EN PENTE DOUCE
IMPORTANT aux INSCRITS

à la lecture de ce message vous êtes déconnecté(e)s !!!
------------------------------------------
ATTENTION :

l'hébergeur vous déconnecte obligatoirement chaque fin de mois !
Pour accéder, en tant que membre enregistré : Veuillez vous reconnecter, au forum..
Cela peut, aussi, être opérationnel pendant 2/3 jours.

//
les Administrateurs, d' E.P.D..
L’actualité de saison
*


*


*

Derniers sujets
»  les dessins !
Aujourd'hui à 14:55 par lilas

» mon coin !
Aujourd'hui à 14:54 par lilas

» triste epoque !
Aujourd'hui à 12:51 par neurone

» " Prénom à Féter et Ephémérides du Jour "
Aujourd'hui à 11:49 par lilas

» " Mots Finissant Par " ON "
Aujourd'hui à 11:44 par marie

» citations - pensee !
Aujourd'hui à 11:38 par marie

» la question
Aujourd'hui à 8:17 par hulotte

»  " Jeux des Phrases " avec le mot précédant "
Hier à 11:56 par marie

» nos jeux aux pieds de Notre- Dame de Paris
Mar 19 Sep 2017 - 11:48 par marie

» Le Chat de Geluck !!!
Mar 19 Sep 2017 - 11:10 par rosine

» "On n'est pas couché"
Lun 18 Sep 2017 - 20:30 par Annick

» prenez vos stylos posez vos téléphones
Lun 18 Sep 2017 - 0:41 par Annick

Hébergeurs d’Images

*
Cliquez sur le lien !

Imagesia



Hostingpics

ZupImages
De Tout de Rien
Les thrillers
*



Bureaux de Vote
*

OUVERT 24h/24


SOYEZ le ......



Inscrivez-vous
...
vous serez accueillis
avec chaleur..


Clic => Accès direct
*

Navigation et S.O.S.
*
en cas de non accès
au forum

Info..navigation

clic => <=

Lien à enregistrer
favoris / Marques pages


***********************

Pour rafraichir
l'écran "F5 "
clic ici"



*/*/////////////////////////*/



Un soucis sur le PC
ou
votre soucis sur votre PC
posez votre question

clic => accès <=

*

Retour Page Accueil
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 16 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 16 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 394 le Sam 26 Fév 2011 - 11:47

INFO TOUR.....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

INFO TOUR.....

Message  Invité le Mar 25 Juin 2013 - 21:51

Pas de Tour pour Jalabert !



Rattrapé par un contrôle positif à l’EPO datant de 1998, Laurent Jalabert ne commentera pas le Tour de France pour France Télévisions. Un communiqué du groupe annonce ce mardi que l’ancien coureur de l’équipe Once "a souhaité suspendre provisoirement sa collaboration".

C’était prévisible au vu de l’onde de choc provoquée par les révélations lundi soir de L’Equipe sur le contrôle positif à l’EPO d’un échantillon d’urine prélevé sur Laurent Jalabert sur le Tour de France 1998: l’intéressé, pris la main dans un pot de confiture dans lequel toute une génération de cyclistes a semblé tremper ses doigts, n’officiera pas en tant que consultant de France Télévisions pendant le Tour de France.

Le groupe public, diffuseur de l’événement, a en effet publié un communiqué ce mardi sur le coup de 13h, annonçant que Laurent Jalabert avait pris l’initiative de ce retrait: "Face aux soupçons dont il est l'objet, Laurent Jalabert a souhaité  suspendre provisoirement sa collaboration en tant que consultant dans les médias, en attendant de faire la clarté sur la réalité des accusations qui pèsent sur lui. C'est avec regret que France Télévisions prend acte de cette décision, en espérant pouvoir prochainement lui renouveler sa confiance." Dans la foulée, RTL, dont l’ancien Maillot vert du Tour était également consultant, a pareillement annoncé la nouvelle du renoncement de Laurent Jalabert.

Une liste qui devrait s'allonger...

Jusqu’ici épargné par les accusations de dopage, même si des rumeurs, plus ou moins fantaisistes, couraient sur son compte, celui qui était jusqu’à l’année dernière sélectionneur de l’équipe de France de cyclisme voit avec ces révélations son image ternie, en même temps qu’un Tour de France qui s’apprête à célébrer son centenaire en grande pompe. Car nul doute que Laurent Jalabert ne sera pas le seul nom à sortir du chapeau de la liste des procès-verbaux que s'est procurée la commission d’enquête du Sénat (devant laquelle l’intéressé avait récemment témoigné), chargée depuis plusieurs mois d’évaluer l’efficacité de la lutte antidopage.

Une liste de procès-verbaux qui concernent le réexamen en 2004-05, avec des techniques plus avancées, d’échantillons d’urine prélevés quelques années plus tôt sur le Tour de France sur de nombreux cyclistes. A l’époque, l’EPO n’était pas détectable, elle le sera quelques années plus tard, et ce réexamen a visiblement été fructueux car de très nombreux échantillons font apparaître des traces de prise d’EPO. Lance Armstrong est tombé pour cela, Laurent Jalabert prend le même wagon, il n’est malheureusement sans doute pas le dernier. A qui le Tour ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Z06 le Mar 25 Juin 2013 - 21:56

Allo

J'ai study
sauf la ligne rouge........:colère:


*/*
"Le plaisir se ramasse, la joie se cueille et le bonheur se cultive." - Bouddha..

sunny

Z06  Administrateur Technique 
avatar
Z06
Admin

Age : 67

Date d'inscription : 07/05/2008

Nombre de messages : 40722

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Annick le Mar 25 Juin 2013 - 22:57

J'ai bien peur qu'ils soient tous dopés. :colère:






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  ALAN le Mer 26 Juin 2013 - 7:00


Jalabert !lui qui critiquait et voulait donner des leçons lors de ses commentaires  !!
L'éternel perdant et le roi de la chute ..
Bien content moa de ce qui lui arrive ..Very Happy
avatar
ALAN

Date d'inscription : 11/05/2008

Nombre de messages : 12424

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  héléma le Mer 26 Juin 2013 - 10:42

ces grandes compétitions sportives ne se jouent plus que via le sponsoring, et ce ne sont plus des athlètes qui sont mis à l'honneur, mais des marques...les sommes d'argent engagées dans ces compétitions sont phénoménales, les guerres entres les sponsors font rage...

les plus critiquables, dans ces scandales, ce sont les médecins...radiés à vie, ils devraient être...ils savent qu'ils mettent la santé des athlètes en jeu, en plus...on peut être sûr que certains sportifs se sont fait doper à leur insu, par leurs toubibs corrompus et soudoyés par les sponsors.

on parle ici du cyclisme, mais c'est dans toutes les disciplines que ces problèmes de dopage existent : le foot, le rugby, entre autres...
avatar
héléma

Date d'inscription : 29/05/2013

Nombre de messages : 930

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  emeraude le Mer 26 Juin 2013 - 11:35

je suis déçue pour Jalabert , je l'aime bien, et je me demande pourquoi on fait ressortir des histoires de dopage qui datent de 1998 . alors il démissionne de son poste de consultant ! c'est regrettable, c'est un des plus intelligents. En revanche Virenque ne parle pas de démissionner de son poste d'Europe1 et pourtant ........

peu importe pour moi finalement, je ne suis jamais le Tour de France
bonne journée Very Happy
avatar
emeraude

Age : 67

Date d'inscription : 16/05/2008

Nombre de messages : 13011

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Mer 26 Juin 2013 - 19:18

Départ du Tour de France de Corse pour la 1ère fois de son histoire :
Un défi logistique


"L'insularité crée évidemment une situation particulière, l'essentiel du défi (étant) notamment d'accueillir les médias et de pouvoir héberger les 500 à 550 journalistes de presse écrite présents à un Grand Départ", a souligné le directeur de l'épreuve Christian Prudhomme.

Pour la première fois de l'histoire de la Grande Boucle, à la faveur de cette 100ème édition, une salle de presse géante sera ainsi installée pour les trois premières étapes en Corse, de Porto-Vecchio à Calvi, via Bastia et Ajaccio, du 29 juin au 1er juillet, à bord d'un navire de commerce.
Long de 171 mètres, ce car ferry de la compagnie italienne Corsica Ferries permettra aussi, selon Christian Prudhomme, d'abriter le QG de la course et son centre logistique.
Avec ses 500 cabines, le navire permettra aussi de loger et de rapatrier sur le continent les personnels devant arriver la veille des étapes pour les préparer, et une partie des équipements de la zone technique d'arrivée.
Plusieurs autres navires serviront d'hôtels flottant assurant la desserte entre les quatre ports étapes.
Cela permettra de surmonter l'obstacle que constituait la capacité hôtelière limitée de la Corse pour héberger les quelque 4500 personnes de la caravane du Tour.
Le passage en Corse des quelque 2500 voitures, motos, camions et autocars de la caravane sera essentiellement assuré au départ des ports de Toulon et Nice par la compagnie italienne.

La caravane passera.

Le transport de personnels et des équipements doit être étalé sur la semaine précédant le départ.
Le départ de Calvi pour Nice le 1er juillet s'effectuera en une seule vague de six navires, ainsi que de l'Ile-Rousse et de Bastia. Certains équipements lourds, notamment les grands autocars des 22 équipes auront embarqué la veille d'Ajaccio, les coureurs devant quitter Calvi par avion peu après l'arrivée de la troisième
étape.
Pour Amaury Sport Organisation (ASO), un Grand Départ dans une île n'est toutefois pas une première.
La Grande Boucle s'était en effet élancée en 1998 de Dublin (Irlande), sa logistique ayant été transportée par mer depuis la France. Neuf ans plus tard, en 2007, le départ avait été donné à Londres.
Pour Christian Prudhomme, comme pour les autorités corses et la préfecture la difficulté majeure est l'absence d'itinéraire bis, en raison du relief montagneux et des limites du réseau routier corse, pour délester les routes empruntées par la course.
"L'étroitesse de certaines routes n'est pas un problème et, à quelques véhicules près, la caravane publicitaire passera presque partout", selon Christian Prudhomme.
Un important travail depuis plusieurs mois de la Collectivité territoriale de Corse, des départements de Corse-du-Sud et de Haute-Corse, des quatre villes étapes et des préfectures en liaison avec ASO a permis de réduire au maximum les fermetures des routes, les plus longues interdictions de circuler devant être de l'ordre de quatre heures, selon ASO.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Jeu 27 Juin 2013 - 8:13

Tour de France 2013: Andy Schleck «n’est pas dépressif»


Le coureur de RadioShack espère être la surprise de l’été...

Depuis deux ans, Andy Schleck n’a rien gagné. Pire, il ne s’est en jamais approché, terminant à peine la plupart de ses courses. Raillé, suspecté d’être mal dans sa peau, critiqué pour ses sorties nocturnes et son addiction à la bibine, le Luxembourgeois, vainqueur du Tour 2010 après le déclassement d’Alberto Contador, avoue pourtant ne «pas avoir de problèmes mentaux». «Je n’étais pas, JE NE SUIS PAS  une personne dépressive ou malheureuse, lâche-t-il dans L’Equipe. Sur le vélo, c’est vrai, ça n’allait pas trop bien, mais un jour je vais rouler à nouveau devant, et là, peut-être qu’ils vont dire…»

Il enchaîne, en mode théorie du complot: «Peu de gens me connaissent, mais l’important, c’est que ce cercle-là sait que je suis exactement», envoie le cadet de Fränk, qui n’a pas abandonné ses espoirs de briller sur le Tour, dont le départ sera donné samedi, après un Tour de Suisse correct. «Vous êtes surpris? Pas moi. J’avais juste besoin de la confirmation que mon travail allait payer. Pour autant, ça ne fait pas de moi un favori du Tour! J’ai mes idées, je les garde pour moi, mais peut-être que je serai la surprise de juillet…» Ce serait bien, car pour ceux qui ont eu la mauvaise idée de parier sur lui au Fantasy vélo Andy Schleck pointe toujours à zéro point.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Jeu 27 Juin 2013 - 8:20

Tour de France 2013:
Le changement c'est maintenant?

Le 100e Tour de France partira de Corse le 29 juin pour la première fois de son histoire. Suivi par des millions de téléspectateurs, la plus grande course à étapes du monde est le feuilleton de juillet. Mais depuis 1998, le Tour de France ne cesse de faire la Une des journaux et de montrer un spectacle affligeant à cause des problèmes de dopage qui gangrènent ce monument… Cette 100e édition sonnera-t-elle enfin l’heure du renouveau ?

A quelques jours du départ du 100e Tour de France en Corse, l’heure est à l'allégresse. Enfin presque. Pour la première fois depuis sa création, la Grande Boucle va visiter l'Ile de Beauté et ses paysages à couper le souffle. Pour la première fois depuis 1966, en Corse, un sprinteur devrait s'emparer du premier Maillot jaune de ce Tour un peu spécial.

Un Tour qui balance entre rêve et cauchemar...

Le côté lumineux du Tour de France, c’est la découverte du patrimoine. Et cette année, le Mont-Saint-Michel, la double ascension inédite de l'Alpe d'Huez ou encore le départ de la dernière étape dans les jardins de château de Versailles seront les attractions essentielles. Et au bout des 3 403 kilomètres, le Tour se conclura sur une cérémonie protocolaire à la tombée de la nuit, avec l'Arc de Triomphe illuminé en jaune pour toile de fond. Pour une fête que chaque amoureux du cyclisme souhaite inoubliable. Mais les enjeux de cette nouvelle édition vont au-delà de cet anniversaire.

Le Tour de France a aussi sa part d’ombre. Le séisme Armstrong, au ban du cyclisme depuis l'automne dernier, a provoqué une onde de choc et surtout un vide béant au palmarès, privé de vainqueur de 1999 à 2005. Les récents aveux de son alter ego allemand, Jan Ullrich, ont enfoncé un peu plus le clou dans la chambre à air du Tour. Sans parler de cette nouvelle affaire concernant le champion français : Laurent Jalabert.

Depuis 1996 et la victoire de Bjarne Riis qui finira par être convaincu de dopage, le cynisme a souvent prévalu. Au point que depuis cette date, seuls quatre vainqueurs n’ont pas été déclarés dopés dans leur carrière : Carlos Sastre (2008), Andy Schleck (2010), Cadel Evans (2011) et Bradley Wiggins (2012).

Le salut passera-t-il par la nouvelle génération ?

Trop peu pour penser que la page des années sombres va se refermer aussi facilement. « J’ai la conviction que les choses se sont largement améliorées depuis plusieurs années, notamment depuis l’introduction du passeport sanguin », dit pourtant à l’AFP Christian Prudhomme, le directeur du Tour. La jeune génération, qui est attendue au tournant, ne cesse de clamer haut et fort que les temps ont changé. Tout le monde espère désormais que les Thibaut Pinot, Tejay Van Garderen, Nairo Quintana ou encore Danny Van Poppel redonneront au Tour de France ses lettres de noblesse.

Après une édition 2012 assez pauvre sportivement, le 100e Tour devrait tenir ses promesses. « Le parcours est toujours fait pour qu'il puisse se passer des choses, explique Christian Prudhomme. On peut proposer des étapes sur lesquelles nos équipes de reconnaissance, composées d'anciens coureurs du Tour disent "vous allez voir"... et il ne se passe strictement rien. Mais je serais déçu si 198 coureurs étaient dans le même temps à la sortie de la Corse », avoue-t-il. Les trois étapes en Corse, tout comme le contre-la-montre de Nice dans la foulée, pourraient donc déjà creuser des écarts entre les favoris et créer les premières surprises

Le Tour de France 2013 va vivre une édition un peu spéciale. S'il sera beaucoup question du passé, coureurs, organisateur et public aspireront à ce que ce centenaire fasse enfin basculer du bon côté un des évènements les plus suivi au monde.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  héléma le Jeu 27 Juin 2013 - 11:42

on ne peut pas s'attendre cette année, avec la perspective des contrôles pointus qui seront effectués, de voir des coureurs aussi performants que par le passé...les temps seront sûrement revus à la baisse, le spectacle d'athlètes montant des côtes sans même transpirer ou montrer quelque douleur à l'effort que ce soit, visages impassibles, comme des robots, ne se verra plus...j'espère, du moins...


Dernière édition par héléma le Jeu 27 Juin 2013 - 13:29, édité 2 fois
avatar
héléma

Date d'inscription : 29/05/2013

Nombre de messages : 930

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  ALAN le Jeu 27 Juin 2013 - 11:53

Je crois qu'ils vont souffrir sur ces routes ainsi que la caravane !!
avatar
ALAN

Date d'inscription : 11/05/2008

Nombre de messages : 12424

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Jeu 27 Juin 2013 - 18:31



Richard Virenque et Festina unis pour le meilleur et pour le pire. En 1998, le Français était emporté avec l'équipe de la marque de montres dans le scandale de dopage qui allait secouer le cyclisme en plein Tour de France. Quinze ans plus tard, Virenque a confirmé qu'il allait participer à une campagne publicitaire de la marque de montres.

«Mes relations amicales avec le patron de Festina, Miguel Rodriguez, datent de notre première rencontre et perdurent depuis ce jour», s'est justifié celui qui a remporté sept fois le maillot à pois de meilleur grimpeur du Tour de France.

«Cette confiance mutuelle nous permet aujourd'hui d'envisager ensemble de nombreux projets dont, en effet, une prochaine campagne publicitaire internationale», a-t-il précisé. D'après le journal «L'Equipe», des séances photos ont déjà eu lieu.

Récemment exilé en Belgique.

«Je rappelle que Festina est toujours resté fidèle au sport cycliste par le biais, entre autres, de son partenariat de chronométrage sur le Tour de France depuis plus de vingt ans», a ajouté le Varois dans un communiqué.

Le plus populaire des coureurs tricolores de sa génération a roulé sous les couleurs de Festina de 1993 à 1998. Il connaît alors une progression constante, jusqu'à finir notamment deuxième du Tour de France 1997. L'année suivante, l'arrestation du soigneur Willy Voet par les douanes au niveau de la frontière franco-belge déclenche l'affaire Festina. Les produits dopants découverts à l'intérieur de la voiture avaient obligé Voet à dénoncer un système de dopage généralisé à l'intérieur de l'équipe. Celle-ci sera exclue du Tour quelques jours plus tard.

Virenque, récemment parti s'installer en Belgique, reste présent dans le monde du cyclisme comme consultant pour les médias.


Tricheur, voleur, dopé, et expatrié fiscal.....ce mec ne manque pas d'air.....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Ven 28 Juin 2013 - 8:18

Armstrong : "Impossible de gagner le Tour de France sans dopage"

Le Point.fr - Publié le 28/06/2013 à 07:41 - Modifié le 28/06/2013 à 07:42
L'ancien champion américain déchu de ses sept Grandes Boucles pour dopage affirme que ces pratiques existeront toujours dans le cyclisme.



L'Américain Lance Armstrong, champion cycliste déchu de ses sept Tours de France pour dopage, affirme qu'il "est impossible de gagner le Tour de France sans dopage" dans un entretien au journal Le Monde, vendredi, à la veille du départ de la centième édition depuis la Corse. "C'est impossible de gagner le Tour de France sans dopage. Car le Tour est une épreuve d'endurance où l'oxygène est déterminant", affirme Armstrong. Et le Texan d'expliquer : "Pour ne prendre qu'un exemple, l'EPO ne va pas aider un sprinteur à remporter un 100 mètres, mais elle sera déterminante pour un coureur de 10 000 mètres. C'est évident."

Armstrong rappelle dans cet entretien ne pas avoir "inventé le dopage" qui "existe depuis l'antiquité et qui existera toujours" et pense que la culture du dopage "ne finira jamais". "J'ai simplement participé à ce système. Je suis être humain" dit-il encore. L'Américain qui "continue à faire du vélo" et à "s'entraîner" "essaiera de regarder la course (qui démarre samedi) à la télévision de temps en temps".


Concernant Laurent Jalabert, chez qui on a retrouvé de l'EPO dans les urines prélevées lors du Tour 1998, Armstrong déclare : "Ah, Jaja, avec tout le respect que je lui dois, il est en train de mentir. Il aurait mieux fait d'éviter de parler de Ferrari et de Citroën, car il sait très bien que Michele était le médecin de la ONCE au milieu des années 1990."

Armstrong a été déchu en octobre de la majeure partie de ses titres et radié à vie après que l'Agence américaine de lutte contre le dopage (USADA) l'a accusé d'avoir activement participé au "programme de dopage le plus sophistiqué jamais vu dans l'histoire du sport". Après des années de dénégations, l'ancien cycliste a avoué à la mi-janvier, lors d'une confession télévisée, s'être dopé durant sa carrière. "Je ne parviendrai jamais à réparer tout ça, mais je passerai ma vie à essayer", conclut Lance Armstrong.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Ven 28 Juin 2013 - 9:24

Blanco : L'équipe devient Belkin pour le Tour de France.

L’équipe Belkin, ex-Blanco, a présenté ses nouvelles couleurs jeudi à deux jours du départ du Tour, un nouveau maillot vert et blanc qui annonce l’arrivée d’un nouveau sponsor pour deux ans et demi. «Tout le monde est un peu plus décontracté. Cela fait six mois (et le retrait annoncé de Rabobank) qu’on cherchait un nouveau sponsor, a expliqué Bauke Mollema. Si on n’avait rien eu au départ du Tour, les coureurs auraient cherché à regarder ailleurs et à chercher une équipe.»
Mollema sera d’ailleurs le porte-drapeau de cette nouvelle équipe. Deuxième du Tour de Suisse, il a été intronisé leader pour le Tour de France. Il succède à Robert Gesink qui reste sur plusieurs échecs en Grands Tours (33e du Tour 2011, abandon en 2012, abandon au dernier Giro). «Bauke mérite d’avoir sa chance en tant que leader et de jouer le classement général, a-t-il reconnu. J’aurai un rôle à jouer en montagne. »

Même en l’absence de Luis Leon Sanchez, chasseur d’étapes terriblement efficace, l’équipe Belkin partira en quête de bouquets. «Sur toutes les étapes qui ne finiront pas au sprint, nous tenterons notre chance », a annoncé Nico Verhoeven, manager sportif de Belkin. Des coureurs comme Lars  Boom, Sep Vanmarcke ou Lars Petter Nordhaug font des candidats très crédibles aux échappées qui vont au bout.

Le nouveau maillot de la formation.


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Ven 28 Juin 2013 - 21:36

Tour de France : Bernard Hinault, à fleur de peau
La veille du départ du Tour, le quintuple vainqueur français de l'épreuve s'est violemment insurgé contre le procès fait à sa discipline.


Jadis combatif sur les routes, Bernard Hinault ne l'est pas beaucoup moins aujourd'hui lorsqu'il s'agit de défendre le vélo. Amer de voir l'image de son sport sans cesse malmenée par des révélations et des commentaires qui se sont intensifiés ces derniers jours, l'ancien coureur vient au secours du cyclisme, non sans laisser transparaître une certaine lassitude face aux préjugés récurrents. Entre l'affaire Laurent Jalabert, les aveux de Jan Ullrich ou les récentes sorties de Lance Armstrong, Bernard Hinault paraît très agacé, et il tient à ce qu'on recentre dorénavant le débat sur les aspects sportifs et culturels que revêt le Tour de France.

"On veut tuer le Tour." Sur Europe 1, Bernard Hinault n'y était pas allé par quatre chemins pour donner son avis quant au timing des révélations des récentes affaires de dopage. Invité par RTL à réagir sur les propos d'Armstrong dans Le Monde du samedi 29 juin selon lesquels "il est impossible de gagner le Tour sans se doper", Hinault n'a pas mâché ses mots pour tancer celui qui a vu ses sept victoires dans l'épreuve lui être retirées. "Il a fait tous ses Tours en étant dopé, donc il ne peut pas savoir", a-t-il estimé avant de tirer à boulets rouges sur l'atmosphère de suspicion ambiante.

"J'ai autre chose à faire que de parler de dopage"

"Ce que les gens veulent voir ? De beaux coureurs cyclistes, un beau Tour, de belles images, de beaux combattants, et c'est tout", a-t-il martelé. "Quand le CIO (NDLR : Comité international olympique) fera le travail de la même manière pour tous les sports, là on pourra parler. Mais, pour l'instant, on ferme sa gueule", a alors froidement conclu le quintuple vainqueur de la Grande Boucle.

Pas plus enthousiaste sur BFM TV, Bernard Hinault a persisté dans sa défense d'un vélo propre. "Il faut arrêter de penser que tous les coureurs cyclistes sont des voyous, des drogués. Ça me désole d'entendre tout ça. C'est fini, n'en parlons plus, il faut passer à l'avenir", a-t-il lâché quelques secondes avant d'interrompre le duplex, visiblement excédé par les questions récurrentes à ce sujet. "J'ai autre chose à faire que de parler du dopage", s'est-il alors justifié. Pour Bernard Hinault, un peu plus que les autres années, il est grand temps que le Tour commence.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Sam 29 Juin 2013 - 8:42

Le ras-le-bol des coureurs

Le bruit médiatique déclenché par les déclarations de Lance Armstrong et les accusations qui ont rejailli sur le peloton du Tour de France 2013 à la veille du départ ont provoqué une réaction vigoureuse et claire des coureurs, via leur association (CPA) : «Il est déshonorant de se faire systématiquement traîner dans la boue et dénigrer par certains qui cherchent, soit à gagner de l'argent sur nous, soit à rechercher de la notoriété. Trop, c'est trop !, explique la CPA dans un communiqué. Aujourd'hui les limites du supportable ont été atteintes ! Nous avons depuis de nombreuses années démontré notre bonne volonté en direction d'une lutte antidopage sans faille. Nous le payons souvent au détriment de notre vie privée et de notre intégrité physique.»

Une délégation de coureurs, avec Jérémy Roy, Samuel Dumoulin, Jérôme Pineau, Nicolas Roche et Jens Voigt, rencontrera la ministre des Sports Valérie Fourneyron samedi avant le départ de la première étape. «Si la culture du dopage avait lieu dans les années 90, depuis 15 ans notre sport combat seul ce fléau du dopage, poursuit l'association des coureurs. Nous en sommes même aujourd'hui les précurseurs au regard de beaucoup.»

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Sam 29 Juin 2013 - 11:25

Les 10 chiffres légendaires du Tour de France .

15 kilos. Le poids du vélo de Maurice Garin, ancien ramoneur et vainqueur du premier Tour de 1903 qui réunit 60 coureurs - seuls 21 finiront le périple. "Ils en avaient après ma peau, c'est clair, mais ils ne l'auraient pas", rugissait Garin. Ces pionniers roulent déjà à plus de 30 km/h, sans dérailleur et avec un seul frein.

450 000 euros. C'est la somme touchée par le vainqueur du Tour, ce qui reste peu en comparaison du prix de Roland-Garros (1,5 million d'euros) ou encore du salaire de certains joueurs de football, comme Franck Ribéry (10 millions d'euros au Bayern). Le gagnant d'une étape touche un chèque de 8 000 euros, une somme souvent partagée entre les coéquipiers.

6 camions. La première caravane du Tour naît en 1930, pour financer en partie l'épreuve. La société Menier a le plus gros véhicule sur les six qui circulent et offre des chocolats chauds aux coureurs à l'arrivée. En 1949, Line Renaud est la première star à chanter sur une scène roulante, pour se faire connaître du grand public. Aujourd'hui, la caravane s'étire sur 12 kilomètres et réunit 180 véhicules qui distribuent pas moins de 14 millions de cadeaux.

70 mètres. En 1951, le Hollandais van Est dévale à fond de train le col d'Aubisque, dans les Pyrénées. Il chute deux fois, mais remonte sur son vélo. La troisième fois, il tombe dans un précipice de 70 mètres. Mais le coureur s'en sort ! Son équipe le remonte à l'aide d'une corde, constituée de tous les boyaux de rechange. "Je me suis envolé, dira le miraculé. En un éclair, j'ai regardé la mort dans les yeux..."

14 tours. Le seul tableau d'honneur de Raymond Poulidor, qui ne gagna aucune course mais monta tout de même huit fois sur le podium, et cela, jusqu'à l'âge de 40 ans ! Très populaire, éternel second, "Poupou" finit toujours derrière Anquetil ou encore Merckx, ses grands rivaux.

8 secondes. La victoire à l'arrachée de l'Américain Greg LeMond sur Laurent Fignon, en 1989. Il s'agit de la marge gagnante la plus serrée du tour : 8 secondes d'avance sur un total de 3 285 km, soit l'équivalent d'environ 82 m.

5 700 km. Le plus long Tour de France de l'histoire, mais aussi le plus lent (24 km/h de moyenne), se déroule en 1926. Il est remporté par le Belge Lucien Buysse, qui se distingue dans une étape éprouvante au cœur de Pyrénées, sous une pluie glaçante. Les organisateurs sont contraints d'aller chercher les cyclistes perdus dans la nuit...

5 victoires. Ils sont quatre grands champions à avoir remporté cinq victoires dans le Tour : les Français Jacques Anquetil et Bernard Hinault, le Belge Eddy Merckx et l'Espagnol Miguel Indurain. L'Américain Lance Armstrong avait réussi l'exploit d'en gagner sept, avant de voir ses podiums annulés pour dopage en 2012.

10 %. La déclivité des pentes sur les onze derniers kilomètres du col de l'Izoard, cauchemar des coureurs. Le Français Louison Bobet parvient plusieurs fois à vaincre le monstre. Mais il entre véritablement dans la légende en distançant ses poursuivants dans la fameuse Casse déserte en 1954, avant de remporter le Tour. Bernard Thévenet réitère l'exploit en 1975.

12 millions. Le nombre de spectateurs à venir applaudir chaque année les coureurs tout le long du parcours. Ils sont déjà des milliers à se passionner pour la course au début du XXe siècle. Mais ces premiers fans se montrent chauvins : ils soutiennent leur cycliste local, en retiennent d'autres, jettent des clous sur les pavés ou attendent les rivaux avec des gourdins, comme au col de la République, en juillet 1904, où certains s'en prennent au fameux Garin, le champion de l'époque.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Sam 29 Juin 2013 - 11:31

À chacun son Tour : Antoine Blondin raconté par Jacques Chancel.


Jacques Chancel a côtoyé une figure mythique du Tour de France : Antoine Blondin.
Mieux, il lui a appris à faire des notes de frais !


C'est (enfin) le grand jour ! Celui du Tour, de son départ. Celui de la centième édition de la Grande Boucle. En 100 ans de compétition, l'épreuve reine du cyclisme ne compte plus les grands champions qu'elle a portés aux nues ni les grandes rivalités qu'elle a encensées. Mais pas seulement, l'aura du Tour dépasse l'aspect purement sportif. Jacques Chancel le sait mieux que quiconque et c'est la raison pour laquelle il a tenu à rendre hommage à un homme qui a marqué l'histoire du vélo et de sa compétition phare : Antoine Blondin.

Personnage atypique féru de courses cyclistes, l'écrivain a écrit quelques-unes des plus belles pages du Tour. Et pourtant ! L'homme ne savait pas enregistrer ses notes de frais - activité centrale et essentielle du métier de journaliste (!) - et c'est notre consultant de luxe qui le lui a appris ! Une anecdote inédite et décapante comme seul le Tour de France sait les faire.

Depuis sa création, en 1903, la Grande Boucle n'a eu de cesse de soulever les foules par ses batailles mythiques, ses retournements de situation et ses victoires hors norme. Alors, pour souffler sa centième bougie, ce sont Jacques Chancel, Michel Drucker, Éric Fottorino et Jean-Paul Ollivier qui se joignent au Point.fr pour revenir sur les plus grandes heures du Tour de France, celles-là mêmes qui ont forgé sa légende. Et demain, place à Jean-Paul Ollivier, qui, fort de ses 39 Grandes Boucles, confiera un de ses nombreux souvenirs...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Dim 30 Juin 2013 - 8:13

Orica à l'amende.

L'équipe Orica a écopé d'une amende de 2.000 francs suisses (1.626 euros) de la part du jury des commissaires du Tour de France après l'épisode de son bus bloqué sur la ligne d'arrivée de la première étape, samedi à Bastia. Le motif avancé par les commissaires : "non-respect des horaires prévus par l'organisation pour les véhicules d'équipes auxiliaires, pour les arrivées d'étapes." Aucune sanction n'est prévue en particulier à l'encontre du chauffeur du bus, visiblement très marqué par l'incident. "Il a déjà été assez puni comme ça !", a déclaré à l'AFP un membre de l'organisation. Le bus de la formation australienne est resté encastré dans le portique d'arrivée jusqu'à moins de dix minutes de l'arrivée. Il a endommagé au passage l'installation, laquelle permet notamment d'établir le classement complet de la course.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Dim 30 Juin 2013 - 10:28

Tour de France 2013:
«Il ne faut pas que les coureurs vivent le repas comme une punition», affirme le médecin de la FDJ.fr

CYCLISME – Il détaille la nutrition des cyclistes de l'équipe française…

Trois semaines de vélo, ça creuse. Pour tenir le coup, les coureurs de la Grande Boucle doivent s’alimenter correctement. Gérard Guillaume, médecin de la FDJ.fr depuis 1999 en charge de la nutrition de l’équipe française, décrit le modèle alimentaire qu’il applique aux coureurs.

Quel est votre travail sur la nutrition de l’équipe FDJ.fr?
Le Tour dure trois semaines et peut moduler la nutrition par des variations climatiques. Il y a deux points à gérer: la nourriture prise à l’hôtel matin et soir et qui suit les recommandations de l’organisation, et il y a la nutrition sur le vélo, lors des ravitaillements. Ce n'est pas toujours facile, ils oublient parfois de mettre la main à la poche et ça peut être redoutable. Il faut aussi penser à l’hydratation, on s’attache à leur répéter surtout quand il fait chaud.

Que mangent les cyclistes sur une épreuve comme le Tour de France?
La nourriture est très monotone et est essentiellement basée sur des sucres lents. Le soir à l’hôtel, c’est souvent pasta-party. Par contre, je suis contre l’idée de proposer des pâtes le matin, comme c’est souvent le cas. Je préfère donner du riz car les pâtes ont un cycle de digestion plus lent. Ca peut leur amener des flatulences ou des problèmes digestifs, il ne faut pas surmener l’estomac pendant l’étape. C’est pour ça que je programme le repas matinal au moins trois heures avant de partir et que j’évite de leur faire manger des choses lourdes et indigestes.

Concrètement, à quoi ressemble un repas type sur le Tour?
Les entrées, ce sont très souvent des crudités. Ensuite, je propose une viande, blanche ou rouge, avec du poisson. De temps en temps, on peut leur mettre une pizza au menu. Je n’hésite pas à donner des desserts. Il faut que ce soit sympa et que les coureurs ne vivent pas le repas comme une punition. Ils ont au moins toujours des fruits mais ils ont aussi droit à des tartes ou à des mousses au chocolat de temps en temps.

Que peuvent-ils boire?
Je tolère qu’ils prennent un coup de rouge le soir. Un petit verre, ça reste sympa mais il faut juste que ça ne dégénère pas. On met des règles mais il faut savoir être souple pour leur donner un peu de plaisir.

Que doivent-ils faire une fois sur le vélo?
Surtout penser à s’hydrater. J’évite cependant qu’ils boivent de l’eau pure. Ca peut causer des fuites de sel ou des coups de chaleur. Je sale légèrement l’eau sans que ce soit perceptible au goût et je combine ça avec une boisson énergétique de manière à leur apporter le carburant nécessaire.

Y a-t-il des aliments que vous ne souhaitez pas voir à table?
Jamais de Nutella. C’est un apport de sucre rapide qui fait développer les graisses et qui n’a aucune vertu particulière à part flatter les goûts. Je prescris aussi les plats trop épicés ou les hamburgers.

Les caractéristiques de la course influent-elle sur le menu?
Il faut s’adapter au profil de l’étape. Pour un contre-la-montre court, on leur demande de manger léger. Lors d’une étape de montagne, ils peuvent consommer l'équivalent de trois repas pour un individu lambda. Ces soirs-là, je vous assure qu’il faut mieux les avoir en photo qu’à table. Je suis obligé de les freiner.

C’est à dire?
Ils ne doivent pas manger un sandwich dès leur arrivée. Il faut laisser le temps à l’estomac de se réadapter avec une alimentation mi-liquide, mi-solide. Pendant des heures et des heures, le sang a été dirigé vers la périphérie du corps, il ne faut pas lui demander une surcharge de travail. Sinon, le coureur le paie les jours suivants avec des brûlures d’estomac.

Les allergies de certains coureurs sont-elle gênantes?
J’ai eu des intolérants au gluten, ce n’est pas facile à gérer. Il faut anticiper le ravitaillement. On cherche du pain sans gluten et du quinoa pour les nourrir. Ce n’est pas impossible à gérer mais sur un système itinérant comme le Tour de France, il faut être prévoyant.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Dim 30 Juin 2013 - 11:11

Les maillots du Tour de France

maillot jaune , vert, blanc, à pois rouges.Comment sont attribués les principaux maillots distinctifs du Tour de France ? Depuis quand existent-ils ?


 
Le maillot jaune

Qui le porte ?

Pour porter le maillot jaune, il faut être en tête du classement général (addition des temps réalisés sur chaque étape). La tunique est donc portée successivement par plusieurs coureurs durant le Tour.

Depuis quand existe-t-il ?

Le 1er Tour de France a lieu en 1903. Mais le maillot jaune ne fait son apparition qu'en 1919, à l'initiative d'Henri Desgrange. Le directeur du Tour décide que le leader du classement général portera un maillot jaune, couleur de son journal L'Auto (ancêtre de L'Equipe). Eugène Christophe est le 1er à le revêtir. Eddy Merckx détient le record de maillots jaunes reçus : 111. Le maillot jaune est parrainé par LCL depuis 1987.


Le maillot vert

Qui le porte ?

Le maillot vert récompense le meilleur sprinteur. Les cyclistes reçoivent un certain nombre de points en fonction de leur place dans le sprint d'arrivée de l'étape (par exemple : 35 points pour le 1er, 30 pour le 2ème, 26 pour le 3ème...). Par ailleurs, des sprints intermédiaires (2 ou 3) ponctuent les étapes. Les 3 premiers coureurs qui passent la "fausse ligne " du sprint recueillent 6, 4 et 2 points.

Depuis quand existe-t-il ?

Le maillot vert a été créé en 1953, à l'occasion du cinquantenaire de l'épreuve. Il apporte un nouvel enjeu à la course : le maillot jaune n'est plus le seul prix convoité. Le 1er maillot vert de l'histoire sera remporté par le Suisse Fritz Schaer. Le maillot vert est parrainé par PMU depuis 1992.


Le maillot à pois

Qui le porte ?

Le maillot à pois est attribué au meilleur grimpeur. Le classement s'établit par l'addition de points obtenus par les cyclistes sur les cols et les côtes (dans les cols hors catégories par exemple : 20 points pour le 1er arrivé en haut du col, 18 pour le 2ème, 16 pour le 3ème...)

Depuis quand existe-t-il ?

En 1933 a été créé le Grand prix de la Montagne pour les meilleurs grimpeurs (1er récompensé : l'Espagnol Vicente Trueba). Mais le maillot à pois rouges ne fait son apparition qu'en 1975. Le Français Richard Virenque détient le record de victoires du maillot de meilleur grimpeur : il l'a gagné à 7 reprises entre 1994 et 2004. Le maillot à pois est parrainé par Carrefour.


Le maillot blanc

Qui le porte ?

Ce maillot récompense le meilleur jeune du Tour. Les "jeunes" sont les coureurs de moins de 25 ans. Le premier d'entre eux au classement général prend le maillot blanc de leader.

Depuis quand existe-t-il ?

Ce maillot a été créé en 1975. En 1988, la tunique est supprimée (mais pas le classement du meilleur jeune). Le maillot blanc fait sa réapparition dans le peloton en 2000. Il a permis de révéler les futurs talents du cyclisme mondial : Denis Menchov en 2003, Alberto Contador en 2007, Andy Schleck de 2008 à 2010, Pierre Rolland en 2012... Le maillot blanc est parrainé par Skoda depuis 2004

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Lun 1 Juil 2013 - 9:35

Tour de France : Où sont les Corses !

Un village corse relégué en arrière plan et quasiment désert, un village du Tour interdit d’accès, des élus de premier plan pas invités, une presse locale traitée au rabais, un Préfet qui demande aux Corses de rester chez eux, une affluence très moyenne en grande partie composée de touristes étrangers, des cerbères énervés à chaque mètre… Et une population locale peu impliquée. Un tour de Corse sans les Corses, selon un hebdomadaire parisien.

« La Grande Boucle est une grande fête populaire, une fête qui réunit tous les Français le long des routes, comme si, d’un coup, les corporatismes disparaissaient au profit des seuls conflits entre supporters. Avec ces trois étapes en Corse, cette représentation idéale de la communion vélocipédique en prend un sacré coup. Devant les difficultés prévisibles de circulation sur l’île le préfet a lancé aux habitants un péremptoire "Restez chez vous !", tout en donnant comme conseil à ceux qui se déplaceraient de se munir de litres d’eau pour résister aux heures d’attente. Du coup, les Corses vont être dans la situation de Fabrice à Waterloo dans "La Chartreuse de Parme", qui se trouve à quelques mètres de Napoléon, mais qui ne le voit pas en raison du l’épais brouillard provoqué par la bataille et ne perçoit que des "Vive l’empereur !". Ils entendront les klaxons de la caravane passant à quelques centaines de mètres, mais ils devront se contenter… de regarder la télé pour la voir », écrit François Jost, analyste des médias, dans un article du Nouvel Obs, « Tour de France 2013 : la télé grande gagnante, les Corses grands oubliés », publié samedi, peu après le départ de Porto-Vecchio du 100ème Tour de France.(http://leplus.nouvelobs.com/contribution/895488-tour-de-france-2013-la-tele-grande-gagnante-les-corses-grands-oublies.html?)

Une fête sans spectateurs.
Pour l’analyste du Nouvel Obs, la faute en incombe, principalement, à l’organisation de ce 100ème  Tour de France qui fait la part belle à la télévision, seule gagnante avec certains leaders politiques insulaires. « Si le départ par la Corse répond sans nul doute aux demandes de politiques, il se fera au détriment des Corses eux-mêmes, qui n’auront même pas le droit de faire partie du décor et de communier devant cette longue procession d’annonceurs qui n’a d’ailleurs rien de religieux. Loin d’être une victoire pour les habitants, ce choix n’a donc été fait que pour l’image : on verra des paysages magnifiques, des sites classés au patrimoine de l’Unesco, mais pas de présence humaine : une Corse sans les Corses en quelque sorte. Une balade dans un grand studio insulaire ». Et de conclure : « À qui profitera ce spectacle ? À la région, qui, montrée dans toute sa beauté, bénéficiera d’un spot publicitaire de trois jours ? Au téléspectateur, qui, lui, sera toujours bien placé par rapport aux coureurs et qui pourra frémir à les voir descendre des routes en lacets impressionnantes ? Cette centième édition du Tour avec sa fête populaire sans spectateurs, mais conçue entièrement pour le téléspectateur, marque une nouvelle victoire de la télévision sur la réalité ».

Pas d’adhésion.
On aimerait bien affirmer que François Jost exagère… Mais, le sentiment, qui domine après les deux premières étapes, est similaire à ce qu’il décrit. Si, en apparence, tout le monde, des organisateurs du Tour aux élus insulaires, affiche officiellement une pleine satisfaction de circonstance, en off, comme on dit dans les médias, c’est-à-dire hors micro, les commentaires sont bien plus mitigés. D’abord, certains partenaires du Tour avouent, en sourdine, que l’affluence pour le Top départ porto-vecchiais n’a pas été celle escomptée, la qualifiant de « très moyenne » et très loin des 40 000 personnes que la Cité du Sel attendait. Murmurant que le Tour ne suscitait pas vraiment, jusqu’à présent, l’adhésion des Corses ! A part dans quelques gros points urbains, on ne peut pas dire que ceux-ci se soient déplacés en masse sur les bords du parcours de la 1ère étape pour applaudir la caravane publicitaire ou encourager les cyclistes ! Les touristes étaient bien plus nombreux et enthousiastes. Les autochtones ont-ils suivi à la lettre les conseils préfectoraux et regarder le Tour à la télévision ? A la question posée, la même réponse fuse : « Ah ! Si c’était le foot, vous auriez vu  ! ». Comment comparer la ferveur insulaire du ballon rond à la curiosité discrète que suscitent les deux roues !

Une affluence très moyenne.
Si on peut incriminer la géographie insulaire tortueuse et les déserts ruraux peu propices à l’agglutinement sur les routes, l’affluence n’a guère été meilleure à l’arrivée sur la plage de l’Arinella à Bastia qui, malgré le carnaval de la caravane publicitaire, s’engluait dans l’ennui, sauvée au finish par l’incident du car s’encastrant dans le portique à quelques kilomètres du sprint final. Etait-ce l’absence de parkings, les transports en commun ou la marche à pied qui a rebuté les Bastiais et consorts ?
Il y avait plus de monde au fond de la place Saint-Nicolas et du boulevard Paoli, dimanche matin pour le départ de la 2ème étape, plus de touristes européens aussi, venus encourager leur équipe nationale. Néanmoins, le chanteur Patrick Fiori a fait plus recette au rond-point Novelty qu’une place Saint-Nicolas phagocytée par un village du Tour bunkerisé par une double protection de grilles et de barrières et à l’accès strictement réservé. Même pas l’espace technique où les coureurs patientaient avant le départ n’a suscité de réel engouement.
Les bords des routes se sont peu à peu remplis le long de la 2ème étape à mesure que le peloton progressait vers Ajaccio. On peut, sans peine, imaginer que l’afflux des 1er juillettistes grossira les troupes pour l’arrivée à Calvi.

Un village corse fantôme.
Si beaucoup de Corses sont restés chez eux, il y a ceux qui auraient voulu y être et qui n’ont pas été conviés. Les Exécutifs territoriaux et municipaux ayant négligemment omis d’accréditer leurs adversaires politiques, certains élus de premier plan n’ont du leur présence qu’à l’invitation des représentants locaux des sponsors nationaux. Ce qui n’a pas manqué de nourrir rancœurs et polémiques. A neuf mois du scrutin des municipales, la fête pour tous s’est révélée faire-valoir électoral au profit de quelques uns.
Autres mécontents, les producteurs du village corse bastiais, parqués sur la place du Marché, bien loin de l’effervescence du Tour et de l’Arinella, qui, toute la journée de samedi, ont attendu, en vain, le chaland promis. Lassés d’attendre, certains ont, le samedi soir, pliés bagage trois heures plus tôt que prévus. Le village du Tour installé, samedi matin, sur la place Saint-Nicolas, ils ont espéré… mais n’ont rien vu venir ! Touristes et locaux sont restés loin, la plupart ignorant même l’existence du village corse. Réflexion désabusée d’un producteur agricole : « C’est du n’importe quoi ! Ils auraient pu nous mettre devant le lycée, au moins les gens nous auraient vu ! Encore de l’argent dépensé par la CTC pour rien ! ».

Un super coup de pub !
Si la liste des mécontents est loin d’être exhaustive, celle des satisfaits est plus facile à établir. Exécutif territorial, exécutif municipaux et départementaux, de Paul Giacobbi à Emile Zuccarelli en passant par Georges Mela ou Dominique Bucchini, les politiques se félicitent et se congratulent. C’est, certes, une super opération de promotion médiatique, mais pas seulement pour la Corse ! Toutes les télévisions du monde ont montré, des heures durant, des images sublimes que, jamais, l’industrie touristique locale n’aurait eu les moyens de s’offrir et qui semblent effacer, comme par enchantement, tant d’autres images mortifères qui nous collent comme une seconde peau ! Les professionnels, dans leur ensemble, sont ravis de l’aubaine. Mais, certains esprits chagrins se demandent si c’était bien nécessaire… Il faudra calculer la douloureuse facture de cette gigantesque campagne de pub planétaire et analyser si le jeu en valait bien la chandelle ! Certaines régions françaises ont, cette année, par peur de manquer de moyens, renoncé à accueillir le Tour ! Si les retombées en termes touristiques s’avèrent, dans l’avenir, celles escomptées, l’île et ses infrastructures limitées pourront-elles absorber un afflux supplémentaire de touristes sur deux mois estivaux déjà saturés ? La réponse est évidente ! En attendons, ne mégotons pas, jusqu’à lundi soir, ne boudons pas notre plaisir. Grandeur nature, même sur petit écran, que la Corse est belle !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Lun 1 Juil 2013 - 9:47

Tour de France 2013 : appelez-le "Martinator"

Embarqué dans la chute collective de samedi à Bastia, Tony Martin a été sévèrement touché. Un temps annoncé au bord de l'abandon, le coureur allemand de l'équipe Omega Pharma-Quick Step était tout de même au départ dimanche. Malgré les pansements et les ecchymoses, il est allé au bout de cette 2e étape, jusqu'à Ajaccio.

Le vélo, c'est de la douleur. Rarement cette formule n'a autant collé à ce qu'a vécu Tony Martin (28 ans) dimanche. Juché sur sa selle, le double champion du monde du contre-la-montre (en 2011 et 2012) a avalé, presque comme si de rien n'était, les 156 km de cette 2e étape, dimanche, entre Bastia et Ajaccio. Comme si, la veille, il n'avait pas failli quitter le Tour sur abandon.

Pris par la chute collective survenue lors des derniers kilomètres samedi, le coureur Omega Pharma-Quick Step semblait pourtant sévèrement touché. Au point de devoir être évacué sur une civière, inconscient après une perte de connaissance et le coude gauche sérieusement amoché. Des images impressionnantes, qui laissaient peu d'espoir de revoir le rouleur allemand sur cette 100e Grande Boucle.

"I'm back !"

Quelques heures après cette première étape mouvementée, les médias germaniques avaient même annoncé le forfait de Martin. Une information que son équipe s'était empressée de démentir dans un communiqué qui n'était pas rassurant pour autant : "Toute décision sur sa participation à la deuxième étape du Tour de France sera prise en fonction de l'évolution de son état pendant la nuit".

Seul signe positif, le coureur, qui souffre tout de même d’une commotion cérébrale et une contusion au poumon gauche, n'a subi aucune fracture. Un peu plus tard dans la soirée, et alors que ses coéquipiers sont en train de dîner et s'attendent à ce que Omega Pharma-Quick Step officialise l'abandon de son coureur, Mark Cavendish et Sylvain Chavanel ont vu Martin ouvrir la porte, écarter les bras, et lancer un "I'm back !" conquérant.

Martin est quand même allé au bout

Malgré une nuit "très difficile", selon son directeur sportif Wilfried Peeters, l'Allemand, égratigné de partout et bandé à plusieurs endroits du corps, a donc pu tenir sa place. Serrant les dents jusqu'à Ajaccio, Tony Martin est donc allé au bout malgré une crevaison à mi-étape.

Tout de même bien diminué, il s'est contenté de terminer à la 170e place et à 17'35'' du nouveau maillot jaune, le Belge Jan Bakelants. Ses ambitions sur ce 100e Tour de France ont peut-être été mort-nées lors de sa chute à Bastia, mais "Martinator" a prouvé qu'il en fallait beaucoup plus pour l'abattre

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Lun 1 Juil 2013 - 11:37

Tour de France : mais à quoi joue Europcar ?

Très en vue lors de la 2e étape dimanche, l'équipe française a décidé de dynamiter ce début de Tour de France. Une stratégie surprenante car son leader, Pierre Rolland, se retrouve avec le maillot à pois sur les épaules alors qu'il devrait courir pour le jaune. Explications.

L'opération de comm' est lancée. Derniers kilomètres avant l'arrivée à Ajaccio dimanche, Thomas Voeckler, Pierre Rolland, David Veilleux et Cyril Gautier se portent tour à tour à l'avant. Et ce n'est pas tellement la vision de l'archipel des Sanguinaires qui les oblige à mettre le feu au peloton, mais plutôt la situation compliquée d'Europcar qui les amène à "se montrer".

Le sponsor titre de l'équipe française, n° 1 européen de la location de voiture, est en effet de moins en moins enclin à renouveler son investissement dans le cyclisme en fin de saison. Sur le Tour, il se murmure même que Roland Keppler, le DG, a déjà tranché et que Jean-René Bernaudeau, le manager de l'équipe, va devoir trouver un autre partenaire financier.

Bernadeau ne veut pas revivre le stress de l'après Bouygues Télécom

Une situation délicate que l'ancien coureur, dans les années 1980, a déjà connue il y a trois ans lorsque Bouygues Télécom l'avait lâché et qu'il avait dû cravacher pour attirer Europcar. Pour ne pas repasser par cette zone de graves turbulences, "ça m'a coûté trop cher sur le plan de la santé", Bernaudeau a donc décidé d'anticiper le retrait de son sponsor et de se servir de ce 100e Tour de France pour "vendre" son équipe cycliste.

Ce qui expliquerait pourquoi Pierre Rolland est allé s'employer entre Ajaccio et Calvi pour obtenir le maillot à pois de meilleur grimpeur, alors qu'il vise une place au sommet du classement général. "Ecoutez, si c'est ça griller une cartouche, on a du souci à se faire, explique à metronews le manager d'Europcar. C'était pas un gros effort non plus pour Pierre. Quand on est un grand coureur qui a des ambitions, il faut s'installer, être acteur."

Un rôle que Rolland ne boude pas, mais qu'il aurait sans doute préféré endosser un peu plus tard dans le Tour. Visiblement éprouvé après cette 2e étape, celui qui est une des meilleures chances de victoire finale française sur la Grande Boucle, confiait d'ailleurs avoir vécu une "course assez difficile", à cause des premières grosses chaleurs, plus de 30 °C par moments, mais aussi des accélérations qu'il a portées.

Des slogans pour l'opération séduction d'Europcar

S'il justifie les efforts fournis pour virer en tête dans le col de Vizzavona comme lui ayant permis "d'être devant pour la descente et donc d'éviter les risques de chute", Rolland ne se battra pas pour défendre ce maillot à pois lundi, entre Ajaccio et Calvi. C'était juste un coup orchestré par le staff d'Europcar. "L'image de l'équipe a été mise en valeur, concède Bernadeau qui réfute toute arrière-pensée en vue d'attirer un nouveau partenaire. Il s'agit simplement d’avoir du toupet, d'écrire l'histoire."

Autant de slogans qui sentent bon l'opération séduction pour la formation française. Et si les premières attaques de ses coureurs dimanche, ainsi que celles qui sont à prévoir tout le long de ce Tour 2013, ne sont que "des centimes de succès", le manager sait très bien que dans quelques mois, c'est de presque 10 millions d'euros qu'il aura besoin s'il veut que son équipe continue d'exister.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Lun 1 Juil 2013 - 22:29

Photo-finish : quand la victoire sur le Tour se joue au centimètre.

REPORTAGE | L'arrivée de la troisième étape entre Ajaccio et Calvi s'est finalement jouée au sprint entre Peter Sagan et Simon Gerrans. À peine une demie-roue d'écart entre les deux hommes. Dans ce cas-là, le rôle de la "photo-finish", la photo à l'arrivée, est essentiel. Des caméras ultra-perfectionnées sont installées au-dessus de la ligne et au niveau du sprint intermédiaire, en milieu d'étape. Reportage à Sagone au sprint intermédiaire juste avant le passage des coureurs.

Il fait partie de ces personnes qui ne voient jamais la course passer, alors que les coureurs le frôlent. Remi Boltan travaille pour la société qui gère la photo finale sur lors des différents sprints. Pour cette troisième étape, il a installé sa caravane - qui fait office de bureau - à Sagone, lieu du sprint intermédiaire.

"On a la plage derrière, la mer est transparente, explique-t-il, mais on n'aura pas le temps d'en profiter". Sur la ligne de ce sprint intermédiaire, il installe des câbles qui servent de champs magnétiques en travers de la route. Les puces électroniques qui équipent les vélos des cyclistes, vont automatiquement déclencher le système qui inscrira le nom du coureur sur l'écran.
10.000 images par seconde

Mais ce n'est pas suffisant, explique Remi Boltan. Il arrive, par exemple, que les coureurs échangent de vélo – comme lorsqu'un coéquipier laisse son engin à son leader en proie à un souci mécanique. Dès lors, comme pour le tiercé, il installe également deux caméras au-dessus de la ligne. Des engins ultra-perfectionnés.

"Elles peuvent prendre jusqu'à 10.000 images par seconde", détaille le jeune homme. Cela permet de voir avec une extrême précision le moment où les coureurs passent la ligne. "Il y a deux ans, on a fait une photo finish entre Mark Renshaw et Matthew Goss. Il y avait 3/10.000 de seconde entre les deux, cela représente de deux à cinq centimètres d'écart". La photo a permis de les départager et d'éviter toute contestation.
"Un bruit particulier" quand les coureurs passent

S'il connait les coureurs par cœur, pour relever, noter leur numéro de maillot et les transmettre le plus vite possible à l'organisation, Remi Boltan ne les voit pas : "J'ai trois ordinateurs devant moi et les yeux rivés dessus". Il ne les voit pas mais les entend distinctement : "Quand ils passent, cela fait un bruit particulier. Comme un souffle".

Pour ce sprint intermédiaire de Sagone, c'est le Français Sébastien Minard qui a déclenché le premier la photo. Cent-vingt kilomètres plus tard, la photo a été nécessaire pour départager les deux premiers sur la ligne d'arrivée. Simon Gerrans l'a finalement emporté au sprint sur Peter Sagan.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Mar 2 Juil 2013 - 9:43

Les gens du voyage menacent de bloquer le Tour de France à Nice

Le terrain occupé est situé le long du parcours du contre-la-montre "Nice-Nice" de mardi. Le député-maire de Nice, Christian Estrosi, a sommé ce dimanche matin les gens du voyage de quitter le stade sur lequel ils sont installés depuis ce samedi soir.
Malgré les avertissements, et l'ultimatum du maire, les caravanes des gens du voyage continuent à affluer au stade de rugby des Arboras.

Ce samedi, 91caravanes de la communauté évangélique Vie et Lumière ont investi le terrain dans la plaine du Var.

Le terrain est situé le long du parcours du contre-la-montre "Nice-Nice" de mardi.

Christian Estrosi a affirmé que, pour parer cette menace, le préfet "déployait tous les effectifs de police nécessaires".

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  héléma le Mar 2 Juil 2013 - 10:17

c'est sûr que pour le prestige de la ville de Nice , vue de haut lors de la course contre la montre, et de Môssieur le Maire, ces caravanes vont faire désordre...

pffff
avatar
héléma

Date d'inscription : 29/05/2013

Nombre de messages : 930

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Mar 2 Juil 2013 - 12:06

Darrigade fan de Cavendish


L’an dernier, Mark Cavendish s’était, sur la Grande Boucle, hissé une victoire au-dessus du légendaire sprinter de l’équipe de France (23 contre 22). «Le lévrier des Landes» n’en nourrit aucune amertume et suit avec attention le parcours du sprinter de l’île de Man et de ses héritiers.

«Cavendish, c’est le plus grand routier-sprinter du monde», s’enthousiasme André Darrigade. Points communs : «Comme tous les sprinters, il a du panache, de l’envie. C’est un gagneur. Il a débuté par la piste. Comme moi.» Et différences : «La course a beaucoup changé depuis 50 ans. Le sprint à mon époque ne se disputait pas de la même façon, les victoires d’étape n’avaient pas non plus le même poids. Je compte 22 victoires d’étape (entre 1953 et 1964) mais j’étais surtout un coureur de l’équipe de France, un équipier de Bobet, Anquetil et Rivière. C’est la raison pour laquelle j’ai souvent remporté la première étape (à 5 reprises), j’avais à ce moment-là plus de liberté. J’avais les coudées franches.» Marcel Bidot, le célèbre entraîneur de l’équipe de France, avait coutume de dire que si «Darrigade avait couru pour lui, ce n’est pas 22 victoires d’étape qu’il compterait mais au moins dix de plus.» Darrigade (deux maillots vert à Paris, 19 jours en jaune) sourit, et raconte : «Je me glissais dans les échappées. Par rapport à Cavendish, j’ai seulement dû remporter une dizaine d’étapes en réglant le peloton, lui c’est du 100%. Aujourd’hui, un sprinter a des équipiers qui préparent, lui emmènent le sprint. Depuis Cipollini (12 succès entre 1993 et 1999), toutes les équipes disposent d’une organisation précise. Il y a beaucoup moins de sprinters dans les échappées qu’avant.» André Darrigade a le projet de rencontrer Mark Cavendish durant ce Tour de France. Pour parler vitesse et frissons…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Ven 5 Juil 2013 - 11:27

Daryl Impey, page d’histoire




Le coureur de la formation Orica Green-Edge prolonge l’euphorie de l’équipe australienne en devenant le premier Sud-Africain maillot jaune.

Orica Green-Edge est l’équipe de ce début de Tour. Après Simon Gerrans (vainqueur d’étape à Calvi et maillot jaune durant deux étapes, le succès du contre la montre par équipes), Daryl Impey s’est installé au sommet du classement général. A 28 ans. «Notre but était d’aller chercher la victoire d’étape avec Goss, la Maillot jaune est la conséquence. Je l’avais un peu en tête. C’est une très grande joie pour moi et pour l’équipe.»

Impey, premier Sud-Africain en jaune. A Montpellier où, Robert Hunter avait, en 2007 remporté la première victoire d’étape d’un Sud-Africain sur la Grande Boucle. En début de saison, l’Afrique du Sud s’était illustrée en remportant Milan-San Remo grâce à l’Allemand Gerald Ciolek, sprinter de l’équipe MTN-Qhubeka, première formation africaine continental Pro Tour. 2013, l’année de l’éveil. Impey raconte : «Au cours de ces dernières années, d’autres sports dominaient en Afrique du sud. Le cyclisme ne recevait aucune aide de notre pays. Cela a changé et nous offre l’opportunité de mettre le cyclisme en avant et de montrer notre niveau.» Et à lui de briller.

Après un long voyage. Passé par Marseille et le VC La Pomme, Impey raconte : «Une opportunité de courir en Europe s’était présentée, j’étais très jeune. Changer de continent n’était pas facile, j’avais le problème de la langue mais cela a été une expérience très intéressante. Cela m’a appris beaucoup, surtout sur moi. Après je suis retourné en Afrique du Sud.» Suivront les formations Barloworld, RadioShack, MTN-Qhubeka, avant Orica Green-Edge : «Orica m’a donné ma chance de courir des épreuves de tout premier plan. Au fil des années, je suis devenu un meilleur coureur, on m’a aidé à grandir. Je pense que le travail réalisé est supérieur à ce qu’ils attendaient de moi en m’engageant. O’Grady a beaucoup compté pour moi. Il m’a beaucoup aidé l’an dernier, m’a servi de mentor. Il m’a fait me sentir comme chez moi dans cette équipe. Après il est facile de s’exprimer dans une formation expérimentée.»

  Le Maillot jaune ne va pas changer ma vie mais il va changer le cyclisme en Afrique du Sud
   — Daryl Impey

Le nouveau leader du Tour assure : «Le Maillot jaune ne va pas changer ma vie mais il va changer le cyclisme en Afrique du Sud. Le cyclisme là-bas va prouver qu’il a sa place au plus haut échelon mondial.» Impey, leader, du déjà vu. En 2009, la dernière étape du Tour de Turquie avait fait le tour de la toile. Theo Bos avait à la suite de mouvements répétés fait tomber Daryl Impey dans le sprint final. Aidé par ses équipiers, le Sud-Africain avait difficilement passé la ligne, remporté l’épreuve, blessé.

Installé au sommet, le Maillot jaune raconte celui avec qui il a passé beaucoup de temps en Afrique du Sud et qui s’annonce comme le grand favori du Tour, Chris Froome : «Il a vécu en Afrique du Sud, participé à beaucoup d’épreuves. Des courses qui ne lui convenaient guère, courtes et rapides. En Europe, cela lui convenait davantage. Chez Barloworld, il confiait déjà son envie de remporter un grand Tour. Son professionnalisme a été pour moi une source d’inspiration. Ce qu’il fait et vit est formidable pour notre cyclisme. Cela montre que le cyclisme sud-africain a progressé. Froome est populaire en Afrique du Sud mais ce n’est pas un vrai Sud-Africain. J’espère qu’à mon retour les honneurs seront pour moi.»

Impey heureux d'évoquer longuement la nation arc-en-ciel a évoqué avec émotion Nelson Mandela : «Un homme fantastique ? Ce qu’il a fait pour changer l’Afrique du Sud est important. Je lui adresse tous mes vœux pour qu’il puisse guérir et se sentir mieux.»

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Sam 6 Juil 2013 - 11:17

TOUR DE FRANCE :
CES SPECTATEURS QUE L'ON CROISE FORCEMENT DANS LES ÉTAPE DE MONTAGNE.


TOUR DE FRANCE - Vous vous êtes bien ennuyés durant les étapes de plaine de la première semaine? Pas de panique, la montagne arrive ce week-end, avec une première étape pyrénéenne entre Castres et Ax 3 Domaines samedi 6 juillet. Et qui dit montagne dit spectacle... sur le bord de la route. En effet, que serait le franchissement d'un col hors catégorie sans les spectateurs qui vont avec? A l'approche des premiers lacets pentus de ce 100e Tour, étude sociologique de ces personnes qui encouragent les coureurs en montagne, pour le meilleur mais parfois pour le pire.


C'est simple: elle est la première à se positionner le long des grands cols, bien souvent la veille et même parfois plusieurs jours avant le début de l'étape. Sa panoplie? Un camping-car, des chaises pliables (chacun la sienne), une glacière pour que le saucisson ne prenne pas chaud, des verres Ricard, de la crème solaire protection 60, un vieux transistor pour écouter la course, un petit chien (attaché au parasol). En option: plusieurs drapeaux de votre pays si vous êtes étrangers. Il est inutile de préciser que le seul moment d'excitation de notre famille se manifestera au passage de la caravane publicitaire une bonne heure avant les coureurs. Quand vient le tour de ces derniers, il n'est pas rare de voir madame en pleine sieste, assommée par le soleil, ou monsieur avachi au fond de sa chaise, un pastis de trop dans le gosier.

Variante technologique, la télévision sous le parasol pour suivre le début de l'étape:



Ils ne le répéteront jamais assez: "Ne courez pas à côté des cyclistes!". Malgré les avertissements répétés des commentateurs à la télévision, ils sont chaque année des dizaines à s'offrir, au pas de course, quelques secondes de frisson à quelques centimètres des coureurs. La plupart du temps déguisés (et ridicules), beuglant des encouragements dont on ne comprend pas grand chose, ils sont généralement lâchés au bout d'une petite vingtaine de mètres. Car il faut dire que ça grimpe sec un col estampillé "HC". Malgré tout, on a déjà vu des endurants tenir une bonne trentaine de secondes. Pour la plus grande exaspération des cyclistes, qui n'hésitent pas à se rebiffer sur leur selle. N'est-ce pas Alberto Contador sur le Tour 2011?


Sinon, au rayon déguisement ridicule, on a retrouvé ça:



Et en plus, on peut chuter:




En temps normal, il s'illustre lors des grands matches de football ou de rugby. Mais de temps en temps, toujours dans le plus simple appareil -critère numéro un de tout bon streaker qui se respecte-, on le retrouve dans les lacets des grands cols du Tour. Lui aussi à l'œuvre au plus près des cyclistes.


Un grand classique du Tour. Se convaincant sans doute qu'il a raté sa vocation de devenir pro un jour, il grimpe vaillamment son Galibier dans la matinée. Après une bonne heure et demie d'effort laborieux, car, lui, ne tourne qu'à l'Isostar et aux barres de céréales Grany, il se positionne dans l'avant-dernier virage du col, son vélo bien en évidence sur le bas-côté. En attendant le passage des coureurs en plein cagnard, lessivés, il ne retient que la satisfaction de son devoir accompli, pour de faux donc. En plus, il prendra froid dans la descente au moment de rentrer.


Connu comme le spectateur le plus crazy du Tour depuis de nombreuses années. Dieter Senft, un Allemand de 61 ans, sillonne les routes du Tour depuis 20 ans, costume rouge sur le dos et trident à la main. D'où son surnom -"El Diablo"-, qui fait aujourd'hui partie de la mémoire collective de l'épreuve. Frayeur pour tous ses fans l'année dernière quand il n'avait pas été aperçu lors des premières étapes. Soulagement quand ils apprenaient qu'il avait en fait été opéré avec succès d'une lésion du cerveau et allait bientôt réapparaître sur le Tour 2012. A noter que notre homme possède son propre site web, et a déjà réussi à inscrire 13 fois son nom dans le Guinness Book, avec, entre autres, la confection du plus grand vélo du monde.



La grande spécialité basque. Présent dans les derniers lacets des grands cols pyrénéens, il agite frénétiquement son drapeau Euskadi devant les caméras. Au cas où on ne l'aurait pas bien vu. Sauf qu'ils sont des centaines à l'imiter à ses côtés. Cette année, la communauté basque a été, lors des trois premières étapes, en concurrence avec une autre entité régionale bien ancrée: les Corses.




Oui, vous avez bien lu et vu, le mariage gay s'invite sur le Tour de France. Ses opposants ont en effet décliné une version sportive de leur mouvement: Le Tour de France pour tous. Présents sur presque chaque étape du Tour depuis le grand départ de Porto-Vecchio, les anti-mariage homosexuel devraient aussi agiter leurs drapeaux roses et bleus dans les cols des Pyrénées et des Alpes, pour peu qu'ils fassent l'effort d'avaler un peu de dénivelé. Dans tous les cas, avait annoncé le chargé de com' du mouvement au HuffPost avant le Tour, leurs actions resteront uniquement visuelles et il n'y aura aucune perturbation.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Dim 21 Juil 2013 - 15:26

Tour de France 2013: Christopher Froome, ce maillot jaune sans aucune allure.
CYCLISME – Le Britannique n'est pas beau à voir rouler…


Dans le bus, il suscite les vannes de ses équipiers. Son directeur sportif Nicolas Portal le décrit comme «un junior» tandis que l’ancien manager Cyrille Guimard le compare à «un scarabée sur une pelle chaude». On ne parle pas pourtant pas ici d’un coureur médiocre mais bien du maillot jaune Christopher Froome, qui a encore explosé la concurrence dans la montée du Mont Ventoux dimanche. Mais s’il y avait une note artistique sur le Tour de France, le Britannique serait un candidat crédible à la lanterne rouge quand il s’envole dans les cols.

Disons-le tout de suite, Christopher Froome n’a aucun style. Techniquement, l’Anglais n’est pas un beau coureur. Tête qui balance, bras trop écartés et buste vers l’avant, le leader de la Sky ressemble bien plus à un client d’hypermarché fatigué par des heures de poussée de caddie qu’à un véritable grimpeur. «Ça fait longtemps que je n’avais pas vu un coureur au style aussi peu académique. On dirait qu’il va tomber en pièces», sourit le directeur sportif de la Cofidis Alain Deloeil. «Et encore, c’était bien pire à ses débuts, se souvient Michel Thèze, directeur sportif du centre mondial du cyclisme lors du passage de Froome en 2007. On a essayé de lui faire changer de position mais quand on a vu qu’il n’y arrivait pas, on n’a pas voulu le traumatiser avec ça.»

«On dirait qu’il va tomber en pièces»

Du coup, Froome roule mal. Enfin, d’un point de vue d’esthète du vélo. Arrivé sur le tard dans le cyclisme, le Britannique s’est développé une technique certes affreuse mais qui a le mérite d’être efficace au regard de ses démonstrations en haute montagne sur la Grande Boucle. Dimanche, son style désormais caractéristique a eu raison de l’élégant grimpeur colombien Nairo Quintana, incapable de suivre jusqu’au bout le leader de la Sky et son incroyable fréquence de pédalage.

Visiblement très à l’aise dans son registre, le Britannique ne devrait pas embellir son style dans les années à venir. «S’il est encore comme ça après plusieurs années, c’est qu’il n’a pas la possibilité de rouler autrement, estime Michel Thèze. C’est quelqu’un d’intelligent, il ne va pas se focaliser sur une autre position s’il est bien dans celle-ci.» «A quoi bon le chambouler juste pour le rendre beau?, s’interroge Alain Deloeil. Vouloir le corriger pourrait se faire au détriment de l’efficacité.» Et tant pis pour les esthètes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Annick le Dim 21 Juil 2013 - 20:15

Quelle bande de "boeufs" le long des derniers kilomètres.
On en a eu encore un échantillon cette année.Rolling Eyes






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Lun 22 Juil 2013 - 16:03

Tour de France : Froome, l'ascension fulgurante du Kényan blanc .

Le Britannique n'a pas perdu de temps entre ses premiers coups de pédales dans son village de Kikuyu et son triomphe sur le Tour 2013.



À 7 km du sommet du mont Ventoux, une stèle rend hommage à Tom Simpson, coureur britannique qui, après avoir zigzagué sur les lacets du mont Chauve, avait perdu la vie en 1967 à cause d'un cocktail d'amphétamines et d'alcool. Quarante-six ans plus tard, c'est à cet endroit qu'un autre Britannique, Christopher Froome, a porté l'estocade. Une cadence impressionnante, dans un style caractéristique - les fesses collées sur la selle, jamais en danseuse - qui va marquer cette 100e édition du Tour de France. Une marque de fabrique parachevée par sa victoire d'étape en solitaire à Ax 3 Domaines, sa deuxième place au contre-la-montre du Mont-Saint-Michel et son succès au contre-la-montre dans les Alpes.

Chacune des banderilles spectaculaires placées par Froome pour asseoir sa domination sur le Tour sont autant d'occasions de relancer le débat sur la suspicion des performances des cyclistes. Au final, il va terminer l'épreuve avec plus de 5 minutes d'avance au général sur son second, le Colombien Nairo Quintana. À l'arrogance d'un Lance Armstrong, Christopher Froome répond par une disponibilité de tous les instants, affiche un visage humain, explique parfois à l'issue des étapes que "c'était dur". Lors de l'unique moment où il s'est montré en difficulté, au cours de la deuxième ascension de l'Alpe-d'Huez, la Sky évoquera une légère hypoglycémie. Et Froome collectionne autant les jours en jaune (quatorze) que les contrôles anti-dopage (une vingtaine). La formation britannique couve son champion, l'aiguille et le protège plus lors des conférences de presse que sur la route, où ses équipiers se sont montrés bien plus fragiles que pour la victoire sur la Grande Boucle de "l'autre" leader, Bradley Wiggins, en 2012. Ce dernier a déclaré forfait pour l'édition 2013 en raison d'ennuis de santé, d'une infection pulmonaire et d'une douleur à un genou.

Le "Kényan blanc", le VTT et les serpents.

Pourtant, tout oppose les deux hommes, coéquipiers à la Sky. Le gagnant de l'an passé cultivait un look et un flegme "so british" quand Froome, lui, ne cache pas ses origines kényanes. D'ailleurs, discrètement, il arbore le bouclier masai rouge du drapeau kényan sur le cadre de son vélo sur les routes du Tour. Né à Nairobi en 1985 d'un père britannique et d'une mère kényane, Christopher Froome découvre le cyclisme dans les rues escarpées de Kikuyu, un petit village près de la capitale. Sa mère, célibataire, cherche un moyen de canaliser son énergie. Alors, Froome va pédaler, découvrir le BMX, le VTT et le vélo de route. Il apprécie autant ce sport que ses animaux, dont Rocky et Shandy, ses deux pythons.

Il dispute ses premières compétitions sous les couleurs kényanes, lui qui a regardé pour la première fois le Tour de France en 2004 dans un internat en Afrique du Sud en se prenant de passion pour le duel Lance Armstrong-Ivan Basso. Il remporte des étapes au Tour de Maurice, participe aux Jeux du Commonwealth et aux championnats du monde espoirs à Salzbourg (Autriche) en 2006. C'est lui qui se fabrique un maillot et un dossard aux couleurs kényanes, étant l'unique représentant de ce pays de la corne de l'Afrique.

2013, un triomphe de bout en bout.

Froome découvre alors l'Europe et progresse ensuite au sein de la formation Barloworld, où il peaufine ses performances chronométrées et se découvre une appétence de grimpeur. Au sein de cette formation, Daryl Impey, son coéquipier sud-africain - maillot jaune après l'étape de Montpellier cette année -, lui présente Michelle Cound. Cette jolie Sud-Africaine, blonde, est à ses heures perdues photographe sur les courses cyclistes. Mais pour le "Kényan blanc", surnom qui colle à la peau de Froome depuis 2007, elle va tout quitter : l'Afrique du Sud, son poste dans une banque d'investissement et sa voiture pour financer un appartement.

Le couple s'installe à Monaco et, dès 2010, Froome fait partie des premiers engagés dans une nouvelle structure : la Sky. Le manager Dave Brailsford, qui a contribué aux performances du cyclisme britannique sur piste, se lance sur la route. Et "Chris" faisait partie des premiers choix depuis ce contre-la-montre en 2006, lors des Jeux du Commonwealth à Melbourne. "Il y avait ce jeune garçon avec un vélo un peu pourri. Il a très, très bien marché, c'était remarquable", rappelle le manager dans plusieurs interviews.

Dans la formation britannique, Froome va monter en puissance, notamment lors de la Vuelta (le Tour d'Espagne) en 2011 où de façon inattendue, alors que l'on attend son leader Wiggins, il prend un jour la tête du général. Froome sera le lieutenant le plus performant de Wiggins. Quitte à ronger son frein en 2012, sur le Tour de France, en laissant son leader triompher - sur les consignes de son directeur sportif ! -, alors qu'il avait les armes pour le faire tomber de son piédestal. Déception oubliée pour Froome qui, cet été, a écrasé la concurrence sur un Tour qu'il a dominé de la tête et du guidon.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Annick le Lun 22 Juil 2013 - 16:14

Bravo pour tout ton travail de recherches, Woody :bouquet:






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Lun 22 Juil 2013 - 16:49

Merci Annick pour ton compliment....

Effectivement, j’adore faire des recherches......
Pour ce qui est de la Grande Boucle 2013 j'avais posté le mardi 23 octobre 2013, sous la rubrique suivante :



Les confidences, les rumeurs, les ragots de bistrot, et ma fois, hormis la première journée de repos, tous le reste était exact.....
La première journée de repos a été à Saint-Nazaire, et les rumeurs la prévoyait à ......Nantes.....!!!!!
Vu de chez moi, c'est à coté.....

Tout cela pour dire que pour le prochain périple du tour, j'ai déjà glané quelques infos......

Je t'en livre une.....L'équipe RadioShack devrait disparaitre pour devenir l'équipe Trek....
Mais chut......C'est un secret.....Faut rien dire.......:a plus:

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Invité le Lun 22 Juil 2013 - 17:09

Chris Froome n'est pas la tasse de thé des Anglais.

Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées sur les Champs-Élysées à Paris pour l'arrivée "champagne" du dernier Tour de France. Une arrivée au crépuscule pour clore de manière exceptionnelle cette centième édition de la Grande Boucle. Et dans le public, de nombreux drapeaux britanniques. Des supporters venus pour Chris Froome, un peu, mais surtout pour Mark Cavendish.

L'an dernier, lors de la première victoire anglaise sur le Tour de France, la Grande-Bretagne s'était littéralement prise de passion pour Bradley Wiggins. Drapeaux, produits dérivés, l'Angleterre avait succombé une véritable Wiggomania. Cette année, l'engouement est beaucoup moins fort pour Chris Froome. Un simple "Anglais d'adoption" pour bon nombre de ses compatriotes.

Ainsi, au bord des Champs-Élysées, Mickaël et Frank arborent fièrement leur "Union Jack", le drapeau Anglais. "Nous sommes là pour Mark Cavendish", explique Mickael venu spécialement à Paris pour voir son champion remporter une cinquième victoire d'affilée sur les champs. C'est loupé puisque le natif de l'île de Mann a été coiffé sur la ligne par l'Allemand Marcel Kittel. Néamoins, pas question de reporter leur fougue sur le vainqueur du Tour. "Chris Froome, on ne l'aime pas trop", explique Frank qui poursuit :

   "Il n'est pas vraiment Anglais dans son cœur, il a juste un passeport britannique."

Né loin de la Grande-Bretagne.

Car Christopher Froome est né il y a 28 ans loin de la Grande-Bretagne. À Nairobi, au Kenya. Il a ensuite fait une partie de sa scolarité en Afrique-du-Sud – il parle d'ailleurs anglais avec l'accent du pays - avant d'être recruté par une équipe de vélo sud-africaine. Il ne prendra la direction de l'Europe, puis la nationalité britannique que sur le tard. Un homme qui vit désormais sur les hauteurs de Monaco.

David Millar, l'un des Britannique du peloton, ne voit pas véritablement Chris Froome comme un compatriote : "Pour moi aussi il est Kenyan et je pense qu'au fond de lui, il est Kenyan. Sa nationalité, il l'a eue grâce à sa licence britannique." David Millar apprécie toutefois le coureur et l'homme :

   "C'est un beau vainqueur, un homme très gentil et un vrai gentleman."

Tous dans le peloton louent d'ailleurs son caractère en or. À commencer par le manager de la Sky, Dave Brailsford : "C'est quelqu'un de très intelligent, de très très gentil et de très très poli." Et Dave Brailsford de poursuivre :
"On a l'impression qu'on peut le manipuler, mais ce n'est pas le cas !  Dedans il y a un bagarreur,  autrement on ne gagne pas le Tour."

"Il court avec le drapeau britannique, il est Anglais"

John, venu en famille n'est – et de loin pas – anti-Froome. Toute la joyeuse bande a un T-Shirt floqué "Chris Froome" et la petite dernière âgée de quelques mois seulement un joli maillot jaune. "Chris Froome est un très grand champion et il va remporter plusieurs Tour", jure-t-il. "Il est Anglais et grâce à lui nous entendrons 'God save the Queen ' sur les Champs-Élysées."

Un peu plus loin, Mark et son amie, qui viennent eux aussi d'outre-Manche, ont sympathisé avec des Australiens. Tous saluent la victoire de Chris Froome, une victoire 100% anglaise à leurs yeux. "Il court avec le drapeau britannique, il est donc britannique. Il va gagner en plus trois Tours", assène Mark. "C'est un superbe champion", renchérit Eric, l'Australien.

Chris Froome va avoir une année pour tester et accroître sa popularité nouvelle. Dominateur sur le Tour, il a été régulièrement sifflé par une petite partie du public. Et surtout, il pourra étrenner son statut de "number one" l'an prochain, dans son pays. En 2014, le 101e Tour de France s'élancera de Leeds, comté de Yorkshire, en Grande-Bretagne.


Dernière édition par Woody le Lun 22 Juil 2013 - 18:26, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Annick le Lun 22 Juil 2013 - 18:15

Il n'y a plus qu'à espérer qu'il ne se soit pas dopé.






"Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis" (Victor Hugo)
avatar
Annick
Admin

Age : 72

Date d'inscription : 08/05/2008

Nombre de messages : 69266

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  MARGAUX le Lun 22 Juil 2013 - 19:28

merci Woody !
de nouveaux champions arrivent ---- comme Quintana ---
il est vrai que le fléau du dopage plane encore mais je pense qu'on arriver à le noyer !!
avatar
MARGAUX

Age : 62

Date d'inscription : 17/05/2008

Nombre de messages : 5881

Revenir en haut Aller en bas

Re: INFO TOUR.....

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum