EN PENTE DOUCE
IMPORTANT aux INSCRITS

à la lecture de ce message vous êtes déconnecté(e)s !!!
------------------------------------------
ATTENTION :

l'hébergeur vous déconnecte obligatoirement chaque fin de mois !
Pour accéder, en tant que membre enregistré : Veuillez vous reconnecter, au forum..
Cela peut, aussi, être opérationnel pendant 2/3 jours.

//
les Administrateurs, d' E.P.D..
L’actualité de saison
*


*


*

Derniers sujets
»  les dessins !
Aujourd'hui à 14:55 par lilas

» mon coin !
Aujourd'hui à 14:54 par lilas

» triste epoque !
Aujourd'hui à 12:51 par neurone

» " Prénom à Féter et Ephémérides du Jour "
Aujourd'hui à 11:49 par lilas

» " Mots Finissant Par " ON "
Aujourd'hui à 11:44 par marie

» citations - pensee !
Aujourd'hui à 11:38 par marie

» la question
Aujourd'hui à 8:17 par hulotte

»  " Jeux des Phrases " avec le mot précédant "
Hier à 11:56 par marie

» nos jeux aux pieds de Notre- Dame de Paris
Mar 19 Sep 2017 - 11:48 par marie

» Le Chat de Geluck !!!
Mar 19 Sep 2017 - 11:10 par rosine

» "On n'est pas couché"
Lun 18 Sep 2017 - 20:30 par Annick

» prenez vos stylos posez vos téléphones
Lun 18 Sep 2017 - 0:41 par Annick

Hébergeurs d’Images

*
Cliquez sur le lien !

Imagesia



Hostingpics

ZupImages
De Tout de Rien
Les thrillers
*



Bureaux de Vote
*

OUVERT 24h/24


SOYEZ le ......



Inscrivez-vous
...
vous serez accueillis
avec chaleur..


Clic => Accès direct
*

Navigation et S.O.S.
*
en cas de non accès
au forum

Info..navigation

clic => <=

Lien à enregistrer
favoris / Marques pages


***********************

Pour rafraichir
l'écran "F5 "
clic ici"



*/*/////////////////////////*/



Un soucis sur le PC
ou
votre soucis sur votre PC
posez votre question

clic => accès <=

*

Retour Page Accueil
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 18 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 18 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 394 le Sam 26 Fév 2011 - 11:47

INFOS SPORT...

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

INFOS SPORT...

Message  Invité le Jeu 12 Déc 2013 - 9:01



La Fédération Internationale Automobile (FIA) a validé mercredi à Paris le calendrier des Grands Prix pour la saison 2014. Dix-neuf rendez-vous attendent pilotes et constructeurs, comme en 2013.

Ni plus, ni moins. Contrairement au calendrier dévoilé en septembre dernier qui prévoyait vingt-et-une courses, le choix définitif de la Fédération internationale automobile (FIA) s’est finalement porté sur un programme de dix-neuf Grands Prix pour la saison 2014, soit le même total que lors de l’exercice 2013. Les Grands Prix programmés à Yeongam, en Corée du Sud, dans le New-Jersey (États-Unis) et le Grand Prix du Mexique, couru à Mexico, disparaissent du projet initial. Au même titre que le GP d’Inde, présent en 2013. La nouveauté vient de Russie, dont la course apparaît pour la première fois au calendrier. Elle se tiendra à Sotchi, ville hôte des prochains Jeux olympiques d’hiver (7-23 février).

L’Autriche retrouve une place dans le paddock avec une course prévue sur le Red Bull Ring. A noter que le Grand Prix d’Abou Dhabi, initialement programmé le 26 octobre, clôturera la saison le 23 novembre. Celui des Etats-Unis, à Austin, a ainsi été avancé d’une semaine au 2 novembre, tout comme celui du Brésil au 9 novembre. L’Allemagne garde sa place dans le calendrier mondial, mais change de circuit avec la nomination d’Hockenheim à la place du Nürbürgring.

Calendrier 2014 de la F1 :
1- 16 mars : Australie (Melbourne)
2- 30 mars : Malaisie (Sepang)
3- 6 avril : Bahreïn (Sakhir)
4- 20 avril : Chine (Shanghai)
5- 11 mai : Espagne (Barcelone)
6- 25 mai : Monaco
7- 8 juin : Canada (Montréal)
8- 22 juin : Autriche (Red Bull Ring)
9- 6 juillet : Grande-Bretagne (Silverstone)
10- 20 juillet : Allemagne (Hockenheim)
11- 27 juillet : Hongrie (Budapest)
12- 24 août : Belgique (Spa-Francorchamps)
13- 7 septembre : Italie (Monza)
14- 21 septembre : Singapour (Marina Bay)
15- 5 octobre : Japon (Suzuka)
16- 12 octobre : Russie (Sotchi)
17- 2 novembre : Etats-Unis (Austin)
18- 9 novembre : Brésil (Interlagos, Sao Paulo)
19- 23 novembre : Abou Dhabi (Yas Marina)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Annick le Jeu 12 Déc 2013 - 10:30


Merci Woody,

J'aime bien tes petites illustrations. :bouquet: 






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Jeu 12 Déc 2013 - 14:02

Annick a écrit:
Merci Woody,

J'aime bien tes petites illustrations. :bouquet: 


Merci Annick......

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  MARGAUX le Jeu 12 Déc 2013 - 16:12

merci Woody !

j'ai tout noté   crie  crie  crie
avatar
MARGAUX

Age : 62

Date d'inscription : 17/05/2008

Nombre de messages : 5881

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  lilas le Jeu 12 Déc 2013 - 16:36

Merci Woody...
avatar
lilas

Age : 70

Date d'inscription : 02/04/2013

Nombre de messages : 9729

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Jeu 12 Déc 2013 - 16:41



Biathlon au Grand Bornand: une si longue attente...
Le Grand-Bornand (France) (AFP) - 12.12.2013 09:22

   Pour la première fois depuis 1992 et les jeux Olympiques d'Albertville, une épreuve de biathlon de dimension mondiale va se tenir en France, de jeudi à dimanche au Grand Bornand, et servira de test grandeur nature dans l'optique des JO de Sotchi, le grand rendez-vous de la saison.
Pour la première fois depuis 1992 et les jeux Olympiques d'Albertville, une épreuve de biathlon de dimension mondiale va se tenir en France, de jeudi à dimanche au Grand Bornand, et servira de test grandeur nature dans l'optique des JO de Sotchi, le grand rendez-vous de la saison.

Des Saisies, qui ont accueilli l'épreuve olympique en 1992, au Grand Bornand, il y a une petite quarantaine de kilomètres. Mais il y a presque 22 années d'écart, un gouffre gigantesque qui a vu briller tant de champions français en biathlon, mais jamais sur leur sol national.

"Tout cela a été un rêve pendant plus de 20 ans. Une génération entière de champions tels que Raphaël Poirée, Sylvie Becaert, Sandrine Bailly et Florence Baverel, n'a jamais eu cette chance. Nous sommes si heureux d'accueillir enfin la grande famille du biathlon ici", témoigne Christophe Vassalo, directeur des Sports du comité d'organisation et membre de la fédération internationale (IBU).

De fait, le Grand Bornand, petite station de 2000 habitants environ mais à la grande renommée dans le monde de la montagne, a fait les choses en grand pour accueillir la 3e épreuve de Coupe du monde de la saison.

Un parcours plutôt technique.

Le village va vivre pleinement au rythme des épreuves, de jeudi à dimanche, puisque le stadium a été établi en partie dans ses rues. Baptisé stadium Sylvie Becaert du nom de la native du Grand Bornand double médaillée olympique par équipes (bronze 2006, argent 2010), les biathlètes vont enchaîner les boucles non loin des maisons, là où l'été pâturent les troupeaux. Le parcours, de l'avis des spécialistes, sera plutôt technique.

A deux mois des JO de Sotchi, les compétiteurs ne pouvaient espérer mieux pour préparer le grand rendez-vous. Les Français surtout, qui devront apprendre à gérer la pression générée par les 20.000 spectateurs attendus, là où habituellement, ce sont leurs adversaires norvégiens ou autrichiens qui doivent s'y coller.

"C'est incontestablement pour moi le grand rendez-vous de l'hiver avec les JO de Sotchi. Nos aînés de l'équipe de France en ont rêvé, nous allons leur faire honneur en saisissant notre chance", promet Martin Fourcade, star de la discipline avec 27 succès et 12 podiums consécutifs en Coupe du monde, série en cours et nouveau record de la discipline.

Comme en course, les adversaires ont décidé de jouer au chat et à la souris. Les grands noms du biathlon norvégien ont ainsi décidé de faire l'impasse, afin de préparer les JO en altitude. Pas de Bjoerndalen ou de Svendsen donc, mais tout de même une équipe avec qui il faudra compter, avec Lars Berger (vainqueur de Fourcade sur le sprint à Hochfilzen), et à priori les meilleures féminines (Tora Berger et Ann Kristin Flatland).

Ce sont les dames qui auront l'honneur de lancer la compétition avec le relais par équipes jeudi. +Martin Fourcade and Co+ jaugeront leurs adversaires avec le relais par équipes vendredi. Puis, messieurs et dames disputeront le sprint individuel samedi, et la poursuite dimanche.

Programme de la 3e épreuve de la Coupe du monde de biathlon qui se dispute de jeudi à dimanche au Grand Bornand (France), heures locales:

JEUDI 12:
14h30 (13h30 GMT): relais dames

VENDREDI 13:
14h30 (13h30 GMT): relais messieurs

SAMEDI 14:
10h30 (09h30 GMT): sprint dames
13h15 (12h15 GMT): sprint messieurs

DIMANCHE 15:
11h15 (10h15 GMT): poursuite dames
13h25 (12h25 GMT): poursuite messieurs

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Jeu 12 Déc 2013 - 17:19



Un Grand Tour au Moyen-Orient?

La première édition du Tour de Dubaï, mise en place par RCS Sport, se disputera en 2014 avec quatre étapes au programme, dont un contre-la-montre en guise d'apéritif. Dans le calendrier, la course est placée juste avant le Tour du Qatar et d'Oman, organisés par ASO, la société organisatrice du Tour de France. Selon le Telegraaf, avant même que cette course obtienne le statut World Tour, le Moyen-Orient souhaite organiser une course de trois semaines dans les années à venir.

"RCS est une organisation qui a accepté tout de suite notre projet sur le Tour de Dubaï.", a déclaré Rashid Al Awadhi, le dirigeant du Conseil des Sports de Dubaï. "Ils ont beaucoup d'expérience et peuvent nous aider à viser encore plus haut. Bien sûr, il y a de la concurrence entre nous, le Qatar et Oman, mais elle ne peut être que positive. Cela nous rendra plus fort et nous nous complétons bien."

Dubaï espère donc s'associer avec plusieurs pays pour créer un Grand Tour du Moyen-Orient, plutôt que chacun organise sa course de son côté: "A l'avenir, nous souhaitons avoir une course de 21 jours. Cela ne fonctionne pas en un ou deux ans mais prend beaucoup d'années pour se planifier."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Jeu 12 Déc 2013 - 17:38



Relais dames de biathlon: victoire de l'Allemagne, la France 5e
Le Grand-Bornand (France) (AFP) - 12.12.2013 15:50

   L'Allemagne a magistralement remporté le relais 4x6 km dames, épreuve d'ouverture de la 3e étape de la Coupe du monde 2013-2014 de biathlon, dont la France a pris la 5e place, jeudi au Grand Bornand.


L'équipe d'Allemagne de biathlon Franziska Hildebrand, Franziska Preuss
Laura Dahlmeier et Andrea Henkel après la victoire en relais dame
le 12 décembre 2013 au Grand-Bornand.


L'Allemagne a magistralement remporté le relais 4x6 km dames, épreuve d'ouverture de la 3e étape de la Coupe du monde 2013-2014 de biathlon, dont la France a pris la 5e place, jeudi au Grand Bornand.

Les relayeuses allemandes, qui ont très rapidement pris la tête de l'épreuve, ont largement devancé, en 1 h06 min 27 sec 8/10e, l'Ukraine, victorieuse pour l'ouverture de la Coupe du monde le week-end dernier à Hochfilzen et cette fois-ci deuxième, à 23 sec 3/10e.

La Norvège complète le podium, 3e à 23 sec 8/10e.

Les Françaises Anaïs Bescond, Sophie Boilley, Anaïs Chevalier et Marie-Laure Brunet, en lutte pour le podium jusqu'à la mi-course, ont progressivement perdu du terrain pour terminer à la 5e place, à 1 min 43 sec 8/10e des Allemandes, après avoir été doublées par les Canadiennes dans le dernier kilomètre (4e à 1 min 35 sec 8/10e).

"C'était un jour sans, pour les quatre. Elles étaient très bien au tir, mais physiquement, elles n'y étaient pas. Je suis déçu par cela", a avoué Thierry Dusserre, chef de l'équipe de France dames.

Le quatuor tricolore, devant son public, n'a donc pu renouveler son beau relais d'ouverture à Hochfilzen, où il avait pris la 3e place.

"Nous avons fait avec les armes du jour, il n'y a pas de regret à avoir. Nous n'étions pas très bien, j'espère que ça nous servira de décrassage pour le sprint samedi", a déclaré Marie-Laure Brunet.

L'équipe de France, avec Marie-Laure Brunet en finisseuse, est privée de sa meilleure représentante Marie Dorin-Habert, absente sur blessure au moins jusqu'en janvier.

Les quatre relayeuses françaises ont en tout cas dressé le même constat, au mot près. "Nous avons un peu d'accumulation de fatigue, nous sommes parties de la maison depuis le 7 novembre. Espérons que cela nous permettra d'aller mieux en janvier et février", ont-elle déclaré de concert.

L'étape du Grand Bornand se poursuit vendredi avec le relais messieurs.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Ven 13 Déc 2013 - 9:27



Circuit des Ardennes. L’édition 2014 prend forme.

Le Circuit des Ardennes a encore envie de grandir. La 40e édition, qui se disputera du vendredi 11 au dimanche 13 avril, a été conçue pour être toujours plus spectaculaire.
La succession de l’Autrichien Riccardo Zoidl, vainqueur l’an passé, est ouverte. Alors que la plupart des coureurs débutent actuellement leur préparation, les épreuves figurant au calendrier 2014 sont de leur côté en passe d’être bouclées.
Le Tour de France se contentant de flirter avec nos contrées, le Circuit des Ardennes constituera cette année encore la course N° 1 dans le département. Elle se disputera du vendredi 11 au dimanche 13 avril.

1 - Le parcours : 515 km à avaler

Les organisateurs l’ont voulu « spectaculaire pour le public », sans toutefois dénaturer le volet sportif, auquel André Jacquemart et sa bande restent très attachés.
L’épreuve sera lancée le vendredi 11 avril par une boucle de 177 km à travers l’Argonne, au départ et à l’arrivée de Vouziers.
Le lendemain, entre Revin et Givet (160 km), les coureurs devront composer avec les reliefs de la vallée de la Meuse. Des secteurs pavés et plusieurs virages serrés les attendent également côté belge.
Dimanche 13 au matin, les costauds seront à l’honneur. Autour de Monthermé (70 km), pas moins de cinq ascensions (1300 mètres de dénivelé positif) seront au programme de la 3e étape, dont celles du Roc de la Tour et de la côte de Liry.
Enfin l’après-midi, le peloton devra avaler 108 km au départ et à l’arrivée de Charleville (Cours Briand). Avec une spécificité dans le final : un circuit urbain de 7,5 km que les forçats de la route emprunteront à cinq reprises.
À noter que, contrairement aux deux précédentes éditions, il n’y aura pas de contre-la-montre par équipes : les quatre étapes se disputeront toutes en ligne.

2 - Un plateau très relevé

Cette année encore, la course (classée 2.2) devrait accueillir les meilleures formations du circuit Europe Tour. Des « teams » Continental (à 90 % professionnelles), ainsi que des équipes françaises de Division nationale 1 sont notamment attendues.
« On a déjà reçu 60 candidatures, se satisfait André Jacquemart, le président du comité d’organisation. Parmi lesquelles des belges, des hollandaises, mais aussi des russes, des italiennes, une canadienne, une américaine, une japonaise, une suédoise, une serbe et même une azerbaïdjanaise… »
Outre le standing, « la volonté de se battre et de prouver quelque chose » sera également prise en compte au moment de la sélection. Celle-ci sera annoncée début janvier.

3 - Une soirée événement

Le parcours de l’édition 2014 sera présenté en détail le jeudi 27 mars à Charleville avec le concours d’ASO (Amaury sport organisation), qui gère le Tour de France et le Critérium international. Bernard Hinault (vainqueur de 10 grands tours), Christian Prud’homme (le patron de la Grande boucle) et l’ancien pro Thierry Gouvenou sont d’ores et déjà annoncés.
André Jacquemart aimerait également convier quelques coureurs de renom ayant marqué le Circuit des Ardennes. À commencer par le double champion du monde (1983, 1989) et triple lauréat du Tour de France (1986, 1989, 1990) Greg Lemond, qui a remporté sa toute première course en Europe… sur le vélodrome de Sedan. C’était le 13 avril 1980.

4 - Des pistes de développement

Frustrés par la frilosité de certains sponsors potentiels et ne pas obtenir l’aide de Cœur d’Ardenne réservée au « haut niveau », les organisateurs ont entrepris des démarches pour « aller encore plus loin », et réussir à élaborer une épreuve comparable au Critérium international, « qui puisse attirer des coureurs de renom ».
Depuis, la candidature a toutefois été suspendue dans l’attente d’obtenir davantage de garanties financières et en prévision de la prochaine réforme du cyclisme professionnel par l’UCI (Union cycliste internationale).
Mais l’idée est lancée. Et trotte plus que jamais dans l’esprit d’André Jacquemart et son équipe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Ven 13 Déc 2013 - 14:51



PLB Muco. Un parcours de 105 km en 2014.

En juin dernier, la course cycliste PLB Muco avait rassemblé plus de 7.000 participants. Pour l'édition 2014, les organisateurs veulent établir un nouveau record. Jocelyn Gourvennec, entraîneur de l'En Avant Guingamp, sera le parrain de l'événement.

Les parcours de la 22e édition de la course cycliste Pierre Le Bigaut - Mucoviscidose ont été dévoilés, hier, au stade du Roudourou, à Guingamp. La manifestation qui se déroulera le 28 juin 2014, au départ de Callac comme de coutume, passera par une vingtaine de communes des Côtes-d'Armor, du Finistère et du Morbihan. Plouyé, Landeleau, Châteauneuf-du-Faou, Spézet et Gourin figurent pour la première fois sur le tracé.

 

Onze difficultés dans le tracé.


Dans la catégorie cyclosportive, les cyclistes s'affronteront sur une distance de 120 km. Dans la catégorie cyclotourisme, les participants auront le choix entre différents circuits de 27 km, 60 km, 105 km et 120 km."Nous avons décidé de proposer un parcours de 105 km car certains coureurs avaient du mal à finir leur course les années précédentes" a expliqué Daniel Bercot, vice-président de l'association La Pierre Le Bigaut - Mucoviscidose et fondateur de la manifestation. En Bretagne, les portions de plat sont rares et le tracé de la PLB Muco, très vallonné, est à l'image de cette spécificité locale. Onze difficultés sont répertoriées pour cette 22e course solidaire, dont le col de Toullaëron (266 m) entre Spézet et Gourin.Sébastien Hinault, vainqueur de l'édition 2013, ne prendra pas le départ en juin prochain, pour cause de championnats de France. Philippe Leleu, en revanche, cinq Tour de France à son actif, rempilera en 2014."J'aime beaucoup cette course où se côtoient pour la bonne cause professionnels et amateurs. Au-delà du challenge sportif, l'essentiel pour moi est de participer au combat contre la maladie. Je remonterai sur le vélo avec plaisir". Les cyclistes de la fédération des clubs de la Défense, emmenés par le Morlaisien Franck Lécuyer et Patrick Bertozzi, président de la ligue Ouest, reviendront également le 28 juin et ont promis d'être le plus nombreux possible.

Jocelyn Gourvennec, parrain de l'édition 2014.

Partenaire depuis 15 ans de cet événement sportif et caritatif, le club de l'En Avant Guingamp s'associe naturellement à l'édition prochaine."L'EAG est très fier d'être présent aux côtés de votre association et ce partenariat continuera encore longtemps", a commenté Frédéric Legrand, vice-président du club. Un partenariat qui prendra une dimension supplémentaire en 2014 car c'est Jocelyn Gourvennec qui sera le parrain de l'épreuve. L'entraîneur des Rouge et Noir, s'est déclaré  très honoré de donner le départ de la course.Un groupe d'étudiants de l'université catholique de l'Ouest (UCO) a aussi souhaité s'associer à l'événement par le biais d'une vente de billets de tombola. Ils seront présents aujourd'hui sur le marché de Guingamp, ainsi que demain et le 11 janvier, au Roudourou, lors des matches contre Monaco et Saint-Étienne. La somme récoltée par les étudiants sera doublée par l'EAG.Cette année, l'association La Pierre Le Bigaut - Mucoviscidose a récolté 478.000 € grâce aux diverses opérations qu'elle organise. Depuis sa création, en 1992, ce sont près de 7,5 millions d'euros qui ont été reversés au profit de la recherche.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Ven 13 Déc 2013 - 19:26



VIOLENCES :
Un club amateur rétrogradé, un joueur suspendu douze ans.


A l’origine d’une rixe fin novembre face à Fontainebleau, Montereau a été exclu de son championnat et rétrogradé en division inférieure. Un des quatre joueurs du club de Seine-et-Marne sanctionnés pour violences a écopé d’une suspension de douze ans.

Alors que la violence ordinaire gangrène régulièrement les matchs amateurs en Ile de France, La commission de discipline du District de Seine-et-Marne Sud a lourdement frappé, ce jeudi, le club de Montereau, coupable d’avoir été à l’origine d’une bagarre générale lors d’un match de championnat d’Excellence (9e division) contre  Fontainebleau le 23 novembre. Montereau a été exclu du championnat et rétrogradé. Le district a aussi suspendu quatre joueurs pour leur implication dans la violente rixe. Deux d’entre eux ont écopé d’une suspension d’un an, un autre joueur d’une sanction  dix-huit mois et le dernier, pour avoir porté des coups à l’arbitre, a été suspendu pour une durée de 12 ans. Tous les matchs, programmés au stade Robert-Chalmeau de Montereau se joueront également à huis clos pour toutes les catégories d’âge.

«Il n’y a eu que quatre joueurs sanctionnés car nous n’avons pas réussi à identifier les autres. Mais le District a voulu envoyer un message fort : quand on commet des actes aussi graves, les sanctions sont aussi lourdes !», a indiqué le président du district de Seine-et-Marne Sud. «Je prends acte de la décision du district et je ne ferai pas appel. Ce qui s'est passé est grave, il fallait des sanctions. On va élaborer un projet pour le reste de la saison avec nos équipes réserves», a pris acte le président de Montereau.

Les faits sont en effet accablants pour son club. A l’issue du match remporté fin novembre par Fontainebleau suite à un penalty, des joueurs de Montereau, soutenus par une cinquantaine de supporteurs, ont déclenché une énorme rixe. L’arbitre a été frappé au visage puis roué de coups alors qu’il était au sol. Un passage à tabac lui occasionnant une interdiction totale de travail de 3 jours. Les joueurs de Fontainebleau ont dû se réfugier dans leur vestiaire en attendant l’intervention des forces de l’ordre.

Un acte de violence malheureusement pas isolé dans le monde amateur. Le week-end dernier des incidents ont ainsi émaillé une autre rencontre du championnat d’Excellence du district de Seine-et-Marne. Lors du match opposant Combs à Brie-Comte-Robert, un joueur local ouvrit l’arcade sourcilière et fit sauter une dent à l’un de ses adversaires. L’arbitre décida alors d’arrêter le match pour éviter une bagarre générale. Avec le risque qu’à terme la lourde sanction ne devienne la seule pédagogie dans un monde amateur ébranlé par les actes de violence à répétition.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Ven 13 Déc 2013 - 19:34



Rugby - Top 14 : et si la Ligue se faisait plumer par Canal et beIN ?

En tentant de faire jouer la concurrence pour gonfler les droits du Top 14, la LNR a pris de gros risques. Comme se brouiller avec son diffuseur historique.

Le rugby français est-il fauché ou juste un peu (trop) gourmand ? C'est la question qui secoue le monde de l'Ovalie depuis le début du mois de décembre. Ou plutôt ses potentiels diffuseurs. Pour l'heure, il n'y en a qu'un unique, historique, Canal+. La chaîne cryptée diffuse depuis vingt ans du rugby sur ses différents canaux, y consacre émissions spéciales (La séance rugby, Les spécialistes rugby), magazines et autres reportages (Inside Stade français), le tout avec le "savoir-faire Canal" et surtout une exposition loin d'être négligeable (cinq millions d'abonnés).

Mais voilà, la Ligue nationale de rugby (LNR) a décidé d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs, du côté des contrées qataries de beIN. De quoi couper l'herbe sous le crampon du diffuseur historique. En dénonçant le contrat qui la liait à Canal+ jusqu'en 2016 pour lancer un nouvel appel d'offres, la LNR a en effet pris tout son monde à contre-pied. Lundi 2 décembre, le quotidien Midi olympique annonçait même dans ses colonnes que l'instance gérant le Top 14 et la Pro D2 allait renouveler sa confiance à la chaîne cryptée. Mais patatras, dans la foulée, l'info était contredite. Pourquoi une telle feinte de corps de la part de l'organisme gérant le rugby professionnel ? Une histoire de gros sous, évidemment.
De 31 à 120 millions par an !

Car, de sources proches du dossier, l'affaire était quasi conclue, de gré à gré, avec Canal. Le contrat initialement signé entre les deux parties et toujours en vigueur doit s'étendre de la saison 2011-2012 à 2015-2016 pour un montant de 31,7 millions d'euros par an. À des années-lumière des 607 millions d'euros annuel de la Ligue 1. Se jugeant sous-estimée au regard du suivi populaire - hausse du nombre de spectateurs dans les stades de 465 % en 14 ans et un record de 5,7 millions de téléspectateurs devant la finale du Top 14 2013 (1) -, la LNR a décidé de laver cet affront sur le plan comptable. D'autant qu'elle garde encore en travers de la gorge les dernières négociations avec la chaîne cryptée, qui avait largement profité de sa situation de monopole à l'époque pour laisser les oursins se reproduire en masse dans ses poches.

Sauf que la donne a largement changé depuis l'arrivée du nouvel entrant, beIN, il y a un an et demi, ce qui a ouvert l'appétit des présidents de club et des membres du comité de pilotage de la Ligue. Du coté de l'avenue de Villiers, on se met alors à envisager une répartition des droits entre Canal+ et beIN, à l'image du grand frère le ballon rond, avec à la clé un jackpot qui pourrait monter à vue de nez à 100 millions d'euros par an ! Le président de l'Aviron bayonnais, Alain Afflelou, parle même de 120 millions ! Les fonds qataris paraissant infinis, tout est possible.

Orgueil.

D'un point de vue stratégique, Canal - qui a déjà perdu pas mal de droits sportifs (Liga, Ligue des champions, Europa League en foot, la NBA, Wimbledon et la Ligue des champions de handball notamment) - doit tout faire pour garder dans son giron une des dernières disciplines historiques qu'il lui reste et éviter l'exode d'abonnés vers le rival émirati. Le diffuseur historique met alors en avant sa visibilité nettement supérieure à celle de son adversaire (environ 1,5 million d'abonnés), son ancienneté et tout ce qui pourrait lui faire diminuer l'addition. Pour autant, il se rend à l'évidence, et les négociations de gré à gré s'arrêtent sur un montant de 65 millions d'euros par saison pendant cinq ans.

Si le rugby est un sport de voyous pratiqué par des gentlemen, la virevolte de dernière minute de la LNR est l'exception qui confirme la règle. Car au dernier moment, alors qu'il ne restait qu'à parapher, dater et signer le contrat, l'instance dirigeante pousse le bouchon un peu loin en tentant d'arrondir ses fins de mois : elle réclame deux millions supplémentaires par an. Canal en propose un seul. Vendu, tout le monde se tape dans la main et s'apprête à fêter le renouvellement. Mais c'était sans compter une énième cabriole de la Ligue qui pose vraisemblablement les premières pierres d'une reconversion dans le patinage artistique. En effet, la chaîne cryptée pensait qu'avec désormais 66 millions sur la table elle bénéficiait d'un pack incluant les droits de diffusion à l'international, ce qui lui aurait permis de faire dégrossir la note finale (environ quatre millions par an à la revente). Dès lors, ce n'est plus un manque à gagner mais une perte sèche !

Un contentieux porté devant les tribunaux.

Du côté d'Issy-les-Moulineaux, on crie à la manipulation et c'est à ce moment-là que beIN revient sur le devant de la scène. La chaîne qatarie avance ses arguments et promet à la LNR un minimum de 65 millions d'euros par saison si la négociation de gré à gré avec Canal est annulée et l'appel d'offres, longtemps plébiscité du côté de l'instance dirigeante du rugby pro, activé. Ni une ni deux, les cinq lots initialement prévus sont transmis aux diffuseurs. Absence d'empathie du diffuseur historique, psychorigidité de la Ligue, voire complot ourdi depuis l'avenue de Villiers, toutes les pistes sont envisageables.

La chaîne cryptée a sa petite idée sur la question et n'en retient qu'une. Selon Midi olympique, la Ligue aurait fixé un prix de réserve (prix en dessous duquel les offres sont jugées irrecevables) à... 65 millions d'euros ! Il n'en faut pas plus à la chaîne cryptée pour porter le contentieux devant les tribunaux, en référé, pour "négociation inéquitable", afin de tuer dans l’œuf l'appel d'offres et rester ainsi sur les bases du contrat initial signé en 2011. Autant dire que les effets seraient désastreux pour les comptes de la Ligue.

D'autant qu'en parallèle rien n'exclut que Canal+, piquée dans son orgueil, décide finalement de ne pas répondre à l'appel d'offres qui court jusqu'au 13 janvier. Auquel cas beIN, alors à son tour en situation de monopole, n'aura pas à casser sa tirelire pour s'octroyer les droits du Top 14. À avoir voulu s'improviser maîtresse du french flair en matière de négociation, la LNR se verrait alors salement cravater...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Ven 13 Déc 2013 - 19:55



Nouvelle déception bleue.

Martin Fourcade et les Bleus n’ont pu faire mieux, vendredi, que 6es lors du relais messieurs. Après deux jours de compétition au Grand Bornand, la France attend toujours un premier podium.

Après la 5e place du relais féminin, jeudi, le relais masculin français s’est classé 6e (à 1’06’’09) dans une épreuve remportée par la Russie, au sprint, devant l’Allemagne (à 0’’3), l’Autriche (à 26’’8), la Suède (à 28’’5) et la Norvège (à 32’’2). Devant les Bleus sonnés. Dépassés.

Déçue, l’équipe de France féminine avait, jeudi, par la voix de son chef d’équipe, résumé : "C’était un jour sans. Pour les quatre. Elles étaient très bien au tir mais physiquement, elles n’y étaient pas."

De la même manière, les équipiers de Martin Fourcade (déjà trois succès en coupe du monde cet hiver) ont manqué de fraîcheur et d’adresse pour espérer se glisser dans la lutte pour le podium. Cinquièmes après le premier tour, les Bleus (Alexis Bœuf, Jean-Guillaume Béatrix et Simon Desthieux) ont transmis le relais à Martin Fourcade, dernier Tricolore en piste avec 56’’7 de retard. Trop pour espérer jouer les premiers rôles.

Simon Fourcade a, sur Eurosport, résumé : "Toutes les conditions étaient réunies pour faire bien mais les autres équipes ont été plus fortes. Il reste 4 courses. A nous de rehausser le niveau… "

Le Grand-Bornand, première manche française de l’histoire de la Coupe du monde, ne demande que cela. Le temps et le public sont au rendez-vous. Seule l’équipe de France a pris un peu de retard pour que la fête soit complète. Samedi se disputeront les épreuves de sprint (dames à 10h30, hommes à 13h15), avant les poursuites dimanche (femmes à 11h15, hommes à 13h25) en clôture de programme. Avec des Bleus très attendus après des relais décevants qui manquent encore d’homogénéité et de tranchant, comme lors de l’épreuve mixte d’ouverture de la saison (5e à Ostersund).

Relais messieurs 4 x 7,5 km :
1. Russie 1h14’01’’
2. Allemagne à 0’’3
3. Autriche à 26’’8
4. Suède à 28’’5
5. Norvège à 32’’2
6. France à 1’06’’09  :trève: 
7. Suisse à 1’57’’
8. Etats-Unis à 1’58’’
9. République tchèque à 2’41’’
10. Ukraine à 3’11’’ ;

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Sam 14 Déc 2013 - 9:32



HANDBALL: La France reçue 5 sur 5.

Les Bleues sont parvenues à déjouer le piège sud-coréen vendredi soir en s’imposant 27-22. Les Françaises conservent la première place du groupe A et défieront le Japon dimanche en huitièmes de finale du Mondial.

Les Bleues ont embarqué dans le train à grande vitesse de ce Mondial 2013. En remportant contre la Corée du Sud une cinquième victoire en autant de rencontres (27-22), les Françaises ont idéalement conclu ce 1er tour. Pourtant, ce dernier succès fut long à se dessiner. Crispées et nerveuses, les Bleues ont bien cru que la victoire allait leur échapper alors qu’il ne restait plus qu’un quart d’heure à jouer.

Il aura fallu une Allison Pineau des grands soirs pour que les protégées d’Alain Portes, menées 17 à 14, ne se fassent pas distancer définitivement par des Coréennes à qui tout réussissait malgré une solide Amandine Leynaud dans les buts. Une fois le handicap de trois buts comblé en à peine deux minutes, les Françaises ont déroulé et profité de la maladresse de leur adversaire. Alexandra Lacrabère, comme un symbole, venait rappeler aux Sud-Coréennes qu’il en fallait plus pour faire chuter cette France-là. Auteure de trois buts dans les dix dernières minutes, la Française aura grandement contribué à ce succès, allant jusqu’à écœurer les Coréennes en fin de match. Preuve que l’expérience internationale finit toujours par faire la différence.

La France défiera le Japon en 8ième.

Cette éclatante victoire laisse entrevoir un superbe avenir à l’équipe de France dans cette compétition. Premières du groupe A avec 10 points, les Bleues héritent du Japon en 8es de finale. Un adversaire largement à leur portée mais dont il faudra néanmoins se méfier. Les Japonaises ont en effet donné des sueurs froides aux Serbes la semaine dernière en ne craquant qu’en fin de rencontre (28-26). Leur défaite de justesse quelques jours plus tard contre les Brésiliennes (24-20) vient aussi témoigner de leur grande qualité.

Dimanche, les Françaises devront donc respecter un adversaire qui n’aura rien à perdre contrairement aux Bleues qui bénéficient désormais du statut de sérieux candidat à la victoire finale. Pour se rassurer, il suffit tout simplement de regarder le parcours sans faute réalisé par la France depuis le début de la compétition. Un long voyage entamé par une victoire confortable samedi dernier sur la République démocratique du Congo (31-13) et qui s’est poursuivi vendredi soir par ce succès clinquant face à la Corée du Sud. Attention cependant à ne pas dérailler dimanche contre une équipe japonaise qui, à première vue, ne devrait être qu’une étape supplémentaire avant les quarts de finale.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Sam 14 Déc 2013 - 9:42



L’Allemagne fait construire un complexe hôtelier au Brésil.

La Fédération allemande (DFB) fait construire un camp de base dans l’Etat de Bahia pour accueillir la Mannschaft lors du Mondial 2014.

Le nec plus ultra de la préparation. Afin de tenter de ramener à Francfort –siège de la Fédération allemande- son premier titre mondial depuis 1990 et son premier trophée international depuis l’Euro 1996, la DFB fait actuellement construire un camp de base sur mesure pour la Mannschaft au Brésil. Situé à Santo André, sur le littoral dans l’Etat de Bahia, ce complexe hôtelier s’étendra sur  15.000 m2. Un terrain d’entraînement et un centre de presse seront situés dans un rayon d’un kilomètre de ce quartier général allemand appelé «Campo Bahia».

"Lors de la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud, nous avons pu voir que la proximité des équipements, entre les quartiers de l'équipe, le terrain d'entraînement et le centre de presse, était quelque chose de très important pour les joueurs, l'encadrement et les représentants des médias", a expliqué Oliver Bierhoff, manager de la Mannschaft. Le complexe hôtelier de «Campo Bahia» disposera de 65 chambres réparties dans 14 maisons.

Outre son «atmosphère de village de vacances» dixit la DFB, ce camp de base a aussi l’immense avantage d’être éloigné des zones urbaines surpeuplées tout en étant localisé à une trentaine de kilomètres de l’aéroport de Porto Seguro, d’où la sélection allemande ralliera les Salvador, Recife et Fortaleza pour ses matchs du premier tour. "En raison de la taille du pays et des longues distances à parcourir, il était important pour nous de minimiser les fatigues liées aux déplacements. L'adaptation à l'environnement climatique et la récupération joueront en outre un rôle majeur pendant la compétition, là encore, cette localisation offrait les conditions idéales", a indiqué Oliver Bierhoff.

Pour financer la construction de son propre complexe, la DFB a, selon Bild, reçu le soutien des ses gros parraineurs dont Mercedes. Confiés à une entreprise munichoise, «Campo  Bahia» sera livré en mars 2014. La Mannschaft y prendra ses quartiers le 8 juin, soit huit jours avant son premier match à Salvador, face au Portugal.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Sam 14 Déc 2013 - 11:30



Le Tour de Romandie 2014 s'achèvera à Neuchâtel.

La prochaine édition du Tour de Romandie débutera... au Tessin et se terminera à Neuchâtel au Stade de la Maladière par un contre-la-montre. Une étape aura lieu entre Le Bouveret et Aigle.

Le Tour de Romandie 2014 prendra son envol du Tessin. Le prologue sera organisé à Ascona le mardi 29 avril. Après des passages en Valais, dans le Chablais et à Fribourg, l'épreuve World Tour se terminera à Neuchâtel au Stade de la Maladière par un contre-la-montre.

Pour la huitième année, la boucle romande sera organisée par Richard Chassot et son équipe. Le budget de la manifestation s'élève à 4,6 millions. Les charges sont largement couvertes par les recettes. L'épreuve est encore inscrite au World Tour jusqu'en 2016 ce qui lui assure la participation des meilleures équipes professionnelles. La formation suisse IAM Cycling a déjà reçu une invitation pour le printemps prochain.

Le tracé 2014 a été dévoilé lors d'une conférence de presse à Fribourg. Pour la première fois depuis l'année 2000, le Tour de Romandie fera escale au Tessin. La commune d'Ascona a été choisie comme lieu de départ avec un prologue de 5,5 km au bord du Lac Majeur. La caravane prendra ensuite le chemin du Valais avec la longue traversée des Centovalli, le franchissement du col du Simplon et la montée de Lens avant une arrivée jugée à Sion après plus de 200 km.

Étape-reine entre Le Bouveret et Aigle.

Après une étape réservée aux sprinters entre Sion et Montreux via Châtel-St-Denis et Oron, l'étape-reine aura lieu le vendredi 2 mai entre Le Bouveret et Aigle. Si ces deux bourgades ne sont éloignées que d'une vingtaine de kilomètres, les coureurs passeront au sommet de quatre difficultés avant de boucler leur pensum. Le col des Planches, les montées sur les Giettes et Villars sont au programme pour une journée à plus de 3500 m de dénivelé. «Les équipes nous demandent de mettre des difficultés afin de préparer au mieux les grands tours», se réjouit Richard Chassot.

Le lendemain, la ville de Fribourg sera à l'honneur avec une étape en circuit fermé. Elle se disputera sous la forme d'une boucle de 30 km à parcourir à six reprises dans la campagne fribourgeoise avec le franchissement du nouveau Pont de la Poya.

L'épreuve se terminera lors d'un contre-la-montre exigeant avec départ et arrivée au Stade de la Maladière. Une rampe spécialement installée pour l'occasion permettra aux coureurs de pénétrer dans le stade au milieu de la pelouse où sera installée la ligne d'arrivée.

Tour de Romandie 2014 (29 avril - 4 mai).

Mardi 29 avril, prologue à Ascona (5,57 km).
Mercredi 30 avril, 1re étape: Ascona - Sion (203,6 km).
Jeudi 1er mai, 2e étape: Sion - Montreux (166,5 km).
Vendredi 2 mai, 3e étape: Le Bouveret - Aigle (180,2 km).
Samedi 3 mai, 4e étape: Fribourg - Fribourg (circuit fermé/174 km).
Dimanche 4 mai, 5e étape: contre-la-montre à Neuchâtel (18,5 km/arrivée au Stade de la Maladière).


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Sam 14 Déc 2013 - 19:14



Martin Fourcade se contente du podium.

Martin Fourcade a terminé samedi l’épreuve de biathlon du sprint (10 km) au troisième rang, derrière le Norvégien Johannes Boe et le Tchèque Ondrej Moravec.

Pour les retrouvailles du biathlon avec la France depuis plus de vingt ans (JO Albertville 1992), Martin Fourcade n’a pas pu offrir une victoire à ses supporters, venus nombreux dans la station du Grand Bornand (Haute-Savoie). Le Français doit se contenter d’une troisième place sur l’épreuve du sprint (10 km), après une course qui l’a vu commettre une faute au tir. Il s’agit tout de même du treizième podium consécutif - record en cours - pour le leader du classement général de la Coupe du monde dans la discipline.

C’est le jeune Norvégien Johannes Thingnes Boe (20 ans) qui s’impose à la surprise générale pour remporter sa première victoire en Coupe du monde. Impeccable au tir et sans conteste le plus rapide sur les skis, il a conclu le parcours en 22’06’’70. Il devance le Tchèque Ondrej Moravec (+32’’9) et Martin Fourcade (+37’’10). A noter que le podium du Français devait encore être validé par le jury de course puisqu’il a récupéré un bâton de ski auprès d'un de ses entraîneurs au pas de tir, nécessitant une vérification du règlement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Dim 15 Déc 2013 - 18:36



Quand Pro A rime avec pugilat.

La rencontre de Pro A entre le Paris-Levallois et Gravelines-Dunkerque a fini en bagarre générale samedi soir à Coubertin. De lourdes sanctions sont à prévoir pour les deux clubs.

Il restait 7’’9 à jouer samedi soir à Coubertin lorsque la rencontre de championnat entre le Paris-Levallois et Gravelines-Dunkerque a tourné au pugilat. Une bagarre générale comme la Ligue n’en avait jamais vu depuis sa création en 1987 ! Une altercation entre Yannick Bokolo et Daniel Ewing aurait allumé la mèche. Puis ce fut l’embrasement : échauffourées aux quatre coins du terrain, échanges de coups… Un bien triste spectacle. Christian Monschau, l’entraîneur nordiste, se serait même retrouvé au sol dans la bousculade. Si le calme a fini par revenir après de longues minutes, les arbitres ont décidé de ne pas faire reprendre la partie, qui s’est donc soldée par une victoire parisienne (86-78).
"Le match n'ayant pas pu se terminer, nous ne l'avons pas homologué", a toutefois précisé à l’AFP une source à la LNB. Visible samedi soir, le résultat de la rencontre a d’ailleurs été effacé des tablettes du site de la Ligue. "C’est une tristesse. Le sport, ce n’est pas fait pour ça", a regretté dimanche Alain Béral, le président de la LNB, au micro de RMC. "Mais on sait que ça peut arriver. La tension sur des matches comme ça, quand les deux équipes doivent gagner pour se qualifier pour la Leaders’s Cup pour l’une ou pour essayer de se sortir d’une situation difficile pour l’autre, est possible. Même si c’est condamnable et que nous ne pouvons pas accepter ça. Nous avons évidemment d’autres valeurs à défendre."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Dim 15 Déc 2013 - 18:47



Biathlon au Grand Bornand: le doublé pour le Norvégien Boe, Fourcade 17e.

Le jeune Johannes Thingnes Boe, 20 ans et demi, a damé le pion à la star mondiale du biathlon, le Français Martin Fourcade, 17e de la poursuite et contraint d'assister impuissant au doublé du prodige norvégien, dimanche au Grand-Bornand.
Sa victoire en sprint samedi l'avait mis dans les meilleures conditions pour la poursuite dimanche: encore fallait-il avoir les nerfs solides, ce que le frère cadet de Tarjei Boe, champion olympique du relais à Vancouver, a démontré avec panache dimanche, avec une seule faute au tir.

Comme en plus le champion du monde junior en titre de poursuite avait le meilleur ski du week-end, même Martin Fourcade a dû s'avouer vaincu.
"C'est une victoire formidable pour lui, même si nous n'en étions pas au même niveau de préparation", a commenté le Catalan, seulement 17e et frustré de sa poursuite, au point de briser de colère un de ses bâtons en fin de course.
Le Français, parti 3e à 37 sec du Norvégien, a laissé filer sa chance au tir, avec 3 échecs.
Pour la première fois depuis février 2013 à Nove Mesto et 13 épreuves individuelles de Coupe du monde de suite, le quintuple champion du monde n'aura donc pas connu les honneurs d'un podium. D'autant plus regrettable que le public - plus de 10.000 personnes dimanche - était principalement venu pour lui, pour la première Coupe du monde de biathlon jamais organisée en France.
"La série s'arrête, c'est fait aussi pour ça. Ca faisait aussi 13 fois de suite que je devais subir les contrôles antidopage après les courses, 13 fois de suite que j'avais les conférences de presse et donc 13 fois de suite que je passais mon tour pour la récupération. Au bout d'un moment, ça se paie", a analysé Fourcade.
Le public a néanmoins pu assister à l'émergence d'un nouveau champion, Johannes Thingnes Boe. En 31 min 43 sec 7/10e, il a fait étalage de sa classe, reléguant l'Allemand Erik Lesser à 37 sec 5/10e et le Russe Anton Shipulin à 39 sec 1/10e.
"C'était une super sensation de prendre le départ avec le dossard N.1 et je n'ai jamais ressenti de pression. Je crois que c'est pour ça que j'ai été si bon au tir et sur les pistes", a commenté celui qui, en un seul week-end, vient de s'adjuger les deux premières victoires de sa carrière en Coupe du monde.
Et dire que la Norvège avait décidé de se passer de ses meilleurs éléments au Grand Bornand...
En fin de matinée, la poursuite dames a elle aussi permis à l'Ukrainienne Valj Semerenko de goûter aux joies d'une première victoire.
Partie en 3e position, elle a dominé dans les derniers mètres la Russe Irina Starykh, 2e à 4 sec 2/10e, et la Norvégienne Tiril Eckhoff, 3e à 15 sec 5/10e.
"Je suis très émue, je n'en attendais pas autant en France, mais je me suis fait un beau cadeau pour la nouvelle année", a réagi l'Ukrainienne.
La Tchèque Gabriela Soukalova, en tête avant le dernier tir, a finalement terminé 4e à 21 sec 9/10e. Elle conserve néanmoins la tête du classement général de la Coupe du monde.
La Française Anaïs Bescond, 21e du sprint samedi, a réalisé une très belle poursuite pour terminer 8e à 40 sec 4/10e.
"J'ai de super sensations en ski en ce moment (elle a fait le 3e temps, ndlr) et si je ne rate pas un tir, je suis sur le podium. Je suis super contente", a-t-elle commenté.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Dim 15 Déc 2013 - 19:11



Mondial 2014 : bientôt l'arrêt des travaux au stade de Manaus ?

Suite à la mort de deux ouvriers, le procureur de l'État d'Amazonie demande "l'arrêt immédiat" des travaux à Manaus.

Le bureau du procureur de l'État d'Amazonie, dans le nord du Brésil, a réclamé "l'arrêt immédiat" des travaux en cours au stade de Manaus en vue de la Coupe du monde de football 2014 au Brésil, à la suite de la mort de deux ouvriers. Dans un communiqué diffusé dans la nuit de samedi à dimanche après la mort d'un ouvrier âgé de 22 ans à la suite d'une chute de 35 mètres dans le stade Arena da Amazonia de Manaus, le bureau du procureur de Manaus a de nouveau réclamé "l'arrêt urgent et immédiat" des travaux en cours dans ce stade.

La victime, Marceludo de Melo Ferreira, est le cinquième ouvrier qui meurt dans un des stades du Mondial 2014 depuis que les travaux ont débuté en vue de cette compétition. Un ouvrier avait péri en mars dernier à Manaus, deux autres en novembre à São Paulo et un à Brasilia l'an dernier.

Le Mondial se déroulera du 12 juin au 13 juillet dans douze villes du Brésil. Mardi dernier, le coordonnateur des travaux à Manaus, Miguel Capobiango Neto, avait assuré devant des journalistes que tout serait prêt en vue de l'inauguration du stade Arena de Amazonia le 15 janvier. "Le bureau du procureur public ne peut permettre que la nécessité d'achever la construction à temps pour le Mondial de football 2014 se fasse au prix d'une vie humaine et du bien-être de ceux qui y travaillent", conclut le communiqué.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Dim 15 Déc 2013 - 19:34



Le skieur Vincent Gauthier-Manuel mènera la délégation paralympique française.

Faire mieux qu'à Vancouver en ramenant au moins deux médailles d'or, c'est l'objectif de la délégation française des Jeux paralympiques d'hiver de Sotchi, en Russie, et de son porte-drapeau, le skieur Vincent Gauthier-Manuel, présentés officiellement jeudi 5 décembre.

Ski alpin, ski nordique et biathlon : treize athlètes « sélectionnables » – dont deux femmes – ont été présentés pour les Jeux qui auront lieu du 7 au 16 mars, quelques jours après la clôture des Jeux olympiques. La liste finale des sportifs paralympiques français sera connue le 10 février, après les dernières sélections. A un peu moins de cent jours de la compétition, Jean Minier, directeur technique national de la Fédération française handisport, a affiché l'objectif de l'équipe : rester dans le top 10 en ramenant au moins deux médailles d'or.

LES FRANÇAIS « AU TAQUET »
En 2010, les Français n'avaient décroché l'or qu'une fois aux Jeux paralympiques d'hiver de Vancouver, s'inscrivant à la dixième place du classement. « On a nourri des regrets », mais cette fois les Français sont « au taquet » pour « faire beaucoup plus », a affirmé le capitaine de l'équipe de France handisport de ski alpin, Cyril Moré.
Pour le skieur Vincent Gauthier-Manuel, âgé de 27 ans, c'est « un grand honneur » de « défendre une équipe de France qui est vraiment forte », une « grande famille » de sportifs. Le Jurassien ira chercher l'or aux Jeux, une médaille qui « fait rêver » le double champion du monde en titre en slalom et géant, médaillé d'argent par deux fois et médaillé de bronze aux Jeux paralympiques de Vancouver.
La délégation française devrait compter une trentaine de personnes à Sotchi entre sportifs, entraîneurs, guides, équipes médicale et technique. Pendant neuf jours, plus de de 1 600 athlètes s'affronteront pour se partager 72 médailles d'or dans cinq disciplines : ski alpin, ski de fond, biathlon, hockey sur luge et curling en fauteuil.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Lun 16 Déc 2013 - 10:37



La qualification, et c’est tout !!!

Au terme d’un 8e de finale lors duquel elles auront longtemps déjoué, les Françaises ont finalement eu raison du Japon sur un score flatteur (27-19). En quarts de finale, les Tricolores affronteront la Pologne.

De quoi pousser un immense ouf de soulagement ! Comme attendu, l’équipe de France a fait respecter son statut de favorite en dominant le Japon ce dimanche, en 8es de finale du Mondial. Mais si l’écart final (27-19) pourrait laisser à penser que les filles d’Alain Portes ont vécu une rencontre sereine, il n’en a rien été dans les faits….

Un premier acte sans relief.

Les quinze premières minutes offraient ainsi un raccourci saisissant de la problématique posée aux Bleues lors de ce 8e de finale. A savoir qu’en évoluant à leur niveau, les vice-championnes du monde n’avaient pas grand-chose à craindre de l’adversité nippone. Le souci résidait justement à jouer à leur cadence, sans se laisser endormir par le faux-rythme instauré par les Japonaises et cette défense 3-3 extrêmement haute. Or, au bout de 25 minutes de jeu, les Françaises étaient à mille lieues de réciter leur plus bel handball. Multipliant les pertes de balle, elles laissaient les Asiatiques espérer à une petite longueur (10-9). Mais un but d’Allison Pineau, suivi d’un caviar de la même Pineau pour Nina Kanto donnait un avantage plus conséquent à la France au moment de rejoindre les vestiaires (12-9). De quoi envisager un second acte tranquille ?

L'entrée de Leynaud change tout.

Ceux qui l’espéraient se retrouvaient vite déçus. En cinq minutes chrono, les Nippones infligeaient un surprenant 4-0 aux Bleues, visiblement restées dans les vestiaires (12-13, 35e). Une reprise catastrophique qui se poursuivait, ce qui permettait même aux Japonaises de mener un instant de deux longueurs (15-17, 41e). Mais comme par enchantement, avec un scénario relativement similaire à celui aperçu contre les Coréennes vendredi, les Françaises relevaient la tête au moment où elles semblaient au plus mal. L’entrée d’Amandine Leynaud à la place de Cléopatre Darleux changeait radicalement la physionomie de la rencontre, la gardienne tricolore réalisant parade sur parade. Cela se matérialisait alors par un invraisemblable… 9-0 pour la France en quinze minutes (24-17, 56e) ! Un véritable coup de massue enlevant tout suspense, au grand bonheur de Françaises qui n’espéraient plus une fin si maîtrisée après tant de ratures au sein de leur copie (27-19).
Mercredi prochain, en quarts de finale, les Bleues auront forcément une belle carte à jouer face aux surprenantes Polonaises, tombeuses de la Roumanie (31-29).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Mar 17 Déc 2013 - 10:15



Bernard Hinault parrain de la Team Raleigh.
De ce côté de la Manche, l'information serait "presque" passée inaperçue. Le plus grand champion cycliste français, Bernard Hinault, accessoirement quintuple du Tour de France, est devenu (en toute discrétion) le parrain de l'équipe Team Raleigh, dirigée par un autre breton installé à Hyères (Var), le sympathique Eric Berthou, ex-coureur, entre autres, de La Caisse d'Epargne aux côtés de Valverde (2006 et 2007) ou encore et logiquement de Bretagne Schuller (2011 et 2012).

Bernard Hinault a déclaré sur le site de la Team Raleigh :"Le cyclisme est un sport qui est extrêmement exporté et nous devons regarder sa croissance, à l'exemple de pays émergents tel que la Grande-Bretagne... Maintenant les courses et les équipes sont aux quatre coins du monde. C'est un processus qui a débuté de mon temps. Maintenant, le vélo est une affaire internationale".

Jérémie Galland met un terme à sa carrière.
Sans contrat depuis l'arrêt de Sojasun, Jérémie Galland a mis un terme à sa carrière après le championnat régional d'Ile de France de cyclo-cross, à Montgeron. Symboliquement, il a choisi cette course organisée par l’EC Montgeron-Vigneux, l'un de ses premiers clubs pour raccrocher le vélo. Le coureur Français de 30 ans a posté l'info sur son compte Twitter, hier: "Ma dernière sortie officielle sera cet après-midi lors du chpt d'IDF de cyclo cross à Montgeron, le club de mes débuts... " Jérémie Galland est passé professionnel chez Auber 93 en 2007 puis avait rejoint Besson-Chaussures en 2009 (qui deviendra Saur-Sojasun puis Sojasun ensuite). Désormais, il souhaite devenir kiné.

Après la course où il a terminé 20ème, Jérémie Galland s'est confié au Parisien: "Dès le mois d’octobre, j’ai contacté tous les managers d’équipe et j’ai dû me rendre à l’évidence: il n’y avait plus de places pour moi. Je n'ai eu aucune piste sérieuse. J'ai bien conscience de n’avoir pas réalisé une grande saison 2013 et de faire partie des coureurs de milieu de tableau, plus difficiles à recaser financièrement. [...] Je n’ai pas choisi la fin, c’est ça qui est difficile. Mais à part ça, je suis content de mon petit parcours. J’ai gagné des courses (notamment le GP de Plumelec en 2009, les Boucles de la Mayenne et une étape du Tour du Limousin en 2010), participé au Tour de France (138e en 2011) et été sélectionné pour un championnat du Monde."

Il revient sur l'arrêt de Sojasun avec qui il avait encore un an de contrat: "On a appris que l’équipe ne repartirait pas seulement fin septembre donc j’ai dû attendre le dernier moment pour rechercher une équipe. J’aurais été en fin de contrat, je m’y serais pris autrement et surtout plus tôt. Le pire, c’est qu’on a nous a fait plus ou moins espérer jusqu’au dernier moment que l’équipe allait retrouver un sponsor."

Alejandro Marque se justifie
Tout bonnement "viré" par son équipe à l'annonce d'un contrôle positif réalisé lors du Tour du Portugal 2013, qu'il avait par ailleurs gagné. Alejandro Marque s'est justifié auprès de nos confères de record quant à l'utilisation de la Betametasona. Extraits.

“A cause des problèmes aux genoux, j ai du prendre deux infiltrations avant le Tour du Portugal, car les séances de fisio n'avaient pas vraiment eu d'effet. Tout a été fait avec la connaissance de l'UCI et mon équipe ", a déclaré Marque.

Pour le cycliste, le contrôle positif de la substance dans son corps est normal car il a "suivi le traitement prescrit par le médecin”, et l'apparence de la substance dans le corps est "si naturel" et Marque rappelle que "la bétaméthasone est seulement illégal s'il est utilisé en compétition", ce qui n'était pas le cas".

Sébastien Turgot quitte Europcar pour AG2R.
A la saison prochaine, nous ne verrons plus Sébastien Turgot revêtir les couleurs vertes du maillot Europcar mais plutôt les teintes blanches de la formation Ag2r - La Mondiale.

« Chez Europcar je ne me sentais plus progresser et on ne me faisait pas confiance. J'ai donc décidé de changer d'équipe et j'ai déjà prouvé que c'était la bonne décision. J'en sens déjà les bénéfices. Après le stage de cohésion organisé sur une semaine à Montgenèvre en novembre, je me suis senti relancé. C'est une grosse motivation pour l'année prochaine. » a-t-il confié à Velo101.

Il ajoute également qu’après ses 2 participations à la Grande Boucle en 2010 et 2011, Europcar ne l’avait plus sélectionné.

Ce stage hivernal lui a permis de voir combien la formation de 29 coureurs était soudée.

Passé pro chez Europcar, il explique son désir de changement : « Jean-René Bernaudeau m'a fait passer pro, je le respecte et je le remercie énormément. Maintenant le temps était venu de changer si je voulais continuer à progresser. […] Je fais du vélo parce que j'adore ça et je veux à nouveau gagner des courses. »

« On me fait confiance pour les classiques. Je vais reprendre ma saison de bonne heure, au Tour Down Under. […] Maintenant, pour retrouver le niveau, il me faut faire des bornes. C'est pourquoi je vais reprendre à courir rapidement pour me permettre de progresser. L'avantage que j'ai avec Ag2r La Mondiale c'est que je vais pouvoir commencer en Australie dès le mois de janvier et ainsi préparer de bonne heure la campagne des classiques. », explique le cycliste à propos de ses motivations. Il souhaite retrouver son niveau car après avoir effectué un bon début de saison, il n’y a plus eu de résultats à la suite.

Ce qu’il lui plait chez Ag2r, c’est qu’il se verra attribuer le rôle de leader sur les classiques et celui de coéquipier sur les autres courses. Sa présence sur la Vuelta est déjà assurée quant à celle sur le Tour, cela reste encore à voir.

Equipe IAM: chercher cette grande victoire.
Genève - L'unique équipe professionnelle suisse IAM Cycling a vécu une première saison à la hauteur des attentes de ses dirigeants. En 2014, elle visera plus haut à la recherche d'une grande victoire.
Réuni à Nyon dans le bureau de course de l'équipe, le staff dirigeant de IAM Cycling a tenu à faire connaître son bilan pour sa première saison d'existence et ses projets pour la saison 2014. "Au niveau de la notoriété, des résultats et de la crédibilité, cette première année sur le circuit a répondu à nos attentes", se félicitait Michel Thétaz, le grand patron de l'équipe helvétique. Pour lui, le moment le plus émouvant fut bien le doublé enregistré au Trophée Matteotti en Italie lorsque les deux Valaisans Sébastien Reichenbach et Johann Tschopp sont arrivés ensemble pour la "gagne", le plus ancien laissant la priorité au plus jeune.
Les résultats ont donc convenu aux dirigeants. Mais personne n'est dupe: il a manqué une victoire dans une grande course. Pour tenter d'y parvenir en 2014, la formation helvétique s'est renforcée avec l'arrivée de cinq nouveaux coureurs: Sylvain Chavanel (Fr), Mathias Frank (S), Jérôme Pineau (Fr), Roger Kluge (All) et Vicente Reynes (Esp). Trois coureurs ont quitté l'équipe. Il s'agit de Rémi Cusin (Fr), Marco Bandiera (It) et Alexandr Pliuschin (Mol).
L'arrivée de Chavanel muscle considérablement l'équipe pour les classiques. Il composera un duo redoutable avec l'Australien Heinrich Haussler, 6e du Tour des Flandres cette année. "Nous n'entrevoyons aucun problème de cohabitation entre les deux", affirme Serge Beucherie, le manager sportif. Une affirmation à confirmer sur les routes des classiques flandriennes et ardennaises qui devraient une nouvelle fois ouvrir leurs portes à l'équipe IAM cette saison.
Le rêve de Michel Thétaz, c'est toutefois une participation à un grand tour et en premier lieu au Tour de France. La formation helvétique s'était retrouvée le printemps dernier parmi les derniers postulants à une invitation à la Grande Boucle avant d'être écarté au dernier moment. Cette fois-ci, IAM peut se reposer sur du concret avec une première saison sur les routes où elle a prouvé ses qualités offensives. "Nous avons également connu très peu d'abandons, je n'en suis pas peu fier", poursuit Michel Thétaz.
L'équipe postulera également pour le Giro voire la Vuelta en fin de saison. "Avec vingt-cinq coureurs (réd: dont 10 Suisses), nous avons le potentiel pour disputer deux grands tours dans la saison", souligne Serge Beucherie. Si IAM est retenue pour le Tour de France, elle sera emmenée par Mathias Frank, 5e du dernier Tour de Suisse.
Le budget tourne autour de 10 millions de francs. "Il dépend aussi des performances des coureurs. Il y a beaucoup de contrats qui comprennent des primes aux résultats. Mais si l'on doit payer beaucoup, je ne serai pas le plus malheureux", s'amuse Michel Thétaz. La première course de la saison 2014 est fixée au 2 février avec le GP La Marseillaise.
Cadre de l'équipe IAM Cycling pour la saison 2014. Coureurs: Marcel Aregger (S), Matthias Brändle (Aut), Sylvain Chavanel (Fr/nouveau), Stepah Denifl (Aut), Martin Elmiger (S), Mathias Frank (S/nouveau) Jonathan Fumeaux (S), Kristof Goddaert (Be), Heinrich Haussler (Aus), Sébastien Hinault (Fr), Reto Hollenstein (S), Kevin Ista (Be), Dominic Klemme (All), Roger Kluge (All/nouveau), Pirmin Lang (S), Gustav Larsson (Su), Thomas Löfkvist (Su), Matteo Pelucchi (It), Jérôme Pineau (Fr/nouveau), Sébastien Reichenbach (S), Vicente Reynes (Esp/nouveau), Aleksejs Saramontins (Let), Patrick Schelling (S), Johann Tschopp (S), Marcel Wyss (S). Manager sportif: Serge Beucherie (Fr). Directeurs sportifs: Marcello Albasini (S), Rubens Bertogliati (S), Kjell Carlström (Fin), Eddy Seigneur (Fr).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Mar 17 Déc 2013 - 12:35



Grand Tour d’Algérie-2014 : événement majeur pour mettre en valeur l’image de l’Algérie.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi, a indiqué, lundi à Alger, que le Grand Tour d’Algérie cycliste-2014 (GTAC), prévu du 8 au 29 mars est "un évènement majeur et prioritaire pour mettre en valeur l’image de l’Algérie et faire valoir ses caractéristiques culturelles".

"Le Grand Tour d’Algérie-2014 aura une dimension internationale avec le passage à 22 étapes, ce qui demande une organisation rigoureuse. Cette compétition sportive et touristique constitue pour l’Algérie un évènement prioritaire pour les pouvoirs publics", a déclaré M. Tahmi à l’occasion de l’installation de la commission nationale d’organisation du GTAC-2014.

Cette commission, présidée par le premier responsable de la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), Rachid Fezouine, regroupe des représentants de plusieurs ministères en tête desquels celui de la Jeunesse et des Sport, du Tourisme, des affaires étrangères ainsi que les représentants de walis d’Oran, de Blida, de Constantine, de Sétif et d’Alger, les "5 villes étoiles du GTAC-2014".

La commission nationale d’organisation du GTAC-2014 est constituée également des Directions générales de la Sûreté nationale, de la Protection civile, des Douanes et de l’état-major de la Gendarmerie Nationale.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports a réitéré l’engagement des pouvoirs publics à accompagner les organisateurs de la 4e édition du Tour d’Algérie cycliste. "Nous sommes totalement engagés à faire réussir cet évènement qui commence à prendre de l’ampleur sur les plans médiatique, mais aussi touristique, ce qui va certainement favoriser la promotion de l’image du sport en Algérie.", a-t- il dit.

Le GTAC-2014 devant se dérouler à travers 22 wilayas du pays, traversera près de 350 communes, avec la participation d’une vingtaine d’équipes dont 12 formations européennes, quatre africaines et quatre algériennes.

Parmi les pays participant à la quatrième édition du Tour d’Algérie 2014 figurent, outre l’Algérie, les Pays-Bas, l’Allemagne, la France, l’Angleterre, le Danemark, l’Erythrée et le Maroc. De son côté, le président de la FAC a mis l’accent sur les efforts fournis par le ministère de la Jeunesse et des sports (MJS) qui reste, selon lui, "le premier partenaire de cette 4e édition".

"Le ministère de la Jeunesse et des sports reste notre premier partenaire lors de ce GTAC-2014, avec bien sûr les ministères de la Culture, du Tourisme, de la Communication, ainsi que les représentants de tous les corps sécuritaires", a-t-il précisé.

Pour la Fédération algérienne de cyclisme (FAC), un "vaste plan intitulé "Rio 2016" pour développer la pratique du sport cycliste chez les jeunes du pays et permettre une détection ambitieuse des meilleurs potentiels afin de les amener au meilleur niveau possible grâce à des conditions de pratique optimale".

L’édition 2014 du Grand Tour d’Algérie sera composée de 9 épreuves et prendra fin le 29 mars avec le déroulement du Critérium international de Blida.

"Je ne suis pas le genre de gars suffisamment confiant pour crier ce que je vais faire. Je sais que beaucoup de choses peuvent arriver. Mais je sais que je peux encore faire un Top 10 sur le Tour, et peut-être mieux." Gesink, qui a ciblé le Tour de Californie pour parfaire sa préparation, a au moins pris conscience que le temps commençait, déjà, à lui être compté.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Mer 18 Déc 2013 - 9:05



Tessa Worley ne verra pas Sotchi.

Blessée mardi matin lors du slalom de Courchevel, Tessa Worley souffre d’une rupture du ligament latéral antérieur du genou droit. La championne du monde de géant doit renoncer aux JO de Sotchi.

Le rêve olympique de Tessa Worley s’est donc brisé à quelques kilomètres de chez elle. Victime d’une chute lors de la première manche du slalom de Courchevel mardi matin, la skieuse du Grand-Bornand a terminé sa saison dans la neige de la station alpine. Fauchée en plein élan, deux jours après avoir remporté le slalom géant de Saint-Moritz et confirmé son statut de prétendante très crédible à un podium olympique dans moins de deux mois à Sotchi. Redescendue allongée dans une civière puis évacuée, en pleurs, vers un hôpital de Lyon, la jeune femme (24 ans) suscitait déjà des inquiétudes dans le clan français.

«Honnêtement, je suis inquiet», avait déclaré Anthony Séchaud, l'entraîneur en chef du groupe technique de l’équipe de France féminine, pendant que Worley était transportée vers l’hôpital. Les craintes du technicien français ont été, malheureusement pour la Bornandine, confirmées par les résultats de l’IRM passée dans l’après-midi. Le verdict est sans appel : rupture du ligament croisé antérieur du genou droit et lésion du ménisque. Une blessure qui met un terme prématuré à sa saison et la prive, évidemment, de l’événement majeur de l’hiver, les Jeux olympiques de Sotchi (7-23 février 2014).
Un coup dur pour l’équipe de France qui perd là, après Marion Rolland à la fin de l’été, sa deuxième championne du monde. «C’est un coup dur, avant tout pour Tessa, souligne Anthony Séchaud. C’est une sacrée série noire. Mais, on essaie de relativiser. Marion s’était déjà blessée, aujourd’hui Tessa. C’est difficile sportivement. Mais ce sont des athlètes que vous reverrez, vraiment.» «Le matin tout se passe bien, et en l’espace de deux secondes tout bascule, faisait remarquer sa coéquipière en équipe de France, Anémone Marmottan, sur RMC. Du jour en lendemain, les objectifs changent. Il faut faire avec. Ça fait partie de la vie d’athlète et c’est aussi là qu’on reconnait les meilleurs, c’est savoir surmonter tout ça.»
Comme souvent, donc, cette blessure survient au plus mauvais moment. A un mois et demi des JO et alors que la meilleure technicienne du ski français, sacrée championne du monde de géant l’hiver dernier à Schladming, refaisait surface après un début de saison timide (21e du géant d’ouverture à Sölden). «On a senti qu’elle pouvait vite perdre confiance, racontait Séchaud lundi dans L’Equipe. On ne s’est pas dit que ce n’était pas grave et on a tout de suite changé le programme de travail pour refaire du géant et retrouver de bonnes sensations.»

Un choix rapidement payant, le programme volontairement plus chargé que prévu lors de la tournée américain l’ayant parfaitement remise à l’endroit (10e du Super-G de Beaver Creek et 9edu Géant, 9e du Super-G de Saint-Moritz avant sa victoire en Géant). Mais aujourd’hui, alors qu’elle est hors-piste pour Sotchi, on peut se demander si la Française n’en a pas trop fait. Une polémique vite balayée par Séchaud : «On peut discuter du programme mais je crois que c’est malvenu aujourd’hui. Les athlètes se doivent de courir, c’est le sport.»

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Mer 18 Déc 2013 - 22:15



Les Bleues stoppées net.

Victime de défaillances individuelles par trop criantes, l’équipe de France a vu son superbe parcours lors du Mondial s’arrêter en quarts de finale face à la Pologne (21-22). Un scénario cruel, qui montre le chemin restant à parcourir…

Le rêve bleu s’est éteint brutalement ce mercredi à Novi Sad. Face à des Polonaises qui auront, elles, évolué à leur niveau, les filles d’Alain Portes n’ont pas pu, ou su, être toutes au diapason, certaines brillant pendant que d’autres s’effondraient totalement…  

Pourtant, l’entame de match était de nature rassurante pour les Françaises, qui s’appuyaient sur une ligne d’arrières expérimentée Signaté-Pineau-Lacrabère. Mais une fois les dix premières minutes passées (5-3), la Pologne se décrispa sous l’impulsion de la joueuse de Fleury Karolina Siodmiak. Auteure de trois des cinq premiers buts de son équipe, elle s’avérait aussi être l’instigatrice d’un terrible 7-0 en faveur des Polonaises (5-10, 22e). Soit douze longues minutes sans marquer pour des Bleues qui péchaient au tir (31% de réussite seulement à la pause). Un joli exploit individuel de Paule Baudouin relançait bien la machine tricolore, mais le 3-0 réalisé en trois minutes (8-10, 25e) s’arrêtait net et les vice-championnes du monde en titre de rejoindre les vestiaires les têtes pleines de doutes…

Dès la reprise, Portes tentait plusieurs changements, avec notamment l’entrée de Dounia Abdourahim, mais les Bleues ne réussissaient pas totalement à recoller. Ainsi, lorsque Nina Kanto ramenait sa formation à une longueur (13-14, 36e), deux erreurs individuelles renvoyaient les Tricolores dans les cordes (13-16, 38e). Un scénario sous forme d’accordéon qui se poursuivait malheureusement pour des Françaises réveillées par les coups de boutoir de Siraba Dembélé ou Allison Pineau, puis immédiatement rendormies par des échecs sur des jets de 7 mètres ou des défaillances individuelles presque trop criantes pour être vraies (2 tirs réussis sur 16 pour le tandem Lacrabère-Signaté par exemple). Cléopatre Darleux avait beau réussir trois parades d’affilée dans les dix dernières minutes, la Pologne ne craquait pas et gérait son avantage pour s’imposer d’une longueur, le dernier but de Dembélé ne servant qu’à accentuer les regrets tricolores (21-22).
Dommage…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Jeu 19 Déc 2013 - 7:55



Rogers contrôlé positif et suspendu.


L’Australien, triple champion du monde du contre-la-montre, a été contrôlé positif au clenbuterol au Japon et est provisoirement suspendu. La même substance prohibée pour laquelle Contador avait été suspendu deux ans.

Le coureur australien Michael Rogers, de l’équipe danoise Saxo-Tinkoff, a été suspendu à titre provisoire par l’Union cycliste internationale (UCI) pour avoir été contrôlé positif au clenbuterol au Japon. Rogers (33 ans) s’était imposé, en novembre dernier, lors de la Japan Cup, c’est à l’issue de cette course qu’il a été contrôlé positif. L’Australien, triple champion du monde du contre-la-montre en 2003, 2004 et  2005, peut encore demander que soit analysé un échantillon B, explique l'UCI dans son communiqué. Il risque deux ans de suspension.

En 2005 et 2006, Rogers a été lié avec le sulfureux Dr Michele Ferrari à l'époque où il était chez l'équipe Quick-Step. Quand il avait rejoint la T-Mobile, on lui avait demandé d'arrêter de fréquenter le docteur italien. Entre 2011 et 2013, il a évolué au sein de l'équipe Sky et participé au Tour de France victorieux de Bradley Wiggins, avant d'être remercié par l'équipe britannique et de rejoindre cette année l'équipe Saxo-Tinkoff, dirigée par Bjarne Riis.

Le clenbuterol est un anabolisant qui permet notamment d’éliminer la graisse et de prendre du muscle mais aussi de dilater les bronches. Alberto Contador avait été convaincu de dopage et suspendu deux ans (entre 2011 et 2012) à cause d’une dose de ce produit dopant (50 picogrammes/ml) retrouvé dans ses urines. Pour sa défense, l’Espagnol avait invoqué une «contamination alimentaire», expliquant qu’il aurait mangé de la viande contaminée par ce médicament vétérinaire.

Par ailleurs, le Belge Jonathan Breyne (Crelan-Euphony) a été également suspendu provisoirement pour un autre contrôle positif au clenbutérol. Le coureur s’était imposé, début novembre, lors du Tour du Lac Taihu, en Chine. Son contrôle a eu lieu quatre jours avant qu’il ne remporte cette course. L'UCI a également annoncé le lancement d'une procédure à l'encontre de Jonathan Tiernan-Locke. L'instance annonce que les paramètres du passeport biologique du coureur de la Sky démontrent une violation des règles antidopage, sans en préciser la nature. Le 29 septembre, l'UCI lui avait signifié une anomalie potentielle de ses données sanguines sur le Tour de Grande Bretagne 2012, une course qu'il avait remportée. Le coureur avait alors eu trois semaines pour se justifier auprès de l’Union cycliste internationale.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Jeu 19 Déc 2013 - 17:38



Les " France " à Poitiers - Futuroscope

Depuis mi-octobre, la rumeur enflait. La Fédération française de cyclisme (FFC) cherchait un point de chute pour l'édition 2014 de ses championnats de France sur route. La Vienne était volontaire. Désormais, la rumeur devient information. La candidature poitevine a été retenue. David Lappartient, le président de la FFC, et Marc Madiot, le président de la Ligue nationale de cyclisme, seront ce soir à Poitiers pour l'annoncer. Les cadors du peloton tricolore s'affronteront les 26, 28 et 29 juin prochains sur les routes du Futuroscope.

A la base, c'est à Besançon que le rendez-vous devait avoir lieu. Seulement, en octobre dernier, la cité franc-comtoise a appris qu'elle serait, cet été, ville étape du Tour de France. Et ses responsables ont jugé financièrement impossible d'accueillir, en l'espace de quinze jours, championnats de France et Grande Boucle. La FFC s'est retrouvée du coup en quête d'une solution de repli.
Les discussions avec Poitiers et le Futuroscope ont débuté dans la foulée. Le 17 octobre, David Lappartient est venu une première fois sur place pour rencontrer les élus du conseil général de la Vienne et du Conseil régional du Poitou-Charentes. Au programme, une discussion autour de l'avenir de l'équipe féminine Vienne - Futuroscope, dont les deux collectivités locales sont d'importants partenaires. La question des championnats aurait été abordée à cette occasion.

Trois jours intenses.

La décision de les organiser oui ou non à Poitiers devait ensuite tomber fin novembre. Le 26, David Lappartient était même redescendu dans le Poitou. Mais la journée s'achevait avec un simple communiqué de presse. « A l'issue de la réunion avec la Fédération française de cyclisme, aucune décision définitive n'a été arrêtée quant à l'organisation du championnat de France. Un travail complémentaire est nécessaire pour que chaque collectivité puisse se positionner. »
Le département, la Région, le parc du Futuroscope, la FFC, Grand Poitiers… Tout ce petit monde a donc fini par trouver un terrain d'entente. Si un scénario identique aux éditions précédentes est reconduit, cinq épreuves devraient avoir lieu en trois jours : deux contre-la-montre (dames et hommes) et trois courses en ligne (dames, élite et élite 2).
L'an passé, les championnats avaient été organisés à Lannilis (Finistère). La Vienne, elle, n'a accueilli qu'une seule fois le troisième plus important événement cycliste français, après le Tour et Paris-Roubaix. C'était à Châtellerault, en 1993. La course avait été remportée par Jacky Durand, devant Laurent Brochard et Francisque Teyssier.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Ven 20 Déc 2013 - 13:52




La semaine noire du sport français.

Défaite des handballeuses françaises en quarts du Mondial, élimination de Nanterre en Euroligue et forfait de Tessa Worley pour les JO... Semaine maudite pour les Bleus !

audite semaine ! Tous les voyants semblaient pourtant être au vert du côté des athlètes tricolores : la semaine dernière s'étant terminée par la victoire de Tessa Worley au slalom géant de Saint-Moritz, la belle seconde place de son homologue Thomas Fanara à Val-d'Isère et le deuxième titre de champion d'Europe en petit bassin du nageur Jérémy Stravius (50 mètres et 100 mètres dos). Rien n'aurait dû casser cette dynamique.

Cette semaine a pourtant commencé sur les mêmes bases que la précédente. Lundi, le PSG hérite de Leverkusen en huitièmes de finale de la Ligue des champions. Même s'il s'agit de tout sauf d'un tirage évident, les hommes de Laurent Blanc évitent l'épouvantail Manchester City. De quoi réjouir tout le monde..., sauf les Citizens qui tombent sur un autre épouvantail : le Barça ! Le sport français marche alors sur l'eau et tout le monde croise alors les doigts pour que ça continue.
Chat noir

Moment choisi pour la bonne étoile qui brillait au-dessus de la tête des athlètes français pour s'éteindre. Comme les chances de Tessa Worley de participer aux Jeux de Sotchi qui s'ouvrent le 7 février prochain. Mardi, à Courchevel, la skieuse du Grand-Bornant part à la faute, chute et "se fait les croisés". À comprendre "une rupture du ligament croisé antérieur du genou" synonyme de six mois loin des pistes. Elle rejoint l'infirmerie de l'équipe de France féminine de ski alpin où Marion Rolland et Laurie Mougel l'y attendent...

Ça y est, le chat noir est sorti de sa litière et c'est désormais "un jour, une tuile" qui rythme la semaine du sport tricolore. Mercredi, les handballeuses françaises sont sorties du Mondial par l'étonnante formation polonaise (22-21) en quarts de finale. Médaillées d'argent en 2009 et 2011, les Bleues sortent de la compétition après avoir remporté leurs six premiers matches. Dommage pour le tout nouveau sélectionneur Alain Portes qui inaugurait sa première grande compétition avec "ses filles". Jeudi, place aux garçons de Nanterre qui disent adieu à l'Euroligue. Battus par Fenerbahçe (95-76) à la Halle Carpentier, les Franciliens ne participeront pas au top 16 de la compétition - à une petite victoire près - malgré un parcours étonnant. Le reste de la semaine sera notamment rythmé par les épreuves de coupe du monde masculine (à Val Gardena et Alta Badia, en Italie) et féminine (à Val d'Isère).
En espérant que la malédiction s'arrête là...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Sam 21 Déc 2013 - 19:23



Plus de peur que de mal pour Marchand-Arvier.

 Marie Marchand-Arvier a été victime d’une lourde chute ce samedi lors de la descente de Val d’Isère. La skieuse des Contamines a passé des examens rassurants. Inquiétude en revanche concernant l'Américaine Lindsey Vonn.

A l’approche des Jeux olympiques de Sotchi, le ski alpin français n'est vraiment pas verni. Après le forfait pour les JO de Marion Rolland à la fin de l’été, après la grave blessure de Tessa Worley, victime d’une rupture du ligament latéral antérieur du genou droit mardi lors du slalom de Courchevel, Marie Marchand-Arvier a glacé l’ambiance ce samedi à Val d’Isère et fait craindre à nouveau le pire. Première Bleue à s’élancer sur la piste de la Daille pour la descente, MMA a chuté assez sévèrement après avoir croisé ses skis en plein virage. Une chute très spectaculaire pour la skieuse des Contamines, rapidement prise en charge par les soigneurs.
Les premières informations en provenance des Alpes indiquaient que les membres inférieurs n’étaient pas été touchés. En revanche, l'inquiétude était palpable concernant son épaule droite, immobilisée dans une écharpe. Évacuée en barquette, la Française, déjà victime d’une grosse chute sur cette piste en 2009 avec à l’arrivée un léger traumatisme crânien, a alors passé des examens cliniques pour vérifier qu'il n'y avait pas trop de casse. Des analyses rassurantes selon Fabien Saguez, le directeur technique national du ski français, sur RMC : «A priori, il n’y aurait pas grand-chose, à part une grosse contusion sur l’épaule. C’est très rassurant ! C’est mieux comme ça. On a eu peur car la période est un peu difficile en ce moment. On ne souhaite pas perdre des athlètes comme ça tous les jours (...) On est rassuré, elle va bien.»

Après une longue interruption, la compétition a repris ses droits. La victoire est finalement revenue à la surprenante Suissesse Marianne Kaufmann-Abderhalden, son premier succès en Coupe du monde. Elle devance sur le podium la Slovène Tina Maze, seule favorite à avoir tenu son rang, et l'Autrichienne Cornelia Huetter.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Lun 13 Jan 2014 - 10:04



Grand Tour d’Algérie-2014 :
29 équipes souhaitent participer à la 4e édition.

Vingt-neuf équipes se sont officiellement manifestées pour prendre part au Grand Tour d’Algérie cycliste 2014, prévu du 8 au 29 mars prochain, a appris l’APS auprès du directeur du GTAC-2014, Rabah Ouchaoua.

"Vingt-neuf équipes représentant 26 pays nous ont fait part de leur souhait de participer au Grand Tour d’Algérie-2014, un évènement sportif d’envergure internationale", a déclaré Rabah Ouchaoua.

Parmi les pays pressentis pour prendre part à cette compétition figurent les Pays-Bas, l’Espagne, la France, l’Italie, l’Angleterre, Malte, Bahreïn et les Emirats Arabes Unis.

"La commission chargée de l’organisation humaine et matérielle va procéder à l’étude des demandes avant d’arrêter la liste finale des 20 équipes participant à la 4e édition du GTAC-2014", a ajouté la même source.

Inscrit au calendrier de l’Africa Tour de l’UCI, le Tour d’Algérie est régi par les règlements de la FAC et ceux de l’Union Cycliste Internationale. Il est placé sous le contrôle d’un commissaire de course et d’un inspecteur antidopage.

Pour ce faire, la FAC a inscrit également les Tours de Blida, de Constantine et de Sétif dans le calendrier de l’UCI, et ce, pour permettre aux athlètes des différentes équipes de glaner un maximum de points au classement UCI-Africa Tour en vue des prochains championnats du monde et des jeux olympiques de Rio 2016.

La liste des pays enregistrés au Grand Tour d’Algérie 2014 :

Malte
Allemagne
Pays-Bas
Portugal
France
Espagne
Angleterre
Turquie
Rwanda
Singapor
Argentine
République Tchèque
Bosnie
Ukraine
Russie
Kazakhstan
Émirats Arabes Unis
Italie
Bahreïn
Hongrie
Syrie
Congo.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Lun 13 Jan 2014 - 16:43



Tour cycliste du Gabon: l'Erythréen Natnael Berhane, un héros si discret .



Le coureur cycliste érythréen Natnael Berhane débute sa saison sur le continent africain. Professionnel dans l’équipe française Europcar depuis 2013, il entame sa deuxième année avec de nouvelles ambitions. S’il est le premier noir africain à intégrer une équipe tricolore, il ne compte pas s'arrêter là. La Tropicale Amissa Bongo 2014, qui démarre ce lundi 13 janvier, est le premier objectif de sa saison.



"Mon objectif est d’être le premier Africain à remporter la Tropicale." Et il l'a fait. Mais Natnael Berhane a grandi depuis 2011."A l’époque, j’avais lancé le sprint de loin et quand j’ai vu la ligne d’arrivée, j’ai pleuré", raconte d'une voix presque inaudible l’Erythréen. "Cette victoire a été importante pour moi. Elle m’a permis d’aller au Centre mondial (du cyclisme) en Suisse et deux ans plus tard, de signer avec l’équipe Europcar. Si je ne m’étais pas imposé ce jour-là, peut-être que tout cela ne serait pas arrivé".

Dans l’avion qui l’emmène vers Libreville et la Tropicale Amissa Bongo 2014, il s’étonnerait presque que l’on se souvienne de ce fait d’arme. Le voilà pourtant dans la peau d’un leader. Son visage émacié prouve qu'il a déjà accumulé les kilomètres.

 Les coureurs Erythréens ont énormément progressé

Et c’est loin de l’Europe, chez lui, qu’il a préparé son premier rendez-vous de la saison 2014. Fort de ses performances lors du Tour de Turquie l’an dernier - il a remporté l’étape reine en étant irrésistible lors de la dernière ascension de 13 kilomètres de la troisième étape -, Berhane peut continuer son apprentissage plus sereinement. "C’était une fierté pour moi d’être le leader sur le Tour de Turquie et de voir toute l’équipe acquise à ma cause", raconte-t-il tranquillement.

"Les coureurs Erythréens ont énormément progressé. Si en 2006, la première fois que je suis venu, on m’avait dit qu'un Africain pouvait gagner, j’aurais dit : vous rigolez ou quoi'', explique le Français Bernard Hinault, quintuple vainqueur du Tour de France et fin connaisseur. Mais désormais, l’heure n’est plus à la rigolade. Le cyclisme africain a pris une nouvelle dimension.

Après son compatriote Daniel Teklehaimanot en 2012, Berhane est le deuxième coureur érythréen à passer professionnel en Europe. Même s’il a vécu une sorte d’ostracisme, noir dans un sport longtemps trusté par les Européens, désormais Berhane s’en fiche pas mal. "Ça ne m’intéresse pas de savoir ce que les autres en pense", lâche-t-il en haussant les épaules. Jusqu’à maintenant, seule l’Afrique du Sud a fourni des cyclistes de bon niveau au peloton international. Mais ils sont tous blancs, à l’image de Daryl Impey, Maillot jaune lors du centième Tour de France, l'été dernier.

C’est dur d’être loin de chez moi

A 23 ans, Natnael Berhane vit donc sa deuxième saison de coureur professionnel. Au manoir des Essarts, le siège vendéen de l’équipe Europcar, où il vit à plein-temps, il a désormais pris ses quartiers. Ses partenaires d’entraînement sont devenus des copains. Avec eux, il continue « à apprendre » en toute quiétude. "C’est dur d’être loin de chez moi mais c’est mon métier." Si Natnael Berhane espère briller au Gabon, il rêve, comme tous les coureurs, du Tour de France. Rien qu'à l’évocation de cette course, il en écarquille les yeux.

En Erythrée, pays colonisé un temps par les Italiens, le vélo est le sport numéro 1. Et le Tour de France est très largement suivi. Imaginer ou voir un coureur de ce pays d’Afrique de l’Est sur les Champs-Elysées est désormais possible. Mais il reste encore du chemin à Natnael Berhane pour en arriver là. En attendant, le Gabon pourrait bien lui apporter les premières satisfactions de cette nouvelle saison qui commence.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Sam 18 Jan 2014 - 9:20



Bastogne capitale du cyclisme en 2014.


BASTOGNE - Le Luxembourg du vélo aura rarement été à pareille fête. Bastogne se prépare à une semaine cycliste des plus intenses en avril prochain.

Le départ de Liège-Bastogne-Liège des espoirs le samedi 19 avril. Celui de la Flèche Wallonne pour les professionnels le mercredi 23 avril et le passage de Liège-Bastogne-Liège des mêmes professionnels le dimanche 27 avril. Ajoutez à cela une manche de Coupe de Belgique VTT, la randonnée cycliste sur le parcours de la Doyenne et des journées vélos organisées par la Ville entre les diverses courses énumérées ci-dessus.

Durant la seconde quinzaine d’avril, Bastogne s’érigera en capitale mondiale du cyclisme.

Il faut savoir en effet que cette année, la Doyenne en sera à sa centième édition. L’anniversaire sera à la hauteur de l’événement. Tous les spécialistes vous le diront en effet: parmi toutes les classiques, Liège-Bastogne-Liège reste la préférée des champions, parce qu’elle est la plus ancienne, mais aussi de loin la plus difficile. Ce n’est pas étonnant si à ce jour, Eddy Merckx, avec ses cinq succès, demeure le recordman au palmarès

Compte à rebours.

Hier, à cent jours du jour J, les responsables de l’organisation ont fait escale à Bastogne pour expliquer dans ses grandes lignes le menu concocté en l’honneur de ce centenaire. Christian Prudhomme, directeur du Tour de France et des organisations cyclistes d’ASO (Amaury Sport Organisation), ses associés du Pesant Club Liégeois et de la Province de Liège étaient en effet les hôtes d’une cité ardennaise bien décidée à marquer les esprits en cette année. Sur la place Mc Auliffe, a d’ailleurs été inauguré un portique équipé d’un décompteur.

Benoît Lutgen, bourgmestre de Bastogne, tout en se réjouissant de la qualité du programme proposé cette année, a aussi insisté sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un one-shot, mais que la plupart des actions entreprises, notamment chez les jeunes, seraient poursuivies les années prochaines. "Parce que Bastogne doit se positionner plus que jamais comme ville du vélo, dit-il. Parce que c’est notre rôle aussi de faire en sorte qu’un maximum de jeunes aient envie de faire du sport."

Exposition, maillot et livre souvenir.

Christian Prudhomme insiste, lui, sur la légende qui s’est greffée année après année autour d’une Doyenne née en 1992 et sur tous les rêves qu’elle engendre auprès des coureurs. "Mais à travers elle, c’est tout le sport qui doit être mis en exergue, souligne-t-il. Le sport est en effet le seul qui puisse jouer pleinement un rôle de rassembleur. "

À Liège comme à Bastogne, ce centième anniversaire donnera lieu à maintes festivités. Une exposition sur l’histoire de la course sera ainsi proposée par le musée de la Vie wallonne à l’Espace Atrium Vertbois à Liège.

Un maillot spécial 100re édition fera aussi le bonheur des cyclos et des collectionneurs, tandis que notre collègue Didier Malempré s’apprête à sortir un ouvrage dédié à cette course de légende: "Liège-Bastogne-Liège: une Doyenne vénérable et vénérée."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Dim 16 Fév 2014 - 10:55



Renaud Lavillenie, l'homme sans limites.


Renaud Lavillenie est entré dans l'histoire samedi à Donetsk en battant le record de saut à la perche.
Il a franchi 6,16 m dès le premier essai.


Il ressemble à un chic type, un homme ordinaire au physique pas forcément impressionnant. Mais Renaud Lavillenie est bien devenu samedi soir, à Donetsk, l'homme le plus haut du monde à force de passion et de refus de la défaite. Champion olympique, champion du monde en salle, champion d'Europe (plein air et salle), il ne lui manque aujourd'hui, après sa défaite à Moscou l'an passé, que le titre de champion du monde en plein air.
Car il est désormais entré dans le gotha. Adoubé par le tsar lui-même, Sergueï Bubka, qui l'a pris dans ses bras énormes. Et par l'ancien numéro un français Jean Galfione, qui le couvre d'éloges. "Il est épatant. Il fait partie des gens dont on est incapable de donner les limites", a expliqué ce dernier samedi soir. "Ça m'énervait quand on parlait de record du monde. On est vingt à avoir fait 6 m. Et pour tous, on disait que l'étape suivante était de devenir le dauphin de Bubka. Lui, il le fait", a-t-il souligné. "Faire mieux que Bubka c'est comme aller plus vite qu'Usain Bolt, avoir de meilleures stats que Michael Jordan. Il détrône une légende."

Une passion familiale.

Sûr de lui au point d'en paraître parfois hautain, Renaud Lavillenie s'est imposé à force de travail dans une discipline qui n'autorise aucun à-peu-près, notamment en cultivant sa vitesse de course et son explosivité, pour compenser un gabarit quelconque (1,77 m, 70 kg).

"Il n'est pas le plus fort, pas le plus grand, pas le plus rapide. Il fait 11 s sur 100 m, rien d'exceptionnel. Mais avec une perche à la main, il devient fort", résume Jean Galfione. "Je suis animé par la perche purement par passion, pas par la destinée d'être champion et de vouloir gagner", assurait pour sa part l'athlète l'an passé.

Une passion qui court dans ses veines, et ce n'est même pas une image éculée. Car c'est bien là la marque de fabrique de la famille Lavillenie, où l'on pratique la discipline de génération en génération. Il y avait le grand-père qui entraînait le père. Il y a de nos jours Renaud, bien sûr, mais aussi Valentin, le petit frère, dernier de la finale à Moscou l'an passé avec trois échecs à 5,50 m.

Et quand d'autres font un simple barbecue en famille le dimanche après-midi, les Lavillenie, eux, l'agrémentent d'un dessert relevé, avec un concours de perche sur le sautoir installé dans le jardin de Renaud. "Mon seul regret, c'est de ne pas avoir été là-bas pour vivre ce grand moment. Si on voulait entrer dans la légende, c'est (à Donetsk) qu'il fallait faire, et il l'a fait", a réagi son père, Gilles Lavillenie, au micro de France 3 Poitou-Charente.

Une victoire libératrice aux JO.

Hors de sa passion, Renaud a souvent du mal à se dévoiler plus intimement. "L'homme dans la vraie vie, c'est compliqué à décrire, je ne vais pas dire que je suis bordélique quand même", souriait-il en mai dernier à un journaliste de l'AFP en pensant à ce que dirait sur le sujet sa compagne Anaïs Poumarat, perchiste également. "Alors on va dire que je suis plutôt joyeux, plutôt optimiste dans tous les domaines."

Il n'y a qu'à voir son visage se fermer les soirs de défaite pour comprendre que l'homme souffre terriblement dans ces - rares - moments. Un athlète qui ne manque jamais de rappeler sa fierté de représenter son pays, et qui est à l'opposé de ce qui a longtemps constitué le mal français : la peur de gagner.

Il n'est pas pour autant imperméable à la pression. Car sa victoire aux JO en 2012, dit-il, l'a libéré, une victoire décroché de haute lutte, après deux tentatives ratées. "Je suis plus détendu depuis. Avant les Jeux, il y avait la pression parce que je n'avais pas le droit de perdre. J'ai toujours eu confiance en moi, mais ça m'a permis de prendre plus d'assurance dans ce que je fais, de libérer les choses", reconnaît-il.
Prêt à sauter "au moins jusqu'en 2020", voire jusqu'aux Jeux olympiques 2024 s'ils ont lieu en France, Renaud Lavillenie a encore quelques années devant lui. Pour enfin arracher ce titre mondial en plein air qui se refuse à lui. Et repousser encore les lois de la pesanteur.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Dim 16 Fév 2014 - 11:00

Renaud Lavillenie : Après le record, la tuile
Publié le 16 février 2014 à 10h44

Le Français Renaud Lavillenie s'est blessé à un pied à la réception d'un saut raté. Après avoir passé 6,16 m, nouveau record du monde, le perchiste a tenté une barre à 6,21 m. Il est retombé sur la piste d'élan et s'est blessé au pied gauche devant la caméra de BFM TV. Il a été soigné dans un hôpital de Donetsk et se déplace avec l'aide de béquilles. Il sera forfait pour les championnats du monde en salle d'athlétisme, en mars, à Sopot (Pologne).

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Mer 19 Fév 2014 - 18:08



Vuelta : départ de Nîmes en 2017 ?
Par Guillaume Mollaret

Selon certaines informations, les organisateurs du Tour d'Espagne envisagent de faire partir l'édition 2017 de Nîmes. Une première en France.



Ce serait une première en France. Le Tour d’Espagne, communément appelé la Vuelta, organisé par Amaury Sport Organisation, devrait partir de Nîmes (Gard) dans la deuxième quinzaine d’août 2017. «C’est un souhait de notre part. La balle est dans le camp de la ville et nous, nous sommes très motivés pour que Nîmes soit ville de départ», affirme Javier Guillen, directeur général de La Vuelta, en visite dans la Rome française jeudi 6 février. «Et comme le maire est d’accord, ça ne devrait pas poser de problème», lance pour sa part le sénateur-maire de Nîmes Jean-Paul Fournier (UMP).

C’est en septembre 2012, à l’occasion d’une corrida de son ami torero José Tomas que le directeur général de la grande boucle espagnole est venu à Nîmes pour la première fois. «Ce que nous voulons, c’est raconter une histoire. A mon sens, Nîmes est la ville la plus proche culturellement de l’Espagne. Il y a ses arènes antiques, la tauromachie et la culture flamenco qui font connexion avec la Vuelta», affirme Javier Guillen

Si la Ville et l’organisation sportive tombent d’accord ce sont «3 à 5 millions d’euros de retombées économiques directes qui sont à attendre pour le territoire», se réjouit l’adjoint aux sports Pascal Gourdel. La caravane du Tour d’Espagne est composée de 1500 à 2500 personnes qui séjourneraient à Nîmes durant une semaine. La ville serait hôte du contre-la-montre par équipes puis de la première étape de la Vuelta.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Mar 4 Mar 2014 - 9:27



Le Dauphiné 2014 sera un vrai test.

Le parcours du Critérium du Dauphiné 2014 (8 au 15 juin) a été dévoilé ce lundi matin à Lyon, au Conseil régional de Rhône-Alpes. Une 66ème édition redoutable sur le papier, qui devrait permettre de voir les différents états de forme quelques semaines avant le Tour de France.

Placé quelques semaines avant le Tour de France, le Critérium du Dauphiné est toujours une course à étapes clé du calendrier cycliste. Ce sera encore le cas cette année, d'autant que le parcours concocté par A.S.O est des plus attrayants sur le papier. Après un contre-la-montre inaugural dans les rues de Lyon, le peloton a rendez-vous au sommet du Col du Béal (13,6 km à 6,6%) dès le lendemain. Après ce premier test, les sprinteurs pourront prendre la main aux arrivées suivantes, à Le Teil, à Gap et du côté de Poisy. La Mure est l'étape rêvée pour les baroudeurs, où la côte de Laffrey (6,3 km à 6,2%) devrait permettre de faire la décision. Les écarts au classement général devraient être minces au moment d'aborder un week-end final assez redoutable. Le samedi, le peloton aura droit à l'enchaînement entre le col de la Forclaz (12,6 km à 8,2%) et la montée finale vers Finhaut-Émosson (10,2 km à 8%). Avec trois cols de première catégorie et un col de seconde catégorie, la dernière étape entre Megève et Courchevel devrait également réserver son lot de rebondissements. Reste désormais à savoir quels seront les hommes qui animeront cette 66ème édition. Christopher Froome, vainqueur l'an dernier, fait déjà office de favori à sa propre succession.




Les étapes.

Dimanche 8 juin : Lyon-Lyon, 10 km (c.l.m. individuel)
Lundi 9 juin : Tarare – Pays d’Olliergues-Col du Béal (158,5 km)
Mardi 10 juin : Ambert – Le Teil (194 km)
Mercredi 11 juin : Montélimar – Gap (169.5 km)
Jeudi 12 juin : Sisteron – La Mure (184 km)
Vendredi 13 juin : Grenoble – Poisy (168 km)
Samedi 14 juin : Ville-la-Grand – Finhaut-Émosson (Suisse) (161,5 km)
Dimanche 15 juin : Megève – Courchevel (130,5 km)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Ven 7 Mar 2014 - 11:39



Cyclisme: le GP Miguel Indurain annulé


Le GP Miguel Indurain (cat. 1.1) ne sera pas couru en 2014. C’est ce qu’a fait savoir le journal espagnol Diario de Navarra ce jeudi. Le CC Estella, club organisateur, n’a pas les fonds nécessaires cette année pour financer l’organisation de la course. Le manque de subventions a été fatal à la course espagnole.

Cette course d’un jour, qui existait depuis 1951, a souvent changé de nom pour être finalement rebaptisée «GP Miguel Indurain» en 1999. Elle marquait l’ouverture de la semaine cycliste basque, avant les épreuves du Tour du Pays basque et le GP Amorebieta.

On retrouve, sur les tablettes du GP Miguel Indurain, des beaux noms du cyclisme tels que Alex Zülle (1996), Pedro Delgado (1990), Samuel Sanchez (2011), Joaquim Rodriguez (2010) et le quintuple vainqueur du Tour de France Miguel Indurain en personne (1987). L’année dernière, c’est le Slovène Simon Spilak qui s’est imposé.

Mario Aerts, 3-ème en 2002, est le seul Belge ayant figuré sur le podium du Gran Premio Miguel Indurain.

L’édition de cette année devait normalement avoir lieu le 5 avril. Le GP Indurain prend place dans la liste des courses espagnoles annulées. Durant les dix dernières années, l’Espagne a perdu le Tour de Valence en 2009, le Tour d’Aragon en 2006, le Tour de Galice 2001, l’Escalade de Montjuic en 2008 et la Semaine Catalane en 2006.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Invité le Sam 6 Sep 2014 - 13:57



FOOT :

Pourquoi les Bleus disputent-ils les éliminatoires de l'Euro 2016 ?

 Après leur succès de prestige contre l’Espagne au Stade de France, les Bleus disputent dimanche soir à Belgrade contre la Serbie un vrai-faux match des éliminatoires de l’Euro 2016.

A quoi sert ce match ?

Officiellement à rien, du moins pour les Bleus. En tant que pays organisateur, la France est qualifiée d’office pour l’Euro 2016. Avant, elle aurait dû s’infuser une soporifique série de matches amicaux jusqu’à l’échéance. Sauf que l’UEFA, dont le président, rappelons-le, est le Français Michel Platini, a décidé d’innover,en inscrivant la France dans le seul groupe à 5 équipes (tous les autres en comptent 6) de ces éliminatoires (Albanie, Arménie, Danemark, Portugal et Serbie). Les Bleus seront les passagers clandestins et fantômes de cette poule I : ils disputeront deux matchs contre chacune de ces cinq équipes, mais les résultats compteront pour du beurre.

C’est quoi l’avantage ?

Le principal, c’est que la Fédération française de foot n’aura pas à dépenser des trésors de diplomatie pour convaincre des équipes d’un certain calibre d’accepter de venir taquiner la baballe contre les Bleus. D’ici le début de l’Euro, le 10 juin 2016, ils vont donc jouer au moins dix matchs, que sur son site, la FFF n’essaie pas de survendre. Ils sont bien siglés «amical». Et certains pourraient avoir du mal à recruter leurs spectateurs dans un cercle bien plus large que les communautés albanaise, arménienne, danoise, portugaise ou serbe de France. Pour les Bleus, les deux ans qui viennent devraient bien ressembler à une aimable tournée en régions, dont l’enjeu sera pour eux (et surtout pour la Fédération) d’entrenir, auprès du public, des sponsors, des médias, la flamme née au Mondial. D’afficher à la face de tous que «le groupe vit bien».

Pour cela, il faudra persuader les joueurs, dont on connaît le peu de goût pour les matchs amicaux en sélection, de l’intérêt de ces rencontres. D’autant que ces derniers pourront compter sur la bienveillance de leurs clubs employeurs pour leur signer des mots d’excuse médicale aussi crédibles qu’un démenti de Jérôme Cahuzac sur son compte en Suisse. Certains mauvais esprits n’ont-ils pas soufflé que la retraite internationale de Ribéry n’était qu’un alibi bidon et qu’il pourrait en sortir en 2016 pour des choses autrement plus sérieuses que cette litanie de matchs sans enjeu ? Et ça marche aussi pour les adversaires des Français. Le sélectionneur portugais prendra-t-il le risque d’aligner Cristiano Ronaldo contre la France le 11 octobre, trois jours avant un match autrement plus important contre le Danemark ?

Pour les supporters que la perspective d’un France-Albanie ne fait pas chavirer, la FFF a également prévu des matchs contre l’Allemagne, l’Italie, ou l’Angleterre. Mais rien n’est officiellement fixé pour l’instant.

Ces matchs ne compteront-ils vraiment pour rien ?

Le seul minuscule enjeu de ces matches sera le classement Fifa de la France (elle est actuellement 10e), qu’il conviendra de ne pas négliger pour s’assurer un rang de tête de série lors du tirage au sort des éliminatoires du Mondial 2018, qui débuteront à l’automne 2016.

Quel est le programme des Bleus pour l’année à venir ?

Sont d’ores et déjà programmés les matchs suivants.

7 septembre : Serbie-France.
11 octobre : France-Portugal.
14 octobre : Arménie-France.
14 novembre : France-Albanie.
29 mars 2015 : France-Danemark.
13 juin : Albanie-France.
4 septembre : Portugal-France.
7 septembre : France-Serbie.
8 octobre : France-Arménie.
11 octobre : Danemark-France.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Annick le Sam 6 Sep 2014 - 14:11

Du foot en perspective, Woody cheers






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFOS SPORT...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum