongé mon frein, me demandant  pourquoi je n’arrivais plus à jouer au rugby. Là, je revivais. Je pouvais tout lâcher.» Ses proches racontent que, dans le «bunker» où il fut isolé durant deux semaines après son opération, afin de protéger son entourage des radiations, il avait poussé le lit et s’astreignait à de longues séances de corde à sauter. «Elle touchait le mur…», se souvient le talonneur cubique (1,78 m, 101 kg).

Il parle, sourit, confie son bonheur d’être là, devant les journalistes curieux de son histoire. Tout en se montrant soucieux de ne pas donner de leçons. «Vu les épreuves que j’ai traversées, j’arrive sans pression. Je vis au jour le jour. Et chaque jour est un pur bonheur. Je vais tout faire pour en profiter un maximum.» Ce combat contre la maladie l’a-t-il changé ? «Non, réplique-t-il. Ça ne fait que confirmer le caractère que j’avais. Je ne me posais pas plus de questions que ça. Et ça me complexait. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Je suis comme ça, point barre. J’apprécie le moment présent, je saisis les occasions qui se présentent… Enfin, je ne vais pas faire le grand philosophe. C’est loin d’être le cas. Ni la pleureuse. Ce n’est pas du tout mon style.» Et de partir d’un rire communicatif.

Pour son bizutage, il chante du Johnny.
Rêvait-il de ce moment, de ce maillot bleu ? Évidemment. Mais pas chaque matin en se rasant. «Je me disais que, dans la vie, on a ce qu’on mérite. Si ça devait être le cas… Simplement, je travaillais plus, et encore plus. Pour régler tous les petits détails, pour toujours progresser. C’est mon caractère : je ne suis jamais satisfait, je cherche toujours à faire mieux. Après, comme ce n’est pas moi qui décide, je ne me posais pas 10 000 questions.» Il ne s’en pose pas plus depuis samedi après-midi où il a appris sa sélection dans les vestiaires, après la défaite de Castres à Toulon. Direction l’aéroport et Marcoussis sans passer par la case maison. «J’ai un minimum d’affaire avec moi mais ce n’est pas un souci.» Le moment le plus compliqué ? Le traditionnel bizutage. «J’ai chanté devant tout le groupe Gabrielle, de Johnny Hallyday.» Avant de se plonger, dès samedi soir, dans les annonces en touche. «Comme un petit élève studieux.» Dans l’urgence. Jusqu’à vendredi soir et le match contre les Gallois à Cardiff. «Ce n’est pas un aboutissement mais une étape que je veux franchir avec brio.» A la pointe du combat, comme toujours. «Les Gallois vont vouloir se racheter de leur déroute en Irlande (26-3). Ça va faire très mal car une bête blessée est toujours plus dangereuse qu’une bête en confiance.»

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Ven 21 Fév 2014 - 10:56




La composition du XV de France face au pays de Galles.


L'équipe de France de rugby affrontera vendredi le pays de Galles. L'objectif affiché est une troisième victoire consécutive.

Le troisième ligne Wenceslas Lauret sera titulaire avec le XV de France pour le déplacement au pays de Galles vendredi lors de la troisième journée du Tournoi des 6 nations, a annoncé mercredi le manager Philippe Saint-André. Hormis Lauret (24 ans, 5 sélections) qui remplace Bernard Le Roux, forfait en raison d'une commotion cérébrale, l'encadrement a reconduit les 14 autres vainqueurs de l'Italie (30-10) le 9 février. Au Millennium Stadium de Cardiff (21 heures), l'objectif sera de rapporter un troisième succès en trois matches afin que s'ouvre la porte d'un grand chelem inédit depuis 2010.

Absent contre l'Angleterre (26-24), puis l'Italie, Lauret retrouve le XV de France après avoir été une option privilégiée dans le registre plaqueur-gratteur lors de la tournée de novembre, aux côtés de Thierry Dusautoir. Le Racingman s'était cependant blessé aux ischio-jambiers juste avant Noël et n'a repris la compétition que samedi, lors de la victoire face à Bayonne (18-8). "Il a fait un match de qualité avec le Racing. C'était le choix logique par rapport à l'équilibre de notre troisième ligne", a déclaré Saint-André.

Pour le reste, l'ossature a donc été conservée, notamment la jeune charnière Jean-Marc Doussain - Jules Plisson, retenue lors des deux premières sorties réussies du Tournoi. Il pesait une incertitude autour de Doussain (23 ans, 7 sélections), très sollicité ces derniers temps, y compris avec Toulouse qui l'a aligné 80 minutes à Biarritz samedi dernier. Le jeune Plisson (22 ans, 2 sélections) a, lui, été ménagé lors de la 19e journée de Top 14 conformément aux recommandations de l'encadrement du XV de France. La confiance a donc été maintenue au Parisien en dépit du retour de Rémi Tales, option numéro 1 à l'ouverture lors des tests de novembre, mais à court de compétition depuis un mois en raison d'une hernie cervicale.
Peu de surprises

Sans surprise et en dépit de quelques difficultés en conquête affichées contre l'Italie, le cinq de devant (Domingo, Szarzewski, Mas, Papé, Maestri) a été reconduit, comme le leader de touche Yannick Nyanga et le numéro 8 Louis Picamoles en troisième ligne. Wesley Fofana et Mathieu Bastareaud tiendront le centre du terrain pour la deuxième fois de suite. À l'aile, le Parisien Hugo Bonneval fêtera sa deuxième sélection et formera le triangle arrière avec les plus expérimentés Yoann Huget et Brice Dulin.

De petites retouches ont été apportées au banc qui compte cinq avants et trois arrières. Le talonneur castrais Brice Mach (27 ans) devrait porter pour la première fois le maillot bleu, après que le Clermontois Benjamin Kayser a dû déclarer forfait samedi. Vincent Debaty (32 ans, 20 sélections) fait son entrée pour couvrir le poste de pilier droit, en raison de la suspension de Rabah Slimani. Et Tales (29 ans, 5 sélections) retrouve donc le groupe. Il foulera très probablement la pelouse pour soulager Plisson : face à des centres gallois surpuissants, la zone du numéro 10 risque d'être mise à rude épreuve défensivement. Deux joueurs, le troisième ligne Virgile Bruni et l'arrière-ailier Maxime Médard seront du voyage, en réserve en cas de défection de dernière minute. Le XV de France s'envolera mercredi à 18 heures pour Cardiff.









Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Dim 23 Fév 2014 - 21:32





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Ven 28 Fév 2014 - 11:28




Fofana out, Picamoles écarté, Parra rappelé.

Déjà en plein doute, le XV de France devra se passer de son centre, touché aux côtes et absent 3 à 4 semaines, et de son puissant numéro 8, qui n'a pas été retenu. Parra, qui risque une suspension pour un coup de tête, a été convoqué pour affronter l’Écosse.

Quand rien ne va… C’est le genre de forfait dont le XV de France, en échec total samedi au Millennium de Cardiff (lourd revers 29-6) et retombé dans ses inquiétants travers de 2013,  se serait bien passé. Le centre Wesley Fofana (26 ans, 24 sélections), touché aux côtes contre les Gallois, manquera probablement la fin du Tournoi des 6 nations. C’est son club de Clermont qui l’a annoncé lundi, après que le trois-quarts centre, a passé des examens médicaux «qui ont révélé une fracture de la onzième côte sur le côté droit. Une blessure qui devrait priver l’international clermontois de la fin du Tournoi 2014 et l’obliger à une période d’indisponibilité d’au moins 3-4 semaines.»

Fickou titularisé une deuxième fois ?
Samedi, Philippe Saint-André avait lâché sous le coup de la colère après le cinglant revers contre les Diables Rouges : «On va ouvrir le groupe, c'est sûr.» Là, ce sera contraint et forcé qu’il va devoir trouver un remplaçant au Clermontois, un joueur devenu depuis 2012 incontournable en équipe de France. La logique voudrait que la pépite toulousaine Gaël Fickou (19 ans, 6 sélections dont une titularisation contre les Tonga), habituel remplaçant (décisif contre l’Angleterre), soit lancée contre l’Écosse le 8 mars (18h00) et que le Toulonnais Maxime Mermoz (27 ans, 25 sél.), présent dans le groupe des 30 joueurs mais jamais conservé, intègre lui le banc des remplaçants. Pour pallier le forfait du joueur de l'ASM, le staff tricolore a appelé Rémi Lamerat (Castres, 24 ans), auteur de performances remarquées avec le club champion de France.

La surprise est venue de l'absence du troisième ligne centre Louis Picamoles, qui fait les frais du raté majeur de Cardiff. A chaud, PSA avait eu des mots durs : «Au lieu de rester disciplinés et concentrés, de nombreux joueurs ont trop parlé sur le terrain au lieu de faire leur boulot. Ils n’ont pas été maîtres de leurs nerfs.» Le Toulousain est clairement mis sur la sellette. Un choix risqué tant le numéro 8 est l'un des rares Français a avancer à l'impact. Via un communiqué, Philippe Saint-André s’est justifié : «Après cette défaite, nous avons effectué quelques changements pour pallier aux blessures et aux manques perçus lors du match de Cardiff. Mais également à certaines attitudes sur le terrain vis-à-vis du groupe et du corps arbitral qui n’ont rien à faire dans notre sport. Le respect est le socle de nos valeurs. Il est important d’envoyer un signal à tous les joueurs et de rappeler qu’avoir le privilège de porter le maillot orné du coq leur impose des devoirs et des obligations. Ce groupe vit bien, mais il doit aussi prendre conscience du niveau d’exigence nécessaire et de l’engagement à mettre dans chaque chose à réaliser sur le terrain pour pouvoir progresser ensemble.» Cette mise à l'écart est d'autant plus surprenante que, dans le même temps, le demi de mêlée de Clermont, Morgan Parra, est rappelé alors qu'il risque une suspension après avoir asséné un coup de tête au Montpelliérain René Ranger, samedi en championnat.

Novès ne lâche rien.
Par ailleurs, le manager du Stade Toulousain, Guy Novès, a indiqué lundi que son flanker Yannick Nyanga souffrait pour sa part d'une «légère déchirure aux adducteurs». La durée de son indisponibilité n’a pas été précisée par le manager des Rouge et Noir, qui a une nouvelle fois été clair concernant la mise au repos des internationaux souhaitée par PSA : «Je pars du principe que les joueurs sont rentrés, ils sont à la disposition du club et donc a priori ce sera un choix des coaches pour savoir ceux qui ont besoin de récupérer.» Novès ne «s'interdit pas de faire jouer (ses) internationaux» lors de la réception de Perpignan samedi, pour le compte de la 21ejournée de Top 14. Dans la foulée, le staff tricolore a renoncé à demander aux clubs du Top 14 de mettre certains internationaux au repos. «Compte tenu des réactions de certains clubs suite à la première concertation engagée dans le strict respect des stipulations de la convention FFR-LNR à l'issue du second match du tournoi, le staff technique du XV de France a renoncé à renouveler les discussions individuelles avec chaque staff des clubs concernés et leur laisse le soin et la responsabilité de juger de l'état physique de leurs sélectionnés en vue des deux derniers matches du Tournoi des six nations», indique la FFR dans un communiqué. A peine née, la convention FFR-LNR est déjà enterrée...

Le groupe des 30 :
Avants (17) : Debaty, Domingo, Forestier, Mach, Szarzewski, Mas, Slimani, Flanquart, Maestri, Papé, Vahaamahina, Bruni, Lapandray, Lauret, Leroux, Chouly, Claassen.
 
Arrières (13) : Doussain, Machenaud, Parra, Plisson, Talès, Bastareaud, Fickou, Lamerat, Mermoz, Huget, Médard, Bonneval, Dulin.

Résumé des trois dernières journée :



Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Ven 7 Mar 2014 - 11:28


Scott Johnson, le sélectionneur de l'Ecosse, a effectué trois changements pour affronter le XV de France ce samedi à 18h sur la pelouse de Murrayfield. Aussi, Kelly Brown sera aligné en troisième ligne avec le joueur de Montpellier Johnnie Beattie Beattie et David Denton. Brown portera également le brassard de capitaine. « Le match de samedi convient parfaitement à Kelly alors que le nombre de mauls devrait être important », indique Johnson via The rugby Paper. Très bon en sorti de banc contre l’Italie, Geoff Cross est récompensé par une titularisation au poste de pilier droit. « La composition de la France sera à n’en pas douter très bonne. Il nous faudra jouer à notre meilleur niveau. »

France : Saint-André chamboule son XV
Après la défaite sèche au pays de Galles (27-6) il y a deux semaines, du changement était attendu en équipe de France pour le déplacement en Ecosse, samedi (18h). Les blessures de Dimitri Szarzewski, Wesley Fofana et Yannick Nyanga, la suspension de Morgan Parra, la punition de Louis Picamoles et les mauvaises prestations d’autres ont poussé Philippe Saint-André à effectuer sept changements dans son XV de départ annoncé ce jeudi matin. Comme attendu, Maxime Machenaud retrouve une place de titulaire à la mêlée à la place de Jean-Marc Doussain, passé à côté à Cardiff. Le joueur du Racing-Métro sera le buteur des Bleus et formera la charnière avec Jules Plisson qui conserve sa place à l’ouverture malgré le retour en forme de Rémi Talès. Non retenu face au pays de Galles, Maxime Médard effectue son retour sur l’aile gauche et prend la place d’Hugo Bonneval, 25e homme.

Au centre, l’absence de Wesley Fofana profite à Maxime Mermoz finalement préféré à Gaël Fickou alors que le Toulousain attendait sa deuxième titularisation avec les Bleus. Mermoz sera associé à son partenaire de club à Toulon, Mathieu Bastareaud. La troisième ligne a été complètement remaniée avec le repostionnement étonnant du deuxième ligne Sébastien Vahaamahina au poste de flanker. Le joueur de Perpignan entourera Damien Chouly avec Alexandre Lapandry. Enfin, le Castrais Brice Mach fêtera sa première titularisation au talon deux semaines après sa première cape avec les Bleus. Yannick Forestier, Virgile Bruni, Bernard Leroux, Rémi Lamerat et Marc Andreu quittent le groupe.









Un résumé rapide du dernier match :


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Dim 9 Mar 2014 - 10:56


Plisson : «Un mauvais match» 

 Le jeune ouvreur parisien, frustré au sortir de la difficile victoire des Bleus, est conscient qu’il faudra faire mieux pour espérer battre l’Irlande, samedi prochain au Stade de France.

Comment expliquez-vous la prestation ratée du XV de France ?
Jules Plisson. On fait dix premières minutes plutôt correctes, on prend le score, on se procure une grosse occasion qu’on ne concrétise pas. Et là, on prend cet essai un peu casquette et on retombe dans nos défauts. On se précipite et on ne joue plus de manière construite. C’est agaçant. Si on ne panique pas, je crois qu’on peut gagner ce match largement. On est conscient du mauvais match qu’on a livré, des erreurs qu’on a commises. Mais bon, malgré ça on gagne…

Les problèmes rencontrés en conquête ne vous ont pas facilité la tâche…
Si on avait avancé un peu plus, ça aurait été plus facile bien sûr. Là, on n’a pas pu lancer le jeu sur touches. On n’a pas pu lancer le jeu sur mêlées. A partir de là, on n’a que des ballons arrêtés et ça devient très compliqué de mettre de la vitesse. J’ai annoncé un certain nombre de combinaisons sauf qu’on n’a jamais pu les mettre en place. Il va falloir travailler ça car, si on ne peut pas lancer de jeu, on ne pourra pas battre les Irlandais.

 Après six semaines de travail, le chantier ne semble pas avoir beaucoup avancé…
A l’entraînement ça marche bien mais, malheureusement, on n’arrive pas à le reproduire en match. Dès qu’on se retrouve en difficulté, on perd notre sérénité. On est incapable de reconstruire, de se dégager naturellement. Et on reste ainsi sous pression. On a l’impression de bien faire à certains moments et de jouer complètement à l’envers à d’autres. Au lieu de jouer à notre rythme, on se précipite et on joue de manière non construite. Quand on aura réussi à trouver de la continuité dans notre jeu, ce sera plus facile. Mais là, c’est hyper frustrant. On travaille des lancements qu’on ne peut pas mettre en place.

Que se passe-t-il sur le deuxième essai écossais ?
On est en surnombre défensif. Mais les Ecossais font un leurre qui vient sur moi et malheureusement je manque de vice. J’aurais dû tomber par terre pour montrer que le joueur me gêne pour plaquer.

Comment avez-vous vécu le fait d’être remplacé à la 47eminute ?
C’est frustrant parce que j’ai, encore une fois, eu l’impression de n’avoir pas pu mettre la main sur le jeu. C’est agaçant de travailler toute la semaine sur des temps de jeu établis et de ne pas pouvoir les utiliser. C’est dommage.

 Avez-vous l’impression de ne pas donner la pleine mesure de votre potentiel ?
Oui. Mais je découvre le niveau international, toute l’ambiance qui entoure ces matchs. C’est compliqué. Et je ne peux pas être bon tout le temps. Je ne peux pas arriver dans cette équipe et faire la différence. Ce n’est pas mon objectif de toute façon. Ce n’est pas ce que je fais au Stade Français non plus. Mais ces quatre matchs m’ont déjà énormément appris. M’ont fait grandir dans l’approche et la gestion d’un match. Je n’avais jamais été mis autant sous pression tant on attend beaucoup du 10 français. Je travaille en conséquence pour essayer de progresser.

Comment appréhendez-vous le match contre l’Irlande ?
Forcément, ça fait peur. Les Irlandais parviennent à enchaîner les temps de jeu, jouent de tous les côtés. Ce sera du même niveau que contre l’Angleterre. On est conscient qu’il faudra faire mieux. Mais, à domicile, c’est complètement différent. C’est une autre atmosphère. Chez nous, on est plus en confiance. C’est toujours plus compliqué mettre en place notre jeu à l’extérieur.

Les notes des Bleus.

 Dulin 6
L’arrière castrais relance inlassablement. Et souvent avec brio. Mais par manque de soutien ou excès de gourmandise, ses raids ne s’avèrent pas aussi fructueux qu’espérés.

Huget 5
L’ailier toulousain s’est racheté de sa bévue initiale, de son cafouillage à l’origine du premier essai écossais, en interceptant un ballon décisif pour, au terme d’un sprint de 80 mètres, l’aplatir au pied des poteaux adverses. Toujours aussi volontaire.

Bastareaud 5,5

Des plaquages impressionnants et quelques grosses charges balles en main. Mais c’est toujours aussi compliqué de jouer derrière lui et de profiter des mètres gagnés pour prendre de vitesse la défense adverse.

Mermoz 4,5
Pour son retour en bleu, le Toulonnais a déçu. Des plaquages ratés, inoffensif en attaque. Et il commet un en-avant sur une belle opportunité d’essai en fin de match.

Médard 4,5
Des dégagements au pied. Pour le reste, l’ailier toulousain a été bien discret.

Plisson 4,5
Le jeune ouvreur parisien n’est pas parvenu à mettre de l’ordre dans le jeu français, à le fluidifier. Son manque de gabarit l’handicape en défense malgré son courage. Remplacé dès la 47e minute par Rémi Talès (5) qui n’a pas réglé les problèmes d’animation offensive.

Machenaud 5,5
Une première chandelle ratée mais a assuré dans son rôle de buteur (4/5). A essayé d’accélérer le jeu français mais sa tâche a été compliquée par le manque de présence de ses avants.

 Chouly 4
Le Clermontois n’est pas réputé pour sa puissance mais pour ses qualités de déplacement. Malheureusement, il a beaucoup couru dans le vide.

Lapandry 5,5
De retour vingt mois après sa dernière sélection, le flanker s’est illustré en défense. Moins présent au soutien, il a même gâché une prometteuse relance tricolore en ratant sa passe à destination de son capitaine, Pascal Papé.

Vahaamahina 4
Le pari est raté. Replacé en troisième-ligne, le Wallisien de l’Usap était censé apporter sa puissance et contester les ballons au sol. Il s’est surtout essoufflé à rattraper ses retards par manque de repères à ce poste inédit pour lui.

Maestri 5

Très présent dans le combat au près et en défense, le deuxième-ligne toulousain s’est battu. En vain. Et il n’est pas exempt de tout reproche sur les soucis de la mêlée fermée.

Papé 3,5

Le capitaine n’est jamais parvenu à avancer. Dépassé par le rythme des mobiles avants écossais.

Mas 4,5
Deux grosses charges dans le jeu courant. Mais en difficulté en mêlée fermée où le pack tricolore a étonnamment été dominé par les avants écossais, pourtant guère réputés dans cet exercice.

Mach 3
Kayser et Szarzewski forfaits, le Castrais honorait sa première titularisation avec, comme mince expérience, 16 minutes de jeu contre les Gallois. En perdition en touche (cinq lancers perdus) et guère à son avantage dans le combat.

Domingo 4,5

Le pilier clermontois a lui aussi été mis en difficulté en mêlée fermée. S’est employé à ralentir les sorties de balle adverses. Sans beaucoup de réussite

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Lun 10 Mar 2014 - 11:29






Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Ven 14 Mar 2014 - 11:55


  Le XV de France toujours en quête d'assurance face à l'Irlande.

L'encadrement du XV de France est revenu de ses expérimentations écossaises en rappelant jeudi trois éléments d'expérience et en injectant un brin de culot avec Gaël Fickou pour affronter l'Irlande samedi (18h00) en clôture du Tournoi des six nations.
Triste vainqueur en Ecosse samedi dernier (19-17), le XV bleu n'a toujours pas trouvé la formule qui lui permettra d'allier résultat et contenu. La copie rendue à Edimbourg ne sera sûrement pas suffisante face au XV du Trèfle au Stade de France, et si de minces chances --plus mathématiques que réelles-- existent de remporter le Tournoi, elles seront vite éteintes si les Bleus continuent à se décomposer aussi vite dans l'adversité.
 Sous le feu des critiques cette semaine, l'encadrement n'a donc guère fait de folies, si ce n'est l'entrée en piste de Gaël Fickou. Pour la deuxième titularisation de sa jeune carrière, le centre de 19 ans (7 sél) aura face à lui la légende Brian O'Driscoll, qui tirera sa révérence internationale pour l'occasion avec en poche le record du nombre de sélections (141 au total après ce match). "Gaël est en forme, il a de la vitesse. On a besoin de voir son talent s'exprimer d'entrée, a expliqué le manager Philippe Saint-André. Il a un vrai challenge avec Mathieu Bastareaud face à une belle paire de centres irlandaise". Auteur de l'essai de la victoire face à l'Angletere (26-24) mais jusque-là cantonné à des entrées en fin de match dans le Tournoi, Fickou devra apporter "son flair" et son "culot", dixit Saint-André.

Pour le reste, l'accent est mis sur la solidité pour contrer un XV du Trèfle impressionnant en conquête et bien huilé dans son jeu d'attaque. Le choix de Rémi Tales (29 ans, 7 sél) à la place de Jules Plisson à l'ouverture n'est qu'une demi-surprise. Le jeune Parisien (22 ans, 4 sél) était apparu à court de souffle et d'inspiration à Edimbourg et était sorti en début de seconde période. "Ce n'est pas une sanction (...) juste une décision stratégique", a assuré Saint-André. Car, face à de rugueux irlandais, Tales donne des garanties supplémentaires en matière défensive dans la "zone du 10", souvent visée.
Puissance et densité

Comme attendu, Dimitri Szarzewski au talonnage et Louis Picamoles en troisième ligne font leur réapparition. Szarzewski (31 ans, 78 sél), blessé pour le déplacement en Ecosse, devra sécuriser un secteur de la touche en faillite complète contre l'Ecosse. Brice Mach, titulaire à Edimbourg, ne figure d'ailleurs pas sur la feuille de match. C'est Guilhem Guirado qui s'assiéra sur le banc. Picamoles (28 ans, 41 sél) avait pour sa part été tenu à l'écart du déplacement à Edimbourg en raison de son indiscipline affichée au pays de Galles. Il amènera sa puissance à un poste qui ne lui est cependant guère coutumier, flanker, au sein d'une troisième ligne au profil robuste. Il laisse le N.8 à Damien Chouly qui sera capitaine de touche, mais Saint-André a promis qu'il y aurait de "l'alternance" entre les deux joueurs.

L'encadrement a aussi privilégié la densité sur le banc avec six avants et deux arrières seulement, dont Jean-Marc Doussain qui couvrira les postes 9 et 10 ainsi que le rôle de buteur. Le XV de France voudra avant tout éviter l'humiliation d'une deuxième défaite en 42 ans devant son public face à l'Irlande. Battus en 2000 au Stade de France après un triplé d'O'Driscoll (27-25), les Bleus veulent imprimer leur rythme sur la partie plutôt que la subir, promet "PSA". "Il y a de la frustration par rapport au dernier match. On va vouloir avoir le ballon, avancer sur les impacts", certifie encore le manager qui a balayé les récriminations jeudi. "Ce qui se passe à l'extérieur, ce n'est pas important. Si je dois être le bouc émissaire, pas de problème mais laissez nos joueurs travailler, s'exprimer, préparer un grand match", a-t-il exhorté.

  Le mythe Brian O’Driscoll a un dernier chapitre à écrire.

Devenu le joueur le plus capé du monde, samedi contre l’Italie, Brian O’Driscoll s’apprête à discuter son dernier match sous le maillot du trèfle au Stade de France. Là où il avait inscrit son premier triplé, en 2000, pour la dernière victoire irlandaise à Paris. Un monstre sacré qui n’a rien perdu de ses qualités !
e serait la meilleure manière de boucler la boucle. Refaire le même coup aux Français qu’en 2000. Cette année-là, pour son premier tournoi des Six Nations, le jeune Brian O’Driscoll avait inscrit trois essais au stade de France. Et ainsi mis fin à 28 ans sans victoire irlandaise à Paris, en se faisant découvrir du grand public. Quatorze ans plus tard, à maintenant 35 printemps, l’immense centre du XV de trèfle, considéré comme l’un des plus grands à son poste, en paraît toujours capable. D’autant plus que la rencontre face aux Bleus, samedi, peut lui permettre d’aller chercher un deuxième Tournoi, pour ce qui sera son dernier match international sous le maillot vert !

"Un phénomène professionnel" qui n’a perdu de sa superbe.

Après une nouvelle performance majuscule contre l’Italie la semaine passée (46-7), où il reçut une immense ovation pour sa dernière à Lansdowne Road, le trois-quarts centre du Leinster n’a que ça en tête. "Nous avons les capacités de gagner là-bas. Mais nous réalisons combien ce challenge sera difficile. Nous n’y avons gagné qu’une seule fois en 42 ans ! Il faut nous préparer pour une énorme performance", a-t-il déclaré, "ému", à l’issue de son 64e match du Six Nations. Preuve du compétiteur invétéré qu’il est resté. A l’origine de trois des sept essais de son équipe samedi, "Drisco" délivra un nouveau récital pendant 62 minutes, et notamment un petit bijou de passe aveugle dans un superbe une-deux qui permit à Johnny Sexton d’aller à dame.

S’il peut terminer sa carrière au plus haut niveau, c’est au prix de gros efforts. Après la Coupe du monde 2011 (quart de finale contre les Gallois), Brian O’Driscoll a enchaîné plusieurs pépins: à l’épaule, ce qui l’éloigna des terrains six mois après une intervention chirurgicale, puis à la cheville, ce qui l’écarta trois nouveaux mois fin 2012. S’adaptant aux évolutions du rugby moderne, année après année, il prouve aujourd’hui que sa lecture du jeu et ses qualités techniques, à l’image de ses fameux offloads - sa capacité à résister aux placages pour faire jouer - n’ont rien perdu de leur superbe. Joe Schmidt n’a pas assez de qualificatifs sur ESPN pour décrire celui qu’il a convaincu de poursuivre sa carrière une année supplémentaire au moment où il prit la tête de la sélection irlandaise: "incroyablement résistant", "incroyablement talentueux", "un phénomène professionnel"…

"On m’aura oublié en un rien de temps"

A l’orée de sa magnifique carrière, qui débuta contre l’Australie en 1999, quelques mois avant sa première Coupe du monde et son premier essai inscrit face aux Etats-Unis en phase de poules, il a aussi célébré un nouveau record, samedi. Avec 140 sélections (sous le maillot irlandais et celui des Lions), BOD est devenu le rugbyman le plus capé au monde (devant George Gregan) ! Et dire qu’il est aussi le recordman de matchs disputés dans le Tournoi (64), le meilleur marqueur d’essai du XV du trèfle (46), et qu’il détient également le record d’association (54, avec Gordon d’Arcy) pour une paire de centres, ou celui de capitanats de sa sélection (84, entre 2004 et 2013)…

Un monstre sacré qui n’en reste pas moins humble sur l’Ile verte, où les hommages affluent depuis plusieurs semaines. Si Paul O’Connell dit notamment de lui qu’il a "changé le rugby irlandais", Fergus Mc Fadden n’hésite pas à l’élever au rang de "plus grand sportif irlandais". O’Driscoll, discret en dehors du pré, préfère mettre en avant son équipe comme la "priorité absolue", et cite Robbie Henshaw (Connacht), Jared Payne ou Darren Cave (Ulster) comme ses successeurs probables. Il pense même être "oublié en un rien de temps". Ce qui ne risque pourtant pas d’arriver pour le trois-quarts à l’immense influence, en tant que leader autant que créateur. Sur Internet, ses fans n’en finissent d’ailleurs plus de faire tourner les images de ses plus beaux gestes. Mais l’histoire n’est pas encore terminée pour Brian O’Driscoll, qui espère bien accrocher un deuxième Six Nations à son palmarès où se trouvent aussi trois H Cup. Et quoi de mieux que Paris pour écrire le dernier chapitre.






Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Sam 15 Mar 2014 - 10:11

ILS ONT ÉTÉ LA CHERCHER...



 

BRAVO A VOUS LES FILLES......BRAVO A VOUS LES JEUNES......

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Invité le Sam 15 Mar 2014 - 22:04


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: TOURNOI DES VI NATIONS 2014

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum